Carnet du Monde : le système de santé canadien grippé

Carnet du Monde : le système de santé canadien grippé

La grippe sévit beaucoup depuis quelques mois au Canada, comme dans de nombreux pays de l’hémisphère nord, d’ailleurs, chaque hiver. La différence, c’est que le système de santé là-bas ne semble pas vraiment préparé à accueillir beaucoup de malades à la fois.
Pascale Guéricolas habite au Québec et a constaté que la situation des patients atteints par ce virus était particulièrement difficile depuis noël.

Ces jours-ci, les bulletins d’information à la radio donnent fréquemment le taux d’occupation des salles d’urgence, juste avant la météo. Régulièrement aussi, les médecins préviennent la population qu’il vaut mieux rester à la maison si on pense avoir la grippe, plutôt que venir à l’hôpital où l’on risque d’attendre 5, 7 ou même 10 heures avant d’espérer voir un docteur. Certains hôpitaux affichent des taux d’occupation de 150 ou même 200%. Ce qui signifie que les patients, une fois hospitalisés, se retrouvent sur des lits de fortune dans les couloirs, car on manque de chambres dans les services. En plus, cette année, l’épidémie de grippe a frappé plus tôt que d’habitude, dès le début décembre, et le vaccin administré à l’automne ne semble pas très efficace car le virus aurait muté. Cela explique qu’un grand nombre de gens tombent malades, et que plusieurs se retrouvent aux urgences car ils souffrent de complications liés à cette maladie.

Comment expliquer que le Québec et le Canada ont du mal à faire face à une maladie si connue ?

C’est d’autant plus étonnant qu’à quelques semaines près, on sait à quel moment la grippe va arriver dans un pays car la progression du virus suit le cycle des saisons sur la terre. Au Canada, elle survient souvent au moment même où les hôpitaux sont en sous-effectifs, soit entre noël et le jour de l’an. Autre difficulté, près d’un quart des Québécois n’ont pas de docteur attitré, et se retrouvent donc dans les urgences des hôpitaux, ce qui ralentit considérablement le déroulement des soins.

Quelles sont les pistes de solution pour améliorer la situation ?

Le ministre de la Santé veut imposer aux médecins un nombre précis de patients à traiter chaque année pour que chacun puisse enfin avoir accès à son docteur. D’autres suggèrent de revoir l’organisation des soins en donnant plus de responsabilités aux infirmières. Pourquoi, par exemple, ne pas leur permettre de prescrire certains médicaments contre la grippe ou de faire certains examens pour désengorger les urgences ? En attendant, les patients patientent à l’hôpital en espérant ne pas attraper une autre maladie entre-temps…

read more

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*