Ordonnance médicale unifiée: une poule aux œufs d’or

Ordonnance médicale unifiée: une poule aux œufs d’or

L’ordonnance médicale unifiée, source de revenus supplémentaires pour certains médecins. Des praticiens facturent 20 à 200 fois plus cher le prix de la prescription.

La prescription médicale unifiée semble être devenue une poule aux œufs d’or. Comme si le malade ne payait pas déjà assez pour se faire soigner, voilà que certains médecins décident de faire payer à leurs patients entre 5 000 LL et 30 000 LL – dans certains cas, même, 50 000 LL – le prix d’une ordonnance unifiée qui leur revient à 300 LL!

T. figure au nombre de ces patients. Avec l’entrée en vigueur de la prescription médicale unifiée, le 10 août dernier, il a dû substituer les anciennes ordonnances par les nouvelles afin de pouvoir effectuer les examens et les radios que son rhumatologue et pneumologue lui avaient demandés, lors de la dernière consultation, en vue d’un check-up routinier.
« M., vous devez payer 5 000 LL l’ordonnance », lui annonce la secrétaire du rhumatologue, précisant qu’il s’agit « de la nouvelle loi ». « Le médecin s’oppose vivement à cette loi », souligne-t-elle. T. s’exécute, paie les deux feuilles 10 000 LL, et se rend chez le pneumologue. Consciencieusement, il sort son portefeuille et retire un billet de 5 000 LL, que la secrétaire refuse d’encaisser, expliquant que le médecin conteste « cette pratique ».
Ayant l’impression qu’il y a anguille sous roche, T. appelle la hotline du ministère de la Santé pour s’enquérir de la question et, s’il le fallait, déposer une plainte. On le réfère à la Caisse nationale de Sécurité sociale (CNSS). « La gentille dame qui a répondu m’a tout simplement dit de m’estimer heureux, parce que certains médecins sont en train de facturer l’ordonnance 10 000 LL ou plus, raconte T. Elle m’a expliqué que l’ordonnance revient aux médecins à 1 000 LL et qu’ayant honte de demander cette somme au patient, certains praticiens réclament 5 000 LL ou plus. Elle m’a même conseillé, au cas où j’avais une maladie chronique, de m’acheter un cahier d’ordonnances à l’ordre des médecins. « Comme ça, vous n’auriez pas à payer le prix de la feuille au médecin, il doit juste vous la remplir », m’a-t-elle dit. Elle a également précisé que si le patient est en consultation, le médecin ne facture pas le prix de l’ordonnance, estimant qu’elle est incluse dans les frais. C’est absurde ! »

Rappelons à ce stade que, pour l’ordre des médecins, le principal avantage de la prescription médicale unifiée reste « l’application de la loi qui exige l’apposition d’un timbre, d’une valeur de 250 LL, sur toute ordonnance, ce qui permet d’alimenter la caisse de retraite et d’aide des médecins », comme l’avait précisé le président de l’ordre, Antoine Boustany, dans une interview accordée à L’Orient-Le Jour en mai dernier. « Or sur les 14 000 médecins inscrits à l’ordre, rares sont ceux qui appliquent cette loi », avait-il précisé, notant qu’« avec l’ordonnance unifiée, la valeur du timbre est payée à l’avance ».
En effet, le cahier des ordonnances unifiées contient cinquante feuilles. Il est vendu à 12 500 LL à l’ordre des médecins du Liban-Nord et 15 000 LL à l’ordre des médecins de Beyrouth. La feuille coûte donc au praticien entre 250 LL et 300 LL, dépendamment de l’ordre auquel il est rattaché.
Donc, en pratique, certains médecins sont en train de faire assumer au patient une taxe que la loi leur impose, et qu’ils rechignaient à ce jour à payer. Ne se contentant pas de la valeur initiale de la taxe qui s’élève à 250 LL, ils la facturent 20 à 200 fois plus cher !

Plainte contre un médecin
N. se dit « choquée ». « J’ai accompagné mon mari chez un spécialiste, raconte-t-elle. En sortant, j’ai demandé qu’on me donne une ordonnance pour la CNSS et une autre pour l’assurance. La secrétaire m’a demandé 20 000 LL en plus des frais de la consultation ! »
Le mari de S. se fait traiter pour un cancer. « J’ai été chez son médecin pour substituer les anciennes ordonnances par les nouvelles afin qu’il puisse effectuer le pet-scan et les examens de sang, se souvient-elle. La secrétaire m’a réclamé 10 000 LL, expliquant que le médecin est en train de payer une taxe de 5 000 LL par ordonnance. Elle s’est même empressée de préciser que certains médecins réclament plus à leurs malades. Je ne peux pas vous dire le remous que ces propos ont provoqué dans la salle d’attente qui était d’ailleurs bondée. »

Or « facturer l’ordonnance médicale unifiée est une infraction à la loi », a affirmé hier le ministre de la Santé Waël Bou Faour. Dans un communiqué, il a appelé les patients à « refuser de payer aux médecins le prix de l’ordonnance unifiée et notifier le ministère de toute infraction commise dans ce sens par un médecin, afin de prendre les mesures judiciaires adéquates ». M. Bou Faour a déposé dans ce cadre une plainte contre un médecin.
De son côté, le président de la commission parlementaire de la Santé, Atef Majdalani, a dénoncé cette pratique à laquelle ont recours certains « médecins collègues ». Au cours d’une conférence de presse, il a appelé les praticiens à « ne pas se servir de la prescription médicale unifiée pour augmenter leurs revenus ». « Ils sont libres d’augmenter le tarif de leur consultation, mais qu’ils ne prennent pas l’ordonnance unifiée pour prétexte », a-t-il martelé.

Lire l’article

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*