Arrêt cardiaque: les gestes pour sauver une vie

Savez-vous quoi faire en cas d’arrêt cardiaque? Quelles sont les gestes pour sauver une vie?

La Protection Civile, ensemble à MAIF Assureur Militant, nous informe sur les gestes de premier secours en cas d’arrêt cardiaque de l’adulte, de l’enfant, du nourrisson; l’usage du defibrillateur cardiaque et les cas particuliers comme le GASP.

Dans une situation d’arrêt cardiaque constatée si la victime est incosciente et ne respire plus il faut alerter les secours il plus rapidement possible, avant de debouter les compressions thoraciques, car elle présente une détresse vitale. Appellez le 15, le 18 ou le 112; décrivez la victime et les actions en cours et donnez l’adresse.

Les compressions thoraciques

Il faut immédiatement faire circulaire le sang dans l’organisme à l’aide des compressions thoraciques.

Position pour les compressions thoraciques:

  • Victime à plat dos
  • Poitrine dénudée
  • Talon de la main placé au centre de la poitrine
  • Mains l’une sur l’autre et doigts relevés
  • Bras tendus à la verticale

Les compressions thoraciques doivent etre fortes, environ 5-6 cm, et rapides,  de 100 à 120 fois par minute. Il faut ne décoller pas les mains de la poitrine entre chaque compression et le toraux doit repréndre sa forme initiale. La durée de compression doit etre égale à celle du relachement, afin de faire circuler le sang.

Après avoir réalisé 30 compressions thoraciques il est necessaire d’effectuer une bouche-à-bouche dans le but d’apporter de l’air dans les poumons. 2 insuflations laquelle durée totale ne doit pas excéder 5 secondes, afin de ne pas retarder la reprise des compressions thoraciques.

Le défibrillateur

Le défibrillateur cardiaque analyse l’activité électrique du couer et délivre un choc électrique si le coeur est en fibrillation. Il doit etre mit en place en interrompant le moin possible les compressions thoraciques.

Le défibrillateur cardiaque est utilisable par tous car une fois mis en place et allumé, il est automatioque et donne des consignes vocales sur les étapes à suivre.

Que le choc électrique est delivré ou non il faut reprendre immédiatement les compressions thoraciques alternées avecles deux insuflations jusqu’à l’arrive des seours ou à la reprise d’une respiration spontanée.

L’arret cardio-ventilatoire dans l’enfant et le nourrisson

La prise encharge d’un arret cardio-ventilatoire dans l’enfant et le nourrisson est identique à celui de l’adulte, seul certaines gestes nécessitent des adaptations en function de la diverse morphologie.

Pour example dans l’enfant pour les compressions cardiaques seul le talon d’une main est placé sur la moitiè inferieure du sternum, et dans le nourrisson on utilise seulement le pulpe de deux doigts placées dans l’axe du sternum sur la moitié inferieure.

Dans ces deux cas la compression du thorax est d’environ un tiers de son épaisseur.

En plus, pour ce qu’il concerne le nourrisson, dans la respiration bouche-à-bouche le sauveuteur doit englober dans sa bouche si le nez que la bouche du nourrisson et souffler prudemment jusqu’au dèbut du soulevement du thoraux.

Cas particulier: le GASP

Parfois la victime présente des mouvements qui rassemblent à des mouvement respiratoires appelés GASP. Ils sont lentes, saccadés et sans efficace puisqu’ils ne permettent pas le passage de l’air dand les poumons. Donc, malgré l’apparence le patient est en arret cardiaque donc il faut commencer immédiatement les compressions thoraciques

Source Protection Civile de Paris – Formations

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*