Formation urgentiste: prise en charge des femmes victimes de violences conjugales

Formation urgentiste: prise en charge des femmes victimes de violences conjugales

Violences conjugales : les urgentistes se forment

Une première journée de formation des médecins urgentistes « référents » pour la prise en charge des femmes victimes de violences conjugales

Chaque année, plus de 200.000 femmes sont victimes de violences conjugales qu’elles soient physiques ou sexuelles. La plupart d’entre elles appellent à l’aide dans un contexte d’urgence : elle contactent soit le Samu soit les pompiers ou se présentent aux Urgences.

« A terme, chaque service d’urgences devrait disposer d’un référent violence », a expliqué Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, dans son discours d’ouverture. Aujourd’hui, 253 de ces 539 référents, nommés dans les services d’urgence en France, ont participé à une première journée de formation à Paris.

Si les médecins sont l’un des recours spontanés des femmes victimes de violences, ils estiment ne pas toujours savoir « comment poser les questions qui ne brutalisent pas davantage, alors même que la femme qui est en face d’eux attend ce déclic, cette phrase, cette question qui va lui permettre de s’exprimer« , a déploré la ministre.

Une fois formés, les référents seront amenés à organiser la prise en charge des patientes. Ils devront identifier les différents acteurs internes ou externes à l’hôpital susceptibles d’y prendre part et coordonner leurs travail. Une autre facette de leur rôle sera de sensibiliser et d’éduquer leurs collègues à ces questions.

En plus de la formation, figurant dans le 4e plan interministériel de prévention et de lutte contre les violences faites aux femmes (2014-2016), chaque référent s’est vu confier un kit de prise en charge : mémos, notes explicatives et documentation sur la question des violences faites aux femmes.

Ces violences constituent un enjeu majeur de santé publique. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ces femmes perdent de un à quatre ans de vie en bonne santé.

Le 5e plan interministériel devrait permettre, selon Mme Touraine, d’élargir cette formation à d’autres professionnels de santé, d’améliorer la prise en charge psychologique des femmes victimes de violences et de repenser le système du recueil des preuves en l’absence de plainte.

Lire l’article

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*