Comment différencier un angor d’un infarctus

Comment différencier un angor d’un infarctus

Quelles sont les differences entre un angor et un infarctus? Comme on doit les façer?

Qu’est-ce que l’angor ?
Il y a deux types d’angors : l’angor stable et l’angor instable. L’ambulancier va devoir bien différencier les deux types d’angors.

L’angor communément appelé aussi angine de poitrine, correspond à l’apparition de douleur aiguë généralement situés dans le côté gauche de la poitrine, témoignant d’un déséquilibre entre les apports et la consommation en oxygène du myocarde (Partie basse du coeur), qu’on appel (Ischémie Transitoire).

Dans plus de 95% des cas, l’angor est dû à une maladie coronarienne dût à des plaques d’athérome (Sécrétions obstructives) réduisent le diamètre des artères et leur capacité de vasodilatation (Élargissement des artères).

On mesure l’importance du trouble atheromateux en fonction de la douleur et de sa fréquence:
– Quand l’ischémie se définie par une douleur intermittente et régulière, c’est qu’elle apparait à partir de 50 à 70% de réduction du diamètre de l’artère et qu’elle apparaît donc généralement à l’effort. C’est l’angor stable.
– Pour définir l’angor stable, l’ambulancier devra s’intéresser sur :
° La fréquence des douleurs, le temps des douleurs et les temps d’arrêts entre chaque douleur.
° Si le patient était en activité.
– Quand l’ischémie se définie par une douleur permanente et anarchique, c’est qu’elle apparaît au delà de 90% de réduction du diamètre de l’artère. Elle apparaît donc à l’effort mais aussi au repos. C’est l’angor instable.
Pour définir l’angor instable, l’ambulancier devra s’intéresser à :
° Depuis combien de temps la douleur dure.
° Si le patient était en activités ou au repos.
Signes cliniques de l’angor stable et instable.

Douleur ressentie:
– Au milieu de la poitrine, dans la région rétro-sternal (derrière le sternum).

Elle se présente pour l’angor stable:
– En fréquences régulière, toute les 30 mn sur des durées assez courte.

Elle se présente pour l’angor instable:
– En fréquences totalement anarchiques et irrégulière sur des durées courte.

Elle s’irradie fréquemment :
– Vers le côté gauche du cou.
– Le côté gauche de la mâchoire inférieure.
– Les membres supérieurs, surtout le gauche.

Parfois, elle se limite uniquement à une irradiation le plus souvent vers:
– Le bras gauche.
– La région dorsale.

Sensation de:
– Serrement.
– Écrasement.
– Impression d’avoir un étau dans la poitrine.

L’angor peut s’accompagner entre autres de :
– Céphalées (Maux de tête).
– Palpitations.
– Douleurs épigastriques (Brûlures dans l’œsophage).
– Nausées.
Sont signe évident se défini par la couleur du visage. Le visage est pale mais non cyanosé

Qu’est-ce que l’infarctus du myocarde ?
L’infarctus du myocarde communément appelé l’IDM, est un processus physiopathologique correspondant à la rupture d’une plaque d’athéromes qui se décolle (généralement de l’artère fémoral) et qui se met à circuler dans les artères pour s’arrêter et boucher l’artère coronaire.
Le sang s’arrête de circuler, cela entraine une thrombose occlusive (Artère qui se bouche) et la nécrose (Mort des tissus musculaire) d’une partie du myocarde dans le muscle cardiaque.
Le patient ayant fait un IDM, est un cas à haut risque cardiovasculaire.

L’ambulancier va devoir considérer un cas d’IDM comme un cas d’urgence vital car il y a des risque probables de décès par arrêt cardio-respiratoire.
(Le patient peut aussi rencontrer un risque d’embolie pulmonaire si le caillot passe le coeur et s’arrête dans l’artère pulmonaire ou un risque d’AVC si le caillot passe l’artère pulmonaire pour s’arrête dans le cerveau).

Signes cliniques d’un infarctus du myocarde
Douleur dans la poitrine « en étau » durant plus de 20 à 30 minutes.
Elle s’irradie par une :
– Douleur RÉTRO-STERNAL (Derrière le sternum).
– Douleur intercostal arrière (Dans le dos).
– Irradiation MAXILO-BRACHIAL (Figure, visage et cou)
– Les épaules
– Irradiation ABDOMINAL (Dans le ventre au creux épigastrique de l’estomac).
Le patient va rencontrer des difficultés soudaine à respirer, sans faire d’efforts important, normale ou avoir un blocage de la cache thoracique à la respiration.
D’autres symptômes sont possibles :
– Anxiété.
– Sueurs.
– Vertiges.
– Nausées.
– Vomissement.
– Essoufflement.
– Spasmo.
– Lourdeurs des mollets.
Le visase est gris cyanosé.

-Source: Urgencyclopédie-

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*