Mobilisation pour les urgences de l’hôpital

Mobilisation pour les urgences de l’hôpital

Craignant pour l’avenir du service d’urgence de l’hôpital de Bagnères-de-Bigorre, le collectif Hôpitaux Santé 65 et l’union locale du CGT appellaient à une mobilisation générale samedi 12 décembre.

Car si aucune annonce officielle ne permet de le confirmer à ce jour, ni même l’infirmer, les membres du collectif de défense des hôpitaux du département estiment que «de nouvelles menaces pèsent aujourd’hui sur les urgences de Bagnères». L’objet de leur inquiétude vient d’«un rapport demandé par l’ARS qui préconise la fermeture de 67 services d’urgences en France, dont celui de Bagnères-de-Bigorre», dénonce Georges Dussert-Peydabay, du collectif. «De plus, la loi santé prévoit 22.000 suppressions d’emplois, pointe-t-il, avec comme seul argument le retour à l’équilibre financier, remettant ainsi en cause l’égalité d’accès aux soins et éloignant les populations les centres de soins».

«Nous avons 9.000 passages par an aux urgences, avec une grosse fréquentation entre 8 heures et 20 heures, et ce chiffre est en perpétuelle augmentation», indiquent les délégués CGT du personnel de l’établissement de santé bagnérais. Insistant sur la nécessité de cette «filière de proximité», ils dénoncent un «rapport technocratique qui se base sur des chiffres». «Actuellement, nous avons un médecin urgentiste titulaire délégué 24h/24h et nous assurons une prise en charge de n’importe quelle urgence», expliquent-ils, non sans préciser que «nous fonctionnons avec le SMUR et nous avons un plateau technique de radiologie, de téléradiologie ainsi qu’un service d’éveil et des soins de continuité spécialisé qui ne pourraient pas fonctionner sans les urgences». Par ailleurs, évoquant une «situation financière équilibrée» du centre hospitalier, ils estiment qu’«il n’y a aucune raison financière» qui puisse justifier une éventuelle «réorganisation» qui consisterait à «transformer le service d’urgences en service de soins non programmés».

«La mobilisation concerne plus largement le service public», souligne G. Dussert-Peydabay, inquiet non seulement de voir «les groupements hospitaliers faits par l’ARS qui, de surcroît, sera piloté depuis Montpellier» mais aussi de l’avenir de La Poste, de la sous-préfecture, etc.


La sonnante prend forme

Le Comité de Création de La Sonnante, future monnaie locale des Hautes-Pyrénées, tient son assemblée générale, ouverte au public, le 11 décembre à partir de 18h30 à la Maison du Village.


Défilé et débat public

Le collectif Hôpitaux Santé 65 «Mon hôpital j’y tiens» a invité les citoyens à se rassembler samedi 12 décembre, à 14 h 30, devant la gare de Bagnères-de-Bigorre, pour un défilé dans les rues de la ville, jusqu’à la Halle aux grains, où se tiendra un débat public avec la présence du docteur Christophe Prudhomme, médecin urgentiste mais aussi porte-parole de l’AMUF (Association des médecins urgentistes de France) et membre de la direction de la fédération CGT Santé-Sociaux. Il livrera ses réflexions et ses propositions pour une nouvelle organisation sanitaire de proximité et de qualité au service de toutes les populations, avant de répondre aux questions.

Lire l’article

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*