Le traumatisme des membres: immobilisation avec la technique de l’écharpe simple

Le traumatisme des membres: immobilisation avec la technique de l’écharpe simple

Le traumatisme des membres: immobilisation et relevage

Si le traumatisme siège au niveau d’une articulation, avec un gonflement mais sans autre déformation, appliquez du froid (eau froide, glace ou compresses chimiques).
> l’eau froide n’est efficace que si elle est à moins de 15 °C. Si ce n’est pas le cas, l’eau peut être additionnée de glaçons. Des serviettes trempées dans l’eau et essorées sont appliquées autour de l’articulation er renouvelées environ toutes les 2 minutes.
> La glace pilée ou la neige emplissent une poche où vous avez fait le vide d’air et que vous avez fermée hermétiquement, Enveloppez la ponce dans un linge et placez-la sur l’articulation,
> Les compresses chimiques froides sont de différents types, et il est nécessaire de respecter les recommandations du fabricant. Utilisez les comme une poche de glace

Le refroidissement ne doit pas retarder l’avis médical, ni l’immobilisation.
La durée sera déterminée par le médecin
L’application sera arrêtée dès que la victime ne la supporte plus, ou sur demande du médecin.
Elle doit être le plus précoce possible, et dépasser la zone douloureuse.

IMMOBILISATION: LA TECHNIQUE DE L’ECHARPE SIMPLE

Immobilisation de la main, du poignet de l’avant-bras

Le sommet du triangle est du côté du coude, la base perpendiculaire à l’avant-bras à immobiliser.
> Une pointe est engagée entre le coude et le thorax et remonte sur l’épaule du côté blessé.
> La seconde pointe passe devant l’avant-bras et passe sur l’épaule du côté du cou opposé à la lésion.
Le triangle est ajusté et déplissé jusqu’à la base des doigts.
Les deux pointes sont nouées sur le côté du cou (opposé à la lésion) en s’assurant que la main reste au-dessus du niveau du coude (ceci évite le gonflement).
La partie libre de la pointe est alors torsadée et bloquée sous l’écharpe.

L’immobilisation du bras

Elle nécessite l’immobilisation de l’épaule. Utilisez une écharpe simple qui immobilise le coude et le poignet, le bras étant plaqué contre le thorax par une contre écharpe. Vous pouvez aussi utiliser une attelle coude au corps.
> L’écharpe simple est mise en place
> La 2e écharpe est positionnée, la base au niveau de l’épaule du côté atteint, les deux pointes enveloppent le thorax en passant sous l’aisselle opposée. Elles sont nouées en avant de celle-ci.
> Le sommet est torsadé et fixé avec une épingle de sûreté pour maintenir le bras contre le thorax.

L’immobilisation de l’épaule

L’écharpe oblique assure le maintien du membre blessé en évitant toute pression sur la zone atteinte.
s’il existe une déformation importante (luxation de l’épaule), il peut être nécessaire que vous réalisiez un rembourrage entre le thorax et le bras pour assurer son immobilisation tout en respectant la position.
> Posez la main du blessé du côté atteint au milieu de sa poitrine.
> Glissez le triangle tenu par les pointes, la base est glissée sous l’avant-bras (le sommet reste vers le coude).
> Passez une pointe dans le dos, l’autre sur le thorax, et fixez les sur l’épaule opposée par un noeud.
> Torsadez le sommet au niveau du coude et fixez le par une épingle de sureté

REMARQUE

Toutes lésion de l’appareil locomoteur, osseuse, articulaire est douloureuse est peut se compliquer de lésions nerveuses, vasculaires ou cutanées. Pour les sapeur pompier au-delà d’une immobilisation provisoire, il est indispensable de les immobiliser avant tout le déplacement de la victime, sauf danger imminent. l’atteinte du rachis, d’une part, et celle des membres, d’autre part, doivent faire l’objet de prise en charge particulières.

Source: Vagnon – Immobilisation, Relevage et Brancardage

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*