L’ambulancier, les Google glass et l’urgentiste

L’ambulancier, les Google glass et l’urgentiste

L’entreprise nantaise Assistance Ambulance vient de se doter de lunettes intelligentes, pour une assistance médicale mobile. Un système développé par la société Ama de Rennes.

L’ambulancier, les Google glass et l’urgentiste; le secours high-tech est arrivé! Ci-dessous on vous reporte les déclarations de Patrick Youx, gérant de la société Assistance ambulance, Marie-Anne Denis, studio Ama (Advanced médical applications) et Patrick Guérin, président SOS Médecin Nantes.

Patrick Youx, gérant de la société Assistance ambulance

« Assistance ambulance est une société implantée dans le centre urbain de Nantes, qui regroupe trente-cinq ambulanciers, spécialisés dans le transport sanitaire urgent. Nous travaillons essentiellement avec SOS Médecins et le Samu 44 sur la prise en charge de patients. L’intérêt, pour nous, des Google glass ou autre marque de lunettes intelligentes, c’est d’être les yeux et les mains du médecin prescripteur. Par exemple, on nous demande d’intervenir auprès d’une parturiente, l’état de la patiente évolue… Et bien, grâce à cela, on peut se mettre en interconnexion directe avec le plateau de régulation du Samu. Et celui-ci va pouvoir nous guider dans les gestes à accomplir pour la prise en charge. Même chose avec SOS médecins : on nous confie un patient, sa situation évolue. On se connecte à la régulation médicale et le médecin peut voir ce qui se passe dans l’ambulance, à l’instant T.

L’intérêt d’avoir des lunettes, plutôt qu’un téléphone qui pourrait éventuellement filmer, c’est que l’ambulancier qui est auprès du patient a les mains libres. Et nous avons également un système audio qui nous permet d’entendre les conseils du médecin. Nous sommes la première société en France à investir sur ce type d’équipement. On connaissait le produit déjà utilisé, dans ce cadre, aux États-Unis. Le fait que ce soit une société rennaise qui ait eu l’accord de Google pour développer l’application médicale est un plus.  »

Marie-Anne Denis, studio Ama (Advanced médical applications)

« Notre entreprise a été créée en 2004, par Christian Guillemot. À l’origine, nous sommes développeur d’applications. Depuis deux ans, nous avons eu accès à cette nouvelle technologie des lunettes connectées. Et nous avons décidé de développer des applications, à destination des professionnels de la santé. Nous avons été certifiés par Google, qui fabrique les Google glass. Un label décerné aux entreprises qui développent des applications à usage métier. Nous sommes dix dans le monde. Principalement aux États-Unis, en Australie, en Allemagne. Et, à ma connaissance, les seuls en France dans ce registre. Nous travaillons également en télémédecine (mise en relation d’une infirmière avec un spécialiste) et un de nos référents, chirurgien au centre hospitalier Saint-Grégoire, fait du compagnonnage à distance avec le Japon.

Cette solution a été développée en interne, à Rennes, où sont nos bureaux et notre studio de production. Et nous livrons, cette semaine, notre premier client en France. La société Assistance ambulance a signé un contrat sur deux ans. Le kit complet, qui comprend l’ordinateur, les lunettes, les connexions, lui coûte 339 € par mois, une somme qui comprend la connexion au médecin régulateur. Les données transitent via le SIB Syndicat interhospitalier de Bretagne, qui est un hébergeur qualifié pour les données de santé.  »

Patrick Guérin, président SOS Médecin Nantes

« Ce système nous intéresse principalement dans deux situations. Notre médecin régulateur peut avoir une vision directe, par le biais de l’infirmier qui porte les lunettes à l’intérieur de l’ambulance pour surveiller un patient, pour lequel il a demandé un transport urgent.

La deuxième application concerne le médecin qui se déplace au domicile et prescrit un transport. S’il convient, avec le médecin du Samu, de ne pas faire déplacer un Smur (service mobile d’urgence et de réanimation), mais une ambulance simple avec défibrillateur semi-automatique, et bien, durant le transport, il va pouvoir effectuer, par le biais de l’infirmier, une veille constante. On est, ici, dans un nouveau mode ambulatoire qui va simplifier le travail du médecin régulateur.  »

Lisez l’article

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*