Chasse à l’homme des attentats de Bruxelles

Chasse à l’homme des attentats de Bruxelles

Attentats de Bruxelles : deux suspects identifiés, le troisième toujours en fuite

Au lendemain des attentats de Bruxelles, la police belge est à la recherche d’un suspect qui a été vu s’enfuyant de l’aéroport. Les deux kamikazes présumés ont été identifiés comme étant deux frères, dont l’un était en contact avec Salah Abdeslam.

La police belge s’est engagée dans une chasse à l’homme, mercredi 23 mars, pour retrouver l’un des auteurs présumés des attentats coordonnés, qui ont frappé Bruxelles la veille, faisant au moins une trentaine de morts et plus de 200 blessés. Cet homme a été repéré par des caméras de surveillance à l’intérieur de l’aéroport où a eu lieu une double explosion.

Un avis de recherche a été diffusé par la police. Sur la photo, on peut le voir vêtu de blanc avec un chapeau poussant chariot à bagages aux côtés de deux autres hommes, considérés comme les kamikazes qui se seraient fait exploser dans le hall des départs de l’aéroport. Ce suspect est « activement recherché », selon les autorités belges.

Deux frères kamikazes identifiés

Les deux premiers hommes « sont venus en taxi […], leurs bombes étaient dans les valises. Ils ont mis leurs valises dans des chariots. Les deux premières bombes ont explosé », a précisé à l’AFP le maire de la commune de Zaventem, où se situe l’aéroport, Francis Vermeiren. « Le troisième a aussi mis sa valise sur un chariot mais il a dû paniquer, elle n’a pas explosé » a-t-il ajouté.

Selon la RTBF, qui cite une source policière, les deux kamikazes présumés de l’aéroport ont été identifiés comme étant deux frères bruxellois : Khalid et Brahim El Bakraoui. Ils « étaient connus des services de police mais pour grand banditisme et non pour des faits de terrorisme jusqu’ici », précise le site de la RTBF. « L’un des deux, Khalid, avait loué sous une fausse identité l’habitation du 60 rue du Dries, à Forest, où avait éclaté une fusillade avec la police » et qui avait mené à l’arrestation de Salah Abdeslam.

Le journal La Dernière Heure avance pour sa part que le troisième assaillant présumé, toujours en fuite, serait Najim Laachraoui, déjà recherché pour son rôle de complice dans les attentats du 13 novembre 2015 en France. Cet homme de 25 ans, parti en Syrie en février 2013, avait été contrôlé sous une fausse identité le 9 septembre dernier, à la frontière austro-hongroise, en compagnie de Salah Abdeslam et de Mohamed Belkaïd, un Algérien de 35 ans abattu par la police la semaine dernière à Forest, en Belgique.

Des « perquisitions sont en cours en plusieurs endroits du pays », a encore indiqué le procureur fédéral belge, Frédéric Van Leeuw. « Dans le nord de Bruxelles, à Jette, et à Schaerbeek », a précisé plus tard Kattalin Landaburu, la correspondante de France 24 à Bruxelles. Le parquet fédéral a précisé qu’un engin explosif, des produits chimiques et un drapeau de l’organisation État islamique (EI) avaient notamment été découverts lors d’une perquisition à Schaerbeek. « Une équipe de démineurs à été mobilisée dans l’un des appartements », a ajouté Kattalin Landaburu.

D’après des médias belges, cet appartement aurait été identifié grâce au témoignage d’un chauffeur de taxi, qui pense avoir pris en charge les auteurs de l’attaque contre l’aéroport.

Une revendication de l’EI

L’EI a officiellement revendiqué ces attaques, les plus sanglantes jamais commises à Bruxelles, capitale belge et de l’Europe, où siègent Conseil de l’Union européenne, Conseil de l’Europe, Commission européenne. Elles montrent, selon les experts, que les réseaux de l’EI restent capables de monter des opérations meurtrières, malgré la pression policière à laquelle ils sont soumis.

Souvent considérée comme une base pour les islamistes radicaux, Bruxelles avait échappé jusqu’ici aux attaques qui ont ensanglanté Madrid en 2004, Londres en 2005, et Paris à deux reprises en 2015.

Ces nouveaux attentats surviennent quatre jours après la capture spectaculaire dans la commune bruxelloise (arrondissement) de Molenbeek du Français Salah Abdeslam, seul survivant parmi les assaillants des attentats du 13 novembre à Paris (130 morts), et désormais incarcéré à Bruges avant son transfèrement demandé par la France. Le procureur fédéral a cependant souligné qu' »il était encore trop tôt pour établir un lien avec les attentats de Paris ».

Huit Français blessés

Le parquet de Paris, de son côté, a annoncé l’ouverture d’une enquête en France. Huit Français ont été blessés, dont trois grièvement, selon un bilan provisoire. Une délégation du FBI et de la police de New York va pour sa part se rendre à Bruxelles. Plusieurs Américains figurent parmi les blessés dont trois missionnaires mormons de l’Utah et un membre de l’US Air Force. Le département d’État américain a par ailleurs mis en garde les touristes américains contre des « risques potentiels » en Europe.

« Des groupes terroristes planifient encore des attaques à moyen terme à travers l’Europe, ciblant des événements sportifs, sites touristiques, restaurants et les transports », a ainsi écrit le département d’État. Cette mise en garde s’applique jusqu’au 20 juin, soit après le coup d’envoi de l’Euro-2016 de football organisé en France du 10 juin au 10 juillet.

À la suite de ces nouvelles attaques, le secrétaire d’État aux Sports Thierry Braillard a assuré que cet événement sportif « ne sera pas reporté ou annulé ». « On le répète depuis plusieurs mois, la menace terroriste a été intégrée à nos réflexions depuis le début » et « annuler ou reporter le championnat d’Europe de football, ce serait donner raison à ces lâches », a-t-il insisté dans un entretien à L’Équipe publié mercredi.

Lire l’article

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*