Agressions, être secouriste est plus dangereux qu’être sapeur pompier!

Agressions, être  secouriste est plus dangereux qu’être sapeur pompier!

Etre secouriste est plus dangereux qu’être sapeur pompier? Le rapport des agressions est 1 à 14 !

Une recherche américaine nous explique comme le métier des secouriste et paramédic est plus difficile et dangereux de celui de pompier : « Agressions supérieures de 14 fois » .

La Drexel University Dornsife Shool of Public Health, aux Etas Unis, affirme que la profession de secouriste sanitaire est plus dangereux que cela de sapeur pompier. La recherche publiée sur American Journal of Industrial Medicine, par cette école spécialisée en services sanitaires, est très choquante. Aux Etas Unis les paramédics et les secouristes qui travaillent sur les ambulances sont 14 fois plus en danger d’être attaqués, blessés ou tués au travail que leurs collègues du service d’incendie, avec lesquels ils travaillent souvent côte à côte.

Les statistiques de la Drexel University ont été comparés à ceux de la “Firefighter Injury Research and Safety Trends” de la FEMA, l’agence fédérale américaine pour la gestion des urgences. Les données ont été comparées à une série d’entretiens menés dans les principales équipes paramédicales américaines. Il est difficile de faire une comparaison en dehors des États-Unis, car en Europe on n’utilise pas seulement les professionnels, mais les infirmières et les médecins de soins intensifs sont assistés par des bénévoles de sauvetage.

Cependant  il y a un trait commun qui est détectable même en Europe: « Souvent, les blessures agression pendant le sauvetage des activités ne sont pas signalés ou ne sont pas reconnus, car ils sont internalisés par les professionnels dans le cadre du travail. »

Malheureusement le problème de l’agression augmente selon le sexe de l’opérateur. Les paramédicaux hommes sont plus à risque que leur collègues femmes. Si, pour chaque sapeur pompier homme agressé il y a 14 ambulanciers hommes battus, pour chaque femme pompier agressée il y a 9.3 ambulancières femmes agressées.

Quels solutions à proposer ? S’armer où instituer une formation anti-agression ?

Parmi les solutions proposées par la Drexel University il y a certainement la question de la formation du personnel pour prévenir, éviter et répondre aux agressions physiques. En effet le premier dogme de l’urgence est de travailler en toute sécurité ; cela est surtout pour empêcher que la condition de travail se détériore en ayant un impact négatif  à deux reprises sur le budget de la santé publique.

Si un ambulancier est attaqué et a souffert, il y a un triple risque: un blessé pas secours, un ambulancier blessé (ou pire), et un trou dans le service de santé ultérieure. « Personne ne pense à l’implication de cette situation: nous sommes en cours d’exécution de notre secouristes. On est très préoccupé par la fatigue, l’épuisement professionnel et le possible détachement émotionnel, qui font face à nos sauveteurs, » ont conclu les auteurs de cette recherche.

Aux États-Unis il y a un très vif débat sur la possibilité de fournir même les paramédicaux – comme leur collègues du service d’incendie – d’armes à feu.

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*