Tunisie: 26 millions de dinars pour la promotion de la médecine

Tunisie: 26 millions de dinars pour la promotion de la médecine

Le ministre de la Santé, Said Aïdi, a donné une conférence de presse, le 8 juillet 2015, au siège du ministère. Plusieurs cadres du ministère ont pris part à cette conférence pour annoncer les mesures spéciales adoptées pour soutenir la couverture santé dans les régions prioritaires ainsi que les dispositions prises au niveau du contrôle sanitaire des produits proposés à la consommation durant le mois de Ramadan.

Dans son allocution d’ouverture, Said Aïdi, est revenu sur le contexte exceptionnel que vient de traverser la Tunisie et sur le rôle de son ministère dans la gestion et la prise en charge des victimes de l’attentat de Sousse, qui a fait 38 morts et 39 blessés.

Le ministre a tenu à remercier tous les cadres de la santé pour leur réactivité et leur efficacité, soulignant que dans ce contexte, certes dramatique, la mobilisation et le travail collaboratif des différentes institutions de la santé, publiques et privées, ont permis de donner une bonne image à l’étranger du secteur tunisien de la santé.

Le chef de service des urgences au CHU Sahloul de Sousse, Riadh Boukef, a déclaré que l’hôpital a été mobilisé dans les plus brefs délais suivant l’attaque, et que le premier blessé est arrivé sur les lieux à 12h27 soit quelques minutes après les faits. Il a, d’une autre part, salué le travail des urgentistes et des médecins, motivés par un énorme élan de solidarité, selon ses dires, ainsi que de la cellule d’aide psychologique qui s’est très vite dépêchée pour assister les accompagnateurs des victimes et le personnel de l’hôtel où a eu lieu l’attaque.

Moncef Hamdoun, le chef du service de médecine légale de l’hôpital Charles-Nicolle, a donné des précisions quant au travail laborieux qui a dû être effectué dans des délais serrés pour identifier les victimes. Ce travail a été effectué en étroite collaboration avec les autorités des pays dont sont originaires les victimes de l’attentat et a pris quatre jours pour être achevé, a-t-il précisé. Moncef Hamdoun a déclaré qu’une seule victime, de nationalité russe, n’a pas encore été rapatriée. Il a, par ailleurs, indiqué que le corps du terroriste est encore en cours d’examen, car celui-ci a reçu beaucoup de balles et s’est presque entièrement vidé de sang, ce qui rend plus délicat le travail des légistes.

Le chef du service de médecine légale a précisé que, pour l’instant, aucun résultat d’analyse ne peut confirmer que Seifeddine Rezgui était sous substances illicites quand il a commis cet acte terrible. Il a ajouté que la médecine légale est incapable d’affirmer que d’autres tueurs ont pris part à l’attaque et qu’il est du sort de l’analyse balistique de définir si les balles extraites des corps des victimes proviennent, oui ou non, de la même arme.

Le ministre de la Santé est ensuite intervenu afin annoncer les mesures proposées dans le cadre du plan stratégique de réforme du secteur de la santé. Said Aïdi a souligné l’importance de maintenir le pacte de confiance qui relie le citoyen et les institutions de la santé, précisant que le ministère de la Santé œuvre, en premier lieu, pour répondre au besoin du citoyen et lui apporter, là où il se trouve, les services nécessaires.

Dans ce cadre, Ridha Bougatfa, le PDG de l’office national de la famille et de la population (ONFP), a indiqué que la couverture santé, est très insuffisante dans certaines régions. Il a ajouté que le besoin d’installer des médecins spécialistes et de mettre en place des services tels que la gynécologie-obstétrique, l’anesthésie-réanimation, la pédiatrie, la chirurgie générale, l’orthopédie et la radiologie, est urgent. Au total, 287 médecins devront être affectés dans les régions prioritaires.

Ridha Bougatfa a précisé que face à la réticence des médecins à partir s’installer dans ces régions et afin de réduire l’écart social, un fonds spécial de promotion de la médecine spécialisée dans les régions prioritaires va être mis en place. Il a ajouté que ce fonds sera régi par le cadre légal qui concerne les fonds spéciaux et soumis à la loi fondamentale 53 de l’année 1967 sur le budget, ainsi que les textes qui le modifient ou le complètent.

L’objectif de ce fonds est le recrutement de 287 médecins spécialistes afin d’améliorer la couverture en termes de services de santé dans les régions prioritaires et de garantir la présence de médecins spécialistes dans des services tels que la maternité, 24h/24 et tous les jours de la semaine.

Ridha Bougatfa a expliqué que ce fonds de 26 millions de dinars, sera géré par l’office national de la famille et de la population et financé par la caisse de l’Etat à la suite d’un accord entre le ministère des finances et l’ONFP. Cet accord est négocié sur la base d’un programme annuel qui détermine les besoins en médecine spécialisée des hôpitaux régionaux. Le programme en question sera soumis à l’accord du ministre de la Santé avant sa mise en place et aux modifications nécessaires à la lumière des visites d’évaluation.

L’adhésion au fonds spécial de promotion de la médecine spécialisée dans les régions prioritaires se fera par ordre de priorité et concernera les médecins spécialistes du service public basés sur place, le personnel de santé du secteur public d’autres régions et qui ne bénéficient pas d’une activité supplémentaire privée et en dernier lieu les médecins spécialistes du secteur privé. Plusieurs hôpitaux régionaux sont concernés par cette mesure et notamment les hôpitaux de l’intérieur et du sud du pays.

Pour finir, le ministre de la Santé, Said Aïdi, a rappelé que des mesures habituelles, de contrôle sanitaire ont été mises en place pour signaler et minimiser les infractions en ce mois de Ramadan.

Mohamed Rabhi, directeur général de l’hygiène du milieu et de la protection de l’environnement au ministère de la Santé, a souligné la progression du nombre d’infractions enregistrées dans des marchés et des établissements qui n’ont pas respecté les règles d’hygiène et de conservation des produits proposés au consommateur. 34.735 contrôles ont été effectués et 78 établissements ont été fermés dont notamment des pâtisseries et des boucheries. 47 tonnes de denrées impropres à la consommation ont été saisies, a ajouté Mohamed Rabhi, et 310 équipes ont travaillé sans relâche pour éviter des cas d’intoxication certaine.

A l’approche de l’Aïd, l’accent a notamment été mis sur les dangers des jouets vendus à la sauvette, et qui font chaque année plus de 20 victimes de blessures plus ou moins graves. Mohamed Rabhi a souligné que l’attention doit être portée sur les jouets tels que les pistolets et les pétards qui engendrent des brûlures et des blessures aux yeux, ainsi que certains jouets qui sont faits de matériaux toxiques et qui contiennent des métaux lourds pouvant engendrer des cas d’empoisonnement.

Lire l’article

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*