Urgences de femme : dans la peau d’une médecin urgentiste

Urgences de femme : dans la peau d’une médecin urgentiste

S’il est une battante, une croqueuse de vie, c’est elle. Isabelle Barthélémy, médecin urgentiste de son métier, sportive invétérée, fan de théâtre et d’opéras pour ses loisirs. En cette veille de journée de la femme, France 3 a proposée son portrait hier soir après le Soir 3; la rediffusion sera lundi 21 mars à 8h45.

Urgences de femme est un film de 52 minutes de Delphine Aldebert où Isabelle Barthélémy, médecin urgentiste, explique son attachement au service public.

«  Je l’appelle 6000 Volts et quand elle part elle m’en laisse 2000. Elle donne de l’énergie, en fait «  : c’est ainsi que Saloua Badaoui décrit son amie Isabelle Barthélémy. De l’hélicoptère qui transporte un accidenté de la route vers la Salpêtrière au palais de la famille Rostropovitch à Saint-Pétersbourg, la vie de cette médecin urgentiste se déroule à 200 à l’heure. Son métier lui a maintes fois prouvé que la vie peut s’arrêter à tout moment. Alors Isabelle croque…

« Je grapille dans plein de domaines. Je ne fais peut-être que grapiller des miettes mais ce sont des miettes qui me font plaisir. C’est déjà pas mal « , sourit Isabelle.

La caméra de Delphine Aldebert suit cette boule d’énergie que rien ne prédestinait à cette vie. Ses parents pâtissiers-confiseurs à Thiers en Auvergne n’ont jamais emmené leurs enfants à l’opéra. Isabelle, elle, voulait être prof de sport, mais une blessure l’en a empêchée. A défaut, elle est entrée en médecine… Et a mené un parcours sans faute.

 » Avec le SMUR (service mobile d’urgence et de réanimation),  je vis la vraie vie de beaucoup de gens qui sont au chômage, constate Isabelle. Je vais chez des vieux qui ont une toute petite retraite, qui n’ont même pas de chauffage chez eux. Des fois, tu les prends en charge, ils ont 34 de température « 

« Moi, j’aime ma vie parce que je la trouve assez fournie, passionnante. C’est une vie qui me convient, je ne m’ennuierai jamais. Mais comment veux-tu qu’on s’ennuie sur cette planète ? C’est absolument pas possible« , conclut Isabelle depuis l’hélicoptère qui la ramène d’une intervention houleuse.

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*