Risque de grippe aviaire aux Etats-Unis : le CDC lance une alerte

Risque de grippe aviaire aux Etats-Unis : le CDC lance une alerte

Atlanta, Etats-Unis — Le CDC a lancé une alerte auprès des médecins américains en raison de la présence sur le territoire des Etats-Unis de trois souches grippales aviaires hautement pathogènes (H5N1, H5N2 et H5N8) retrouvées à une fréquence de plus en plus inquiétante dans les élevages de volailles depuis la fin de l’année 2014.

Les recommandations du CDC
-Le CDC demande aux praticiens de procéder à des investigations virologiques devant toute personne présentant un syndrome grippal ou une infection respiratoire supérieure dans les suites d’un contact avec de la volaille malade et de prendre des mesures de confinement strict. -Toutes les notifications doivent être adressées au CDC dans les 24 heures suivant la suspicion de diagnostic.
-Un traitement par antiviral (oseltamivir ou zanamivir, une dose x 2/j pendant 5 jours) doit être prescrit avant même les résultats des premières analyses virologiques sanguines et locales (PCR sur prélèvements naso-pharyngés multiples).

Pour la première fois aux Etats-Unis

Entre le 15 décembre 2014 et le 29 mai 2015, plus de 200 foyers d’infection ont été détectés dans 20 états, selon le site de la Société Internationale pour les maladies infectieuses. Le CDC a estimé que 40 millions d’oiseaux ont été en contact avec un virus et ils ont été sacrifiés. Mais, bien sûr, il reste la question d’un éventuel contact d’oiseaux sauvages avec des volailles infectées, en particulier dans le cadre d’élevages en plein air ou de vente de volaille vivante. C’est la première fois que des grippes aviaires sont détectées aux Etats-Unis.

Au cours des premiers mois de l’année 2015, la répartition entre les virus H5N1, H5N8 et H5N2 était sensiblement égale. Mais depuis quelques semaines, c’est le virus H5N2 qui est au premier plan et les états du Minnesota, de l’Iowa, du Nebraska et du Dakota du Sud sont les plus concernés. Il semblerait aussi que les élevages de dindes soient plus sensible à ces virus que les élevages de poulets pour une raison encore indéterminée.

A ce jour aucun cas humain d’infection par H5N2 n’a été rapporté mais en raison d’une récente majoration du nombre des cas animaux et de l’abatage de volailles par millions, le risque de passage du virus à l’homme semble majoré chaque jour.

Abattage pénitentiaire
Devant la difficulté à recruter du personnel pour abattre les volailles, l’état d’Indiana a mis en place une formation spécifique pour les prisonniers… en l’échange de réduction de peine. 300 volontaires ont déjà été formés.

 Lisez l’article

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*