La réduction des risques volcaniques en Indonésie

La réduction des risques volcaniques en Indonésie

DJAKARTA, 6 mai 2014 – Les millions d’Indonésiens qui vivent près des quelque 130 volcans actifs que compte le pays se demandent sans arrêt s’ils doivent évacuer. Selon les experts, il faut développer la connaissance des volcans (« volcano cultures ») à l’aide de données récentes et de meneurs influents, afin de sauver plus de vies.

« Les communautés mettent en balance les risques d’éruption volcanique avec les avantages de vivre dans une région hautement fertile », a déclaré à IRIN Kate Crowley, conseillère pour la réduction des risques de catastrophes, de l’Organisation catholique pour le développement d’Outre-mer (CAFOD).

Selon Mme Crowley et d’autres experts, si certains signes d’alerte culturellement acceptés peuvent protéger les communautés présentes dans tout l’archipel, d’autres – comme la croyance en des rites qui apaiseraient les entités surnaturelles responsables des éruptions – peuvent aussi créer un faux sentiment de sécurité.

« Les communautés ont leurs propres systèmes d’alerte précoce fondés sur la tradition et les signes naturels, et [il peut leur être difficile] de croire en une surveillance scientifique », a affirmé Anat Prag, chargé de programme à Caritas, une organisation non gouvernementale humanitaire en Indonésie.

D’après le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA), plus de 76 000 personnes ont fui leurs maisons et plus de 200 000 ont été touchées par l’éruption du volcan Kelud en février sur l’île indonésienne densément peuplée de Java. Cependant, certains habitants ont refusé d’évacuer.

Le volcan Merapi, situé entre Yogyakarta et Java Centre, est le plus dangereux d’Indonésie. Tous les deux ou trois ans, ses éruptions rejettent des coulées pyroclastiques – un mélange de gaz sulfuriques à 815 degrés Celsius et de débris – qui dévalent les flancs du volcan jusqu’à 240 km/heure.

Plus d’un million de personnes vivent dans un rayon de 10 km autour du sommet, où ils risquent leur vie à tout moment. Depuis les années 1990, les éruptions du Merapi ont fait des centaines de morts.

Mais les volcans sont également un facteur d’attraction pour les agriculteurs. Le sol nourri par les cendres volcaniques est extrêmement fertile, ce qui pousse la population à s’installer sur les flancs des volcans ou à proximité. Les coulées pyroclastiques couvrent généralement un rayon de 10-15 km autour du sommet. Les projections sont plus violentes dans un rayon de 10 km.

Avec des éruptions régulières, le Merapi est aussi un terrain d’entraînement pour les interventions de secours – y compris les efforts pour contrebalancer le savoir local avec des mesures de protection techniques.

« Les systèmes de croyances qui concernent le Merapi ne sont pas encore intégrés à la réduction des risques. Si les gens ne comprennent pas… ce qui leur est dit, car cela n’a pas de sens pour eux, ils ne vont pas écouter et se feront tuer [par les éruptions] », a expliqué Mme Crowley.

Les limites de la connaissance locale

Leer plus

About The Author

Emergency Live

Emergency Live est l’unique magazine plurilingue dédié aux opérateurs des premiers secours et de gestion des urgences. Comme tel, il représente un canal privilégié pour informer de façon rapide et économique un grand nombre d’utilisateurs ciblés, pour les entreprises qui œuvrent dans ce secteur: par exemple, toutes les entreprises qui s’occupent, de différentes manières, de l’équipement des véhicules de secours. Des producteurs des véhicules aux entreprises qui s’occupent de la transformation, en passant par toutes les sociétés qui fournissent le matériel de secours et de sauvetage.

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*