Arrivée des services d’urgence: plus d’une heure d’attente

Arrivée des services d’urgence: plus d’une heure d’attente

Collision à Saskatoon : plus d’une heure d’attente avant l’arrivée des services d’urgence

La police de Saskatoon et le bureau du coroner enquêtent sur le délai de réponse des services d’urgence après une collision et la mort d’un conducteur sur la 20e Rue. Les équipes d’urgence ont mis plus d’une heure avant d’arriver sur les lieux.

La police a reçu l’appel à 5 h 19 et des policiers sont arrivés sur la scène de l’accident à 6 h 26, un peu après les ambulanciers, indique Alyson Edwards de la police de Saskatoon. L’homme a été déclaré mort à son arrivée à l’hôpital. La police a qualifié ce délai d’inacceptable en point de presse et assure qu’une enquête approfondie aura lieu.

Correctif : une version précédente affirmait à tort que les ambulanciers sont arrivés sur les lieux à 6 h 26. Les ambulanciers sont arrivés quelques minutes avant les policiers, qui eux, sont arrivés à 6 h 26.

Le conducteur a souffert d’une urgence médicale juste avant la collision, selon la police. Sa camionnette a traversé la voie opposée avant de rentrer en collision avec une fourgonnette stationnée.

Des témoins disent avoir appelé le 911 à plusieurs reprises en disant à l’opérateur que la victime était en état de détresse médicale. Sang Chanmany, qui travaille dans une boulangerie à proximité du lieu de l’accident, dit avoir appelé le 911 vers 5 h 15, lorsqu’il a vu l’homme prisonnier de son véhicule.

« J’ai remarqué que l’homme ne bougeait pas et il bavait », raconte M. Chanmany. Le moteur était toujours en marche et les portières étaient bloquées, dit-il. D’autres témoins ont appelé le 911, d’après M. Chanmany. Ce dernier explique que les opérateurs n’étaient pas coopératifs et qu’ils ne donnaient aucune explication concernant le délai. Une opératrice lui a même demandé de sortir lui-même la victime du véhicule avant l’arrivée des secours, explique-t-il.

« C’est terrible, tout simplement terrible. Je crois qu’il pourrait être en vie si quelqu’un était intervenu plus rapidement. » — Sang Chanmany, témoin de l’accident

À leur arrivée environ une heure plus tard, les secouristes ont tenté des manœuvres de réanimation sur la victime avant de le conduire à l’hôpital en ambulance.

Donc la question est: est qu’il y a assez d’ambulances chez Urgences-santé?

Plusieurs Montréalais et Lavallois dont l’état de santé s’est détérioré jusqu’à un point critique après un premier appel au 911 ont dû attendre plus de 30 minutes, parfois même plus d’une heure avant qu’on leur assigne une ambulance.

À chaque appel au 911 pour un malade dont la vie est en danger, l’affectation d’une ambulance doit être immédiate.

Selon une compilation de 695 cartes d’appel des transports ambulanciers de la Corporation Urgences-santé (CUS) du 22 juin au 31 décembre 2014, au moins 350 appels « urgents » (code 0 ou 1) au 911 où « la vie est en danger » ont nécessité plus de 3 minutes de délai avant qu’une équipe de paramédicaux ne soit affectée vers les lieux de l’incident.

Et il y a eu un délai d’affectation de plus de 10 minutes dans au moins 128 cas qui se sont dégradés au point où la vie du patient était en danger. Pour le président du syndicat des ambulanciers paramédicaux, Réjean Leclerc, la situation était critique pendant cette période.

« Il n’y avait pas de véhicule disponible sur le territoire montréalais et lavallois pour une population de 2,3 millions. C’est inquiétant pour nous. »

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*