« La Belgique francophone et la France pionnières en hypnose médicale »

« La Belgique francophone et la France pionnières en hypnose médicale »

Anesthésie, oncologie, soins palliatifs… Les domaines d’utilisation de l’hypnose sont nombreux dans le monde médical, ont indiqué lundi les professeurs Marie-Elisabeth Faymonville (CHU Liège) et Fabienne Roelants (Cliniques universitaires Saint-Luc, UCL) lors d’une conférence de presse, en vue d’un congrès mondial d’hypnose en août 2015. Elles soulignent que la pratique de l’hypnose médicale est particulièrement développée en Belgique francophone et en France.

« L’hypnose est un talent inné auquel chaque individu peut avoir accès. Il s’agit d’un état de conscience particulier dans lequel on se met soi-même avec l’aide d’une autre personne », explique Marie-Elisabeth Faymonville. La spécialiste de l’hypnose développe cette technique depuis 1991 au Centre hospitalier universitaire de Liège (CHU).

L’hypnose peut être utilisée dans le domaine de l’oncologie, des soins palliatifs, de la psychologie et psychiatrie ou encore pour traiter des douleurs chroniques. Grâce à ses propriétés analgésiques et distractives, elle est également utilisée en anesthésie, lors de certaines opérations chirurgicales.

Au CHU de Liège, 9.000 patients ont été opérés sous hypnose, presque toujours avec une anesthésie locale en complément. Les spécialistes soulignent l’importance des compétences médicales ou psychologiques pour la pratique de l’hypnose. « L’hypnose n’est pas protégée, n’importe qui peut donc suivre une formation et proposer la technique au public, souvent trop confiant », indique Fabienne Roelants. L’utilisation de l’hypnose doit donc être davantage encadrée par le législateur, selon les spécialistes.

Lisez la suite.

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*