Immigration en Italie: prostitution, drogue et esclavage dans un centre de contrôle public

Immigration en Italie: prostitution, drogue et esclavage dans un centre de contrôle public

Aujourd’hui l’enquête de l’hebdomadaire L’Espresso, realisée par le journaliste «incorporé» Fabrizio Gatti, fait éclater le scandale; il ya un gros problème dans le troisième secteur italien. Un problème qui est cristallisé dans les images du CARA di Borgo Mezzanone, près de Foggia. Là, les immigrés qu’ont traversé la Méditerranée deviennent des «numéros» pour le groupe des coopératives rouges et blancs qui composent le consortium  “Sisifo” et le consortium “Senis Hospes” (A’ LIRE).

Pour guarder parqués dans le troisième centre de demandeurs d’asile en Italie environ 636 personnes (mais selon l’estimation du journaliste ils sont beaucoup plus) sont payés € 14.000 par jour.

Le reportage de Fabrizio Gatti est une gifle au visage pour le troisième secteur. De toute évidence, il décrit comme pour augmenter massivement les profits causés par les 15 millions d’euros de contrat (plus des autres compensations extraordinaires) le domaine est devenu presque pire des bidonvilles illégaux que – toujours dans le territoire de Foggia – ont fourni (et fournissent) travailleurs esclaves des champs de tomates.

En résumé, la masse des gens qu’est dans la CARA est ultilisée « des gangsters nigérians pour faire prostituir les jeunes filles », afin de fournir des «travailleurs illégaux» à l’agriculture de la région, et pour amasser des chiens errants. Et qui sait quoi d’autre. L’enquête en italien se trouve ici:

http://www.emergency-live.com/it/equipaggiamenti/terzo-settore-abbiamo-un-problema-scoppia-lo-scandalo-del-cara-di-foggia/

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*