Fusillade meurtrière dans un camp de gens du voyage

Fusillade meurtrière dans un camp de gens du voyage

Somme: fusillade meurtrière dans un camp de gens du voyage

Quatre personnes, dont un bébé de six mois, sont mortes lors d’une fusillade survenue mardi, dans un camp de gens du voyage, à Roye, dans la Somme. Trois autres ont été blessées. Bernard Cazeneuve s’est rendu au chevet des victimes.

Une fusillade survenue mardi 25 août dans un camp de gens du voyage à Roye, dans la Somme (nord de la France), a fait quatre morts, dont un bébé de six mois, et trois blessés graves, selon la préfecture. L’un des deux gendarmes blessés est décédé des suites de ses blessures en début de soirée.

Selon le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, qui s’est rendu dans la soirée à l’hôpital d’Amiens, un homme est entré dans le campement et « a tué froidement un bébé de six mois, une femme et un homme ». Le tireur a été blessé lors de l’intervention des forces de l’ordre.

« Un homme de la communauté a ouvert le feu sur un homme d’une quarantaine d’années, sa belle-fille et un enfant en bas âge », a-t-il déclaré. « C’est une affaire absolument dramatique et qui suscite dans la Somme, en France et au ministère de l’Intérieur une considérable émotion […] Les gendarmes n’ont pas eu d’autre solution pour maîtriser le forcené que de lui tirer dans les jambes », a-t-il ajouté.

Le procureur de la République Bernard Farret, venu depuis Amiens, s’est dit dans l’incapacité de donner les motifs de la fusillade. Toutefois, « l’auteur était, semble-t-il, en état d’ébriété », a-t-il déclaré, et muni d’un fusil de chasse. « On ne peut pas parler de règlements de compte mais d’une agression d’un individu sur une famille », a-t-il encore souligné.

Tensions autour du camp

Au nombre des blessés figure un enfant de trois ans, a précisé le ministre. Selon l’adjoint au maire de Roye, Freddy Cantrel, « le pronostic vital de l’enfant est engagé ».

Bernard Cazeneuve a rencontré les familles du gendarme et des gens du voyage pour « témoigner de son immense soutien ». Il s’est également incliné devant la dépouille du militaire tué.

Plusieurs journalistes, travaillant pour Europe 1, RTL, ou encore I-Télé ont par ailleurs été pris à partie par des gens du voyage. Certains ont même été frappés aux abords du camp.

Des renforts de forces de l’ordre ont été déployés à Roye ainsi qu’aux alentours du CHU d’Amiens en raison des tensions dans le camp où s’est produit le drame.

La dernière flambée de violences dans un camp de gens du voyage s’était produite en 2010 à Saint-Aignan (Loir-et-Cher), avec la mort d’un gitan tué par un gendarme lors d’un contrôle auquel l’homme avait tenté de se soustraire.

Lire l’article

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*