Mont-Blanc: remise en route du téléphérique bloqué

Mont-Blanc: remise en route du téléphérique bloqué

Mont-Blanc: le téléphérique bloqué a été remis en route

La nuit a probablement été longue pour trente-trois personnes, dont un enfant de 10 ans – bloquées depuis jeudi après-midi dans des télécabines tombées en panne au-dessus des glaciers du Mont-Blanc, à plus de 3000 mètres d’altitude. Les cabines du téléphérique ont pu être remises en marche et aussi ces derniers passagers vont pouvoir rejoindre la terre ferme sans être hélitreuillés.

«Opération de grande ampleur»

C’est un croisement de câbles intervenu «pour des raisons inexpliquées», mais sans doute dû à une rafale de vent, qui a bloqué ce téléphérique construit dans les années 1950, selon Mathieu Dechavanne, PDG de la compagnie du Mont-Blanc. Les employés de la compagnie ne parvenant pas à décroiser les câbles, une opération d’évacuation a commencé vers 17h00.

Soixante-dix-sept autres personnes, qui étaient elles aussi coincées, ont pu être évacuées dès jeudi: 48 treuillées par hélicoptère et une trentaine, situées dans des cabines plus proches du sol, qui ont été descendues en rappel par les secours. Douze personnes ont notamment été évacuées en rappel tard dans la nuit par les secouristes italiens, a indiqué le préfet. Quatre hélicoptères, français et italien, avaient été mobilisés pour l’opération d’évacuation héliportée commandée par le peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) de Chamonix.

Dans la soirée de jeudi le préfet a précisé : «Nous avons été obligés d’interrompre les opérations à 20h45» pour des raisons de sécurité, la nuit et la météo rendant les hélitreuillages trop dangereux, on ne pouvait plus «garantir la sécurité des pilotes, des secouristes et des personnes dans les télécabines». «Nous espérons pouvoir évacuer tout le monde (vendredi) matin à la première heure. Nous avons fait tout ce qu’il était possible de faire» ce soir, a-t-il ajouté, évoquant une «opération très complexe».

Cinq secouristes, trois gendarmes français et deux italiens, ont été acheminés auprès des naufragés pour leur venir en aide durant la nuit. Un gendarme a notamment été déposé dans une cabine qui abrite un enfant de dix ans. Les touristes bloqués disposent aussi de couvertures de survie, de barres énergétiques et de bouteilles d’eau, placés en permanence dans les cabines. Les secouristes n’ont cependant pas pu prendre position dans deux grappes de trois télécabines (de quatre places) qui se retrouvent donc «orphelines», selon l’expression du préfet.

Les personnes hélitreuillées hier soire ont été déposées à la pointe Helbronner, du côté italien du Mont-Blanc, avant d’être ramenées à Chamonix ou ailleurs. «La dernière heure a été très, très longue. On a appelé la compagnie (du Mont-Blanc, ndlr) qui nous a expliqué que trois câbles s’étaient emmêlés et il n’en restait plus qu’un à défaire mais ils n’ont pas réussi», a raconté un des touristes secourus à la radio France Bleu Pays de Savoie. Là haut, «on essaie d’évacuer mais c’est très difficile. J’ai dû fermer les yeux pendant un bon moment pour essayer de passer à autre chose», a-t-il ajouté.

La télécabine «Panoramique Mont-Blanc» surplombe les glaciers de la Vallée Blanche et permet de traverser le massif du Mont-Blanc de la France vers l’Italie. Un poste de commandement opérationnel a été mis en place à Chamonix, sous le commandement du peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM). Le préfet s’est rendu sur place «pour diriger les secours», a-t-il indiqué, évoquant une «opération de grande ampleur».

Voir la source

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*