Maison de santé pluriprofessionnelle pour la continuité médicale

Maison de santé pluriprofessionnelle pour la continuité médicale

Bessèges : la maison de santé pluriprofessionnelle pour une continuité médicale

Un projet consensuel dont la réalisation a demandé 20 ans d’efforts.

Initiée par le docteur Patrick Le Henaff rapidement soutenu par le docteur Jacques Justet, réclamée par deux pétitions qui avaient recueilli des milliers de signatures, voulue par Bernard Portalès, maire de Bessèges et appuyée par Damien Alary alors président du conseil général du Gard, la maison de santé pluriprofessionnelle Val de Cèze a ouvert ses portes à Bessèges début avril 2015 en ayant le soutien de l’Agence Régionale de Santé du Languedoc Roussillon et des différentes organismes sociaux compétents, régimes général et minier de la sécurité sociale, Mutuelle sociale agricole, Caisse d’allocations familiales, etc. qui se sont toujours penchés avec bienveillance sur son berceau.

Financée par l’Etat, la Région, le Département cette réalisation, pourtant très consensuelle, a dû attendre 20 ans pour voir le jour. Elle rassemble, c’est une première en France, des personnels, médecins et paramédicaux, salariés par le centre Filieris, une émanation de la Sécurité sociale minière et d’autres intervenants libéraux, qui sont payés à l’acte. Tous ont volontairement rallié la nouvelle entité, conscients de ses avantages.

Elle a pour mission d’assurer du lundi au vendredi inclus, de 8 heures à 19 heures, une continuité médicale, sur rendez-vous de préférence mais aussi en consultation libre. Sur le secteur Bessèges, Saint-Ambroix, Barjac, une garde, accessible en appelant le 15, est organisée en dehors de ces horaires.

Ce centre de santé interdisciplinaire se revendiquant responsable, civique et citoyen, rassemblant médecins, infirmiers, kinésithérapeutes, orthophonistes, podologue,… a pour objectif d’éviter la désertification médicale et de permettre, l’accès aux soins pour tous, y compris pour ceux rendus précaires par l’âge ou la condition sociale.

Pour maintenir la médecine généraliste il a vocation d’ouvrir ses portes à des jeunes, étudiants d’université ou internes d’hôpitaux, de multiplier les échanges de maîtres de stages ou de consultations avancées, avec des gériatres ou des cardiologues par exemple, d’instituer des relations de télémédecine avec les CHU. L’arrivée depuis l’ouverture d’un kiné, d’un infirmier et d’un médecin salarié à temps partiel est perçue comme un signe encourageant.

Fruit de concertations fréquentes, un programme de santé publique, préventif, met en place des séances de vaccination, des dépistages, journée diabète, lutte contre l’obésité… mais aussi communique des informations personnalisées concernant les droits sociaux et soutien les aidants des malades chroniques, qu’ils souffrent d’Alzheimer ou d’addictions diverses, en partenariat avec les assistantes sociales et les institutions existantes, Maison des Aidants, ou réseau Reseda, …

Début 2016, un forum sera mis en chantier sur le web.

Lire l’article

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*