Près d’un patient sur 3 en stress post-traumatique après un AIT

Près d’un patient sur 3 en stress post-traumatique après un AIT

Erlangen, Allemagne – Selon une étude allemande publiée dans Stroke, un état de stress post-traumatique pourrait être caractérisé chez 29,6% des sujets victimes d’un accident ischémique cérébral transitoires (AIT) trois mois auparavant.

« Une façon peu adaptée de faire face à l’accident et un risque d’AVC surestimé semble jouer un rôle crucial dans cette évolution défavorable », indiquent les auteurs en soulignant l’importance d’un « entrainement aux stratégies adaptatives », et d’une « information prudente et réaliste sur le risque d’AVC associé aux AIT ».

Symptômes du stress post-traumatique

Le syndrome de stress post-traumatique est défini comme la persistance, plus de 30 jours après un risque réel ou une menace de mort, de blessure ou de violence, de pensées intrusives à type de flashbacks, d’évitement persistant des stimulations, d’altérations de l’humeur et de la cognition, et d’une hypervigilance.

L’étude a été menée chez 108 patients, retenus en raison de leurs données complètes dans une population de 211 sujets.

Trois mois après l’accident, l’existence d’un stress post-traumatique, ainsi que l’anxiété, la dépression, et la qualité de vie ont été évaluées par des tests complétés par les sujets eux-mêmes. Les stratégies d’adaptation et le niveau des connaissances médicales ont également été évalués.

Trente-deux patients (29,6%) se sont révélés en état de stress post traumatique – « un taux 10 fois plus élevé que dans la population générale allemande », notent les auteurs. Par ailleurs, résultat peu surprenant, les scores d’anxiété et de dépression étaient plus élevés chez ces patients, tandis que la qualité de vie physique et mentale était réduite.

Enfin, s’agissant de ses déterminants, le stress post-traumatique était associé à des stratégies d’adaptation inadéquates comme le déni, la culpabilité ou l’usage de drogues, ainsi qu’à des évaluations subjectives plus élevées du risque d’AVC après l’AIT.

 

LIRE LA SUITE SUR MEDSCAPE

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*