Les pilotes d’hélicoptères du Samu en grève le 16 juillet

Les pilotes d’hélicoptères du Samu en grève le 16 juillet

Trois syndicats de pilotes d’hélicoptères employés par le Samu ont déclenché le premier mouvement de grève de leur histoire mardi. Pendant une heure, les pilotes ne voleront pas, afin de protester contre une évolution de la réglementation qui vise à confier aux médecins et infirmiers la tâche de les assister. Les services de secours ne seront pas affectés par ce mouvement de protestation. Un important syndicat de pilotes d’hélicoptères utilisés par le Samu appelle à une grève d’une heure le 16 juillet. Ils demandent que des négociations sur leurs conditions de travail, notamment leurs salaires, soient ouvertes. Ce projet est «inacceptable pour les pilotes», pour des questions de «sécurité» et de «bon sens», a expliqué à l’AFP Jean Bec, secrétaire général de la branche Samu-Transport public et hélicoptère du SNPNAC, qui revendique la place de premier syndicat aux élections les plus récentes. El grève est une grève «symbolique» ayant vocation à être une «alerte» adressée «au gouvernement».

ARTICLE LIBERATION

Ils sont en fait des employés de sociétés privées de sauvetage en mer ou en montagne et travaillent pour les services publics de Samu. Une situation spécifique qui concerne 150 pilotes en France environ. A l’appel de trois syndicats, ils ont décidé de se mettre en grève mardi, une première dans leur histoire, pour demander l’ouverture de négociations sur leurs conditions de travail, notamment leurs rémunérations. Ce mouvement de protestation doit durer jusqu’à mercredi mais il ne devrait pas affecter les services de secours puisque les pilotes et leurs appareils peuvent être réquisitionnés à tout moment par une décision préfectorale pour partir en mission. Trois syndicats de pilotes ont été reçus lundi au ministère de la Santé. Pour la CGT-Aérien, les salaires « ridiculement bas » sont le premier motif de grogne. Christian Cordier, pilote à Alençon et invité d’Europe 1, estime que les pilotes français gagnent deux fois moins que leurs collègues européens. Leur mot d’ordre est « non au travail gratuit ». « Certains pilotes travaillent le jour et on les rappelle la nuit pour voler, une astreinte et des missions qui ne sont pas rémunérées en supplément » explique Christian Cordier. Les syndicats demandent également une convention collective pour fixer les règles du travail dans ce secteur, notamment les temps de repos.

 

 

About The Author

Emergency Live

Emergency Live est l’unique magazine plurilingue dédié aux opérateurs des premiers secours et de gestion des urgences. Comme tel, il représente un canal privilégié pour informer de façon rapide et économique un grand nombre d’utilisateurs ciblés, pour les entreprises qui œuvrent dans ce secteur: par exemple, toutes les entreprises qui s’occupent, de différentes manières, de l’équipement des véhicules de secours. Des producteurs des véhicules aux entreprises qui s’occupent de la transformation, en passant par toutes les sociétés qui fournissent le matériel de secours et de sauvetage.

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*