Formation des médecins en contexte d’urgence ou catastrophe naturelle

Formation des médecins en contexte d’urgence ou catastrophe naturelle

Bruxelles: formation de 30 médecins à l’urgence et aux blessures de guerre

A’ Bruxelles aujoud’hui, le 23 novembre, trente chirurgiens et assistants avec minimum trois ans d’expérience clinique, Belge ou non, vont débuter une formation de 12 jours sur la chirurgie humanitaire, dont les pratiques s’appliquent lors des heures qui suivent un attentat qui a fait beaucoup de blessés.

Au programme, lors de quatre modules de trois jours, la prise en charge des traumatismes dans un contexte d’urgence avec des ressources limitées, par exemple à la suite d’un attentat ou d’une catastrophe naturelle. Ils apprendront à prendre en charge un afflux de blessés, sur le plan des techniques médicales (procédures d’anesthésie et de réanimation adaptées, gestion des blessures de guerre et blessures par écrasement, amputations, césariennes d’urgence, etc.), mais aussi des priorités à établir et de la gestion du stress.

Pour la première fois lors de cette année académique, l’Université catholique de Louvain (UCL) coordonne cette formation interuniversitaire organisée en collaboration avec les universités de Bruxelles (ULB) et de Liège (ULiège) ainsi qu’avec l’ONG Médecins Sans Frontières (MSF).

«Mener une variété de procédures chirurgicales et gérer les opérations d’urgence en parallèle (blessures de guerre ou lésions graves) est un réel atout, même en dehors du cadre d’une mission humanitaire, dans un contexte de menace terroriste par exemple», souligne l’UCL dans un communiqué.

La formation «sera dispensée par une équipe enseignante pluridisciplinaire qui réunit des

  • spécialistes de terrain
  • équipes de MSF
  • professeurs de l’UCL, l’ULB et l’ULiège, qui exercent dans le domaine de la chirurgie traumatique et obstétrique et de l’anesthésie-réanimation»

explique l’UCL.

Ce partenariat entre universités et acteur de terrain doit combler un manque tant en termes de formation continue que de ressources humaines.

«MSF possède une connaissance approfondie des réalités de terrain auxquelles les chirurgiens sont confrontés lors de leurs missions, mais dépendent du recrutement de spécialistes expérimentés et compétents en matière de médecine humanitaire. Un profil peu fréquent, notamment en Belgique, où aucune formation de ce type n’existait», souligne ainsi l’UCL.

Source

 

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ETES-VOUS UN LECTEUR?

ETES-VOUS UNE SOCIETE’?

diventa-partner

X