Les techniques d’immobilisation avec plan dur

Les techniques d’immobilisation avec plan dur

Utiliser un plan dur avec immobilisateur de tête

Il est composé d’un plan dur rectangulaire équipé de poignées de portage et de sangles de maintien, et d’un immobilisateur de tête comprenant un coussin fixé sur le plan dur, deux blocs latéraux et des sangles de maintien. Il y a diverses typologies de plan dur, chacun avec ses accessoires; pour plus d’info cliquez ici.

La mise en place du plan dur nécessite au moins trois équipiers. L’équipier de tête dirige la manœuvre.

LA VICTIME SUR LE DOS

> Le premier équipier, après avoir posé le collier cervical, maintient la tête en position neutre. Il fait contrôler la motricité et la sensibilité de la victime

> Les bras allongés le long du corps et les mains posées sur les cuisses, les jambes tendues, la victime va être tournée sur le côté.

> Le second et le troisième équipier se placent à genoux du côté du retournement et saisissent la victime du côté opposé au niveau de l’épaule, du bassin et des membres inférieurs.

> Sur les ordres de l’équipier 1 (« étés-vous prêts ? » ; «prêts » ; « attention pour tourner. . . tournez »), ils assurent une rotation de la victime sur son côté, lentement et d’un bloc, tandis que l’équipier 1 maintient la tête dans l’axe du tronc.

> La rotation est interrompue dès que la victime est sur le côté. L’équipier 2 examine rapidement le dos et tire le plan dur pour le placer au contact de la victime puis le redresse pour le plaquer contre elle (« plan dur en position »).

> Sur l’ordre du premier équipier (« Attention pour poser… Posez ») ils reposent la victime et le plan dur délicatement sur le sol, et si nécessaire, la centrent.

> Solidarisez la tête puis le corps sur le plan dur et contrôlez la motricité et la sensibilité de la victime.

LA VICTIME SUR LE VENTRE

ART4.2

> La victime sera retournée du côté opposé à son regard.

> Le premier équipier maintient la tête par une prise occipitofrontale ( 1).

> Le second glisse les mains de la victime sous ses cuisses.

> Un rembourrage est placé le long du tronc de la victime, du côté du retournement. Le plan dur est placé contre lui, soit environ à 10 cm de la victime (2).

> Les équipiers s’agenouillent sur le plan dur et saisissent la victime du côté opposé, au niveau de l’épaule, du bassin et des membres inférieurs (3).

> Sur l’ordre de l’équipier de tête (« Attention, pour tourner. .. Tournez ») ils assurent une rotation de la victime sur son côté, lentement et d’un bloc, tandis que l’équipier 1 ramène la tété dans l’axe du tronc en position neutre. (« Halte ») (4).

> Les équipiers secouristes dégagent un à un leurs genoux (« Dégagez le plan dur… En position. ») et les placent sur le sol contre le plan dur.

> Ils terminent la rotation (« Attention pour continuer à tourner. . Tournez ») pour allonger la victime sur le plan dur, et mettent en place le collier cervical (5).

LA VICTIME DEBOUT

ART4.3

En cas de suspicion de lésion rachidienne, il est impératif d’immobiliser la victime retrouvée debout, avant de l’allonger.

> Le premier équipier, après avoir posé le collier cervical, maintient la tête en position neutre en se plaquant face à la victime (1).

> Les équipiers 2 et 3 placent le plan dur dans le dos de la victime et la sanglent,

> Les équipiers 2 et 3, de part et d’autre de la victime, maintiennent le plan dur d’une main, passée sous l’aisselle, et de l’autre main, la tête de la victime (2).

> Aux ordres de l’équipier 1 placé derrière le plan dur (« Attention pour basculer… Basculez »), ils basculent, sans jamais lâcher la tête, la victime et le plan dur en arrière.

> Terminez ensuite l’immobilisation et l’examen de la victime (3)

Source: Vagnon – Immobilisation, Relevage et Brancardage

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*