Le patch imprimé en 3D qui guérit les blessures!

Le patch imprimé en 3D qui guérit les blessures!

Née en Octobre dernier dans le département de pharmacie de l’Université de Parme, M3datek est une start-up innovante spécialisée dans la production de dispositifs médicaux, fabriqués par impression 3D.

Le Dr. Carlo Bergonzi, les professeurs Lisa Elviri, Ruggero Bettini et Marco Silvestri, le Dr Annalisa Bianchera et le Dr Ruben Foresti sont les principaux acteurs de ce projet qui porte à la réalisation d’un « patch » pour le traitement des plaies chronique ou chirurgical, favorisent la reduction des temps de guérison.

Dr. Bergonzi explique comment « La startup a été fondée à la suite d’un travail d’un an et demi, sur l’application de matériaux pour la régénération des tissus … Nous utilisons un matériau biocompatible, le chitosane, que nous avons décidé d’associer à l’impression 3D, de manière à avoir un développement rapide des modèles pour le nouveau dispositif « .

Comme l’ont expliqué les professeurs Elviri et Bettini: «La base de notre recherche, nous avons breveté des matériaux tout-naturels, biologiques et sans de composants toxiques organiques. L’objectif est d’accélérer le processus de cicatrisation des plaies chroniques, telles que les ulcères, les brûlures, les blessures qui n’ont pas toujours un parcours facile. Un ulcère du diabète par exemple peut lutter pour guérir, et, en cas de complications, pourrait conduire à l’amputation du membre ».

Les débuts du marché pourrait venir en 2018. Aujoud’hui, le groupe de travail a mis au point un prototype de l’appareil pour les tests in vitro et l’année prochaine sera procédé à des essais pré-cliniques et cliniques.

Le « patch » imprimé en 3D est seulement la première étape d’un travail qui conduira à créer des applications plus complexes. Les applications sont donc beaucoup de cette « gaze », qui est résorbé par la peau. «L’un des matériaux sur lesquels nous travaillons – dit Bettini – a été utilisé dans des expériences menées sur des animaux, ainsi que des chirurgiens à l’hôpital principal, pour remplacer le canal cholédoque », le canal bilial commun, résultat de l’union du canal cystique qui part de la vésicule biliaire et le conduit epathique, qui provient du foie. « Les résultats sont allés très bien. Et vous pouvez imaginer d’autres expériences pour la régénération des os et du cartilage « .

Voire la source

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*