Survivre à un séisme : la théorie du triangle de la vie

Survivre à un séisme : la théorie du triangle de la vie

Voici le témoignage de Doug Copp, chef de l’équipe américaine internationale de sauvetage (ARTI) et expert des Nations Unies pour l’Atténuation des Catastrophes (UNX051 – UNIENET). Depuis 1985, il a travaillé à tous les plus grands désastres du monde. Voici ses propos, à travers lesquels il propose une nouvelle théorie de survie à un séisme :

En quelques mots, quand les bâtiments s’écroulent, le poids des plafonds qui s’abattent sur les objets ou sur les meubles écrase ces derniers, laissant un espace ou un vide à côté.Cet espace est ce que je définirais “le triangle de la vie”.Plus l’objet est grand, plus il est fort, moins il se compactera.Moins l’objet se compacte, plus le vide à côté de celui-ci est grand et plus il y a de probabilités que la personne qui utilise ce vide pour se mettre en sécurité s’en sorte sans blessures.

Les personnes qui se tiennent recroquevillées sous quelque chose quand les bâtiments s’écroulent sont écrasées et meurent presque toujours.À chaque fois, sans exception.Les personnes qui cherchent à s’abriter sous des meubles comme des bureaux ou dans leur voiture sont écrasées.

Chats, chiens et petits enfants se mettent souvent en boule spontanément.Vous aussi vous devriez en faire autant en cas de séisme.C’est un instinct naturel de survie.Vous pouvez survivre dans un petit espace vide.Mettez vous à côté d’un canapé, d’un meuble volumineux, qui s’écrasera un peu, mais qui laissera un vide à côté de lui.

728px-React-During-an-Earthquake-Step-6          17-1

Triangle de la vie

Les bâtiments en bois sont un type de construction plus sûr en cas de séisme.La raison est simple :le bois est flexible et accompagne le mouvement du séisme.Si le bâtiment en bois s’écroule, il crée de grands vides de survie.D’autre part, le bâtiment en bois possède moins de poids concentré pouvant s’écrouler.

Si vous êtes dans votre lit pendant un séisme, basculez tout simplement au pied de votre lit, sans rouler dessous : restez à côté de votre lit.Un vide de sécurité se formera autour du lit.Les hôtels pourraient obtenir un majeur taux de survie en cas de séismes, simplement en affichant un avis derrière la porte de chaque pièce, indiquant aux occupants de s’étendre au sol, à côté de la base du lit, pendant une secousse tellurique.

En cas de tremblement de terre pendant que vous regardez la télé, si vous ne pouvez pas vous échapper facilement par la porte ou par la fenêtre, couchez vous au sol et recroquevillez-vous à côté d’un canapé ou d’un gros fauteuil (ou bien d’un gros meuble qui soit bien stable et ancré au mur).

N’allez jamais dans les escaliers, car ils ont un « moment de fréquence » différent (ils oscillent séparément du reste du bâtiment).Les escaliers et le reste du bâtiment cognent continuellement l’un contre l’autre, jusqu’à l’effondrement structurel des escaliers.Les personnes qui vont dans les escaliers avant leur effondrement risquent la mort.Même si l’immeuble ne s’écroule pas, restez loin des escaliers.Les escaliers sont la partie la plus fragile du bâtiment.Même si les escaliers ne se sont pas écroulés pendant le séisme, ils pourraient le faire plus tard, sous le poids des personnes en fuite.Leur sécurité devrait toujours être vérifiée, même si le reste du bâtiment n’est pas endommagé.

Restez près des murs externes des édifices : il est beaucoup mieux d’être proches de l’extérieur d’un bâtiment que de l’intérieur.Plus vous vous trouvez à l’intérieur par rapport au périmètre du bâtiment, plus il y a de risques que vos issues de secours soit bloquées.

Les personnes à l’intérieur des véhicules sont écrasées quand les routes qui se trouvent au dessus (ponts et passages souterrains) tombent à cause du séisme et écrasent leur véhicule ; c’est ce qui est arrivé avec les poutres qui se trouvaient entre les points de passage de l’autoroute Nimitz.Les victimes du séisme de San Francisco restèrent toutes dans leurs véhicules.Toutes sont mortes.Elles auraient facilement pu survivre en sortant de leur voiture et en s’allongeant à côté de celle-ci.Toutes les voitures écrasées présentèrent des vides d’environ 1,5 m sur les côtés, à l’exception de celles qui se trouvèrent directement sous les colonnes portantes.

J’ai aussi découvert, alors que je me glissais à l’intérieur d’une rédaction journalistique et d’autres bureaux dans lesquels il y avait beaucoup de papier, que celui-ci ne se compacte pas.On a trouvé de grands vides autour des piles de papier.

Ceci est le compte-rendu détaillé de l’interview à Doug Copp, que nous remercions pour le temps qu’il nous a accordé et pour sa grande disponibilité.

About The Author

Emergency Live

Emergency Live est l’unique magazine plurilingue dédié aux opérateurs des premiers secours et de gestion des urgences. Comme tel, il représente un canal privilégié pour informer de façon rapide et économique un grand nombre d’utilisateurs ciblés, pour les entreprises qui œuvrent dans ce secteur: par exemple, toutes les entreprises qui s’occupent, de différentes manières, de l’équipement des véhicules de secours. Des producteurs des véhicules aux entreprises qui s’occupent de la transformation, en passant par toutes les sociétés qui fournissent le matériel de secours et de sauvetage.

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*