Accident de car à La Madeleine

Accident de car à La Madeleine

« La plupart des gens dormaient (…) On n’a pas compris ce qui s’est passé »

Six personnes ont été grièvement blessées à La Madeleine près de Lille dans l’accident spectaculaire d’un car espagnol, dont le toit a été arraché lorsqu’il s’est engagé dans un tunnel qu’il était trop haut pour franchir, selon les autorités locales.

Un nouveau bilan établi à la mi-journée par le centre hospitalier de Lille faisait état de « six patients dans un état grave, dont deux personnes avec un pronostic vital engagé« , sur un total de 59 passagers à bord du véhicule. En milieu d’après-midi, les médecins faisaient état d’un pronostic restant réservé.

Au total, l’hôpital a pris en charge 34 personnes, dont une quinzaine ont pu repartir, a expliqué l’établissement dans un communiqué. Quinze personnes blessées plus légèrement étaient encore en cours de traitement.

L’autocar assurait une liaison Bilbao-Amsterdam. Il transportait notamment une cinquantaine d’étudiants espagnols âgés de 18 à 29 ans se rendant aux Pays-Bas. L’accident, rare et particulièrement spectaculaire, est survenu en fin de nuit, vers 05H20, dans un mini-tunnel de La Madeleine.

Ignorant un panneau de signalisation prohibant l’accès aux véhicules d’une hauteur dépassant 2,60 mètres, l’autocar s’est engagé dans la voie où il s’est
retrouvé coincé, le toit complètement arraché sur toute la longueur. Des passagers se trouvaient à l’étage du véhicule.

Encore sous le choc, plusieurs jeunes rescapés interrogés par l’AFP ont confié leur incrédulité. « La plupart des gens dormaient (…) On n’a pas compris ce qui s’est passé« , raconte Carlota, originaire du Pays basque espagnol, qui voyageait avec deux amies. « Tout à coup, le toit du tunnel était là« , mime la jeune fille, la main juste au-dessus de sa tête.

« C’était horrible« , renchérit Ane, l’une de ses compagnes d’infortune. Selon elles, les blessés les plus grièvement atteints étaient assis à l’arrière du bus, vers lequel les débris du toit ont été projetés.

Les passagers rescapés de l’accident étaient regroupés dimanche dans la salle d’un centre sportif de La Madeleine, dans l’attente d’une prise en charge pour les ramener en Espagne. « Ils se reposent, on sait que le stress épuise, ils sont entre eux, ils ont appelé les familles. On agit en collaboration avec les pompiers et les autorités municipales pour un minimum de confort (…) Le retour est en train de s’organiser« , a expliqué François Ducrocq, psychiatre à la tête d’une cellule d’urgence médico-psychologique mise en place sur les lieux.

Un jeune garçon, égratigné au visage, sort fumer. Il dormait au moment de l’accident, aucun bruit, aucun mouvement ne l’a prévenu de l’imminence du drame. Il montre une vidéo de quelques secondes sur son portable immédiatement après l’impact. La confusion se lit sur le visage de son voisin de siège qui époussette des échardes de verre.

Un chauffeur en garde à vue

Le voyage était affrété par une compagnie basque espagnole, prévu du 25 juillet au 1er août. Les voyageurs devaient être hébergés dans un camping néerlandais d’où différentes excursions étaient prévues, a expliqué l’agence de voyage
.
Les jeunes étaient montés à bord du bus samedi après-midi à Bilbao, San Sebastian et Vitoria. L’un des deux chauffeurs, celui qui était au volant au moment de l’accident, a été placé en garde vue, a indiqué le parquet de Lille. Les dépistages d’alcoolémie et de prise éventuelle de stupéfiants sont négatifs, et le chronotachygraphe du car a été saisi, a précisé le procureur lillois Frédéric Fèvre.

Selon la préfecture du Nord, l’autocar effectuait régulièrement le trajet entre l’Espagne et les Pays-Bas via Lille mais les deux chauffeurs, pour une raison inconnue, n’ont pas emprunté l’itinéraire habituel.

« On voit beaucoup de camionnettes s’encastrer, mais un bus pour moi c’est la première fois« , s’étonnait Christian Janssens, maire-adjoint de La Madeleine. Le premier magistrat de la ville Sébastien Leprêtre réclame lui « la pose d’une signalisation lumineuse « agressive » pour dissuader les véhicules de trop grande hauteur de s engager dans les mini-tunnels« .

Voire l’intervue au médecin urgentiste du CHR de Lille

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*