Mamers: le SMUR et les urgences menacés

Mamers: le SMUR et les urgences menacés

L’Agence régionale de santé de Basse-Normandie met la pression sur les hôpitaux de son territoire. Il faut faire des économies. A Mamers, le SMUR et les urgences sont menacés.

Simple document de travail pour les uns, véritable plan de restructuration pour les autres avec des décisions déjà prises, un courrier de trois pages de l’Agence régionale de santé (ARS) de Basse-Normandie met la pression sur les centres hospitaliers bas-normands. Et ce, « dans un contexte financier particulièrement contraint ».

L’hôpital de Mamers, qui fait partie du Chic (centre hospitalier intercommunal) avec Alençon, n’est pas épargné par cette nouvelle : son SMUR et ses Urgences sont menacés. Trente personnes risquent leur emploi. Et le Saosnois d’être dépourvu de ces services.

Réorganisation territoriale

Dans cette lettre du 15 mai 2015, les directions sont invitées à rendre leurs propositions avant le 15 juin. On se souvient que les partenaires sociaux avaient proposé une réorganisation territoriale mais ils ne s’attendaient sûrement pas à de telles recommandations.

Il est également rappelé que « la région Basse-Normandie a établi un Plan d’action régional urgences pour les années 2013-2015 sur la base de la feuille de route nationale sur les urgences qui s’articule autour de quatre volets ».

Des centres de soin

Les trois premiers volets reviennent à l’ARS :

« L’amélioration de l’accessibilité à des soins urgents ; le traitement de la saturation des urgences : actions visant à fluidifier l’aval des urgences ; l’anticipation des situations de tension : outils à mettre en place. »

« Dans ce cadre et pour faire suite à la réinstallation du réseau régional des urgences et à la mise en place de ses instances », l’ARS sollicite l’expertise des directions des hôpitaux pour « enrichir les travaux de ce réseau ».

« Les conditions de fonctionnement des activités de soins de médecine d’urgence sont également concernées par les difficultés liées à la démographie médicale […]. »

« C’est pourquoi, peut-on lire dans ce document, dans le cadre de la réflexion territoriale en cours sur la recomposition de l’offre de soins, l’ARS a clairement annoncé la volonté de procéder à une expérimentation de transformation des sites d’urgences dont le niveau d’activité est inférieur à 10 000 passages par an […] en centres de soins non programmés de proximité. »

Dans le collimateur, Mamers affiche un chiffre bien inférieur.

Et l’hélicoptère…

Par ailleurs, il est recommandé d’élaborer « une approche régionale des transports héliportés qui soit en cohérence avec la stratégie d’accès aux soins urgents ». En clair : l’hélicoptère du Chic est menacé.

Les urgences de Mamers sont à cheval sur deux départements et financés par deux régions, si l’ARS de Basse-Normandie venait à lâcher ce service, pas sûr que celle des Pays de la Loire continue à payer.

Du coup, c’est l’hôpital de La Ferté-Bernard qui tirerait les marrons du feu, lui qui met tout en œuvre pour attirer le SMUR sur son territoire.

Lisez l’article

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*