Présidentielle 2017 : les candidats et la santé

Présidentielle 2017 : les candidats et la santé

La santé aux présidentielle 2017: hôpitaux, protection sociale, accès aux soins  ou déserts médicaux…

Lors du Forum de la Mutualité Française, la dernière semaine, les cinq candidats à l’élection présidentielle ont présenté leurs pistes pour améliorer le système de santé du pays.

Hôpitaux publics au plus près des patients

Benoît Hamon (PS), face aux difficultés décrites par le personnel soignant, veut modifier le fonctionnement des hôpitaux. Il vise ainsi à «introduire une notion de financement forfaitaire», alors que les établissements se rémunèrent actuellement à l’acte pratiqué.

Une vision opposée à celle de François Fillon (LR) qui, lui, souhaite supprimer 500 000 emplois dans la fonction publique, y compris dans le domaine de la santé. «Cela ne doit pas toucher les soignants», mais les administratifs a-t-il précisé.

De son côté, Emmanuel Macron (En Marche !) veut changer l’organisation des hôpitaux, en favorisant notamment les soins en ambulatoire.

Financement de la protection sociale revu en profondeur

Pour pérenniser le système de santé, la suppression de l’Aide Médicale d’Etat a été une mesure phare du programme de Marine Le Pen (FN). Le dispositif, qui permet aux étrangers un accès aux soins, serait remplacé par un mécanisme d’urgence plus restrictif.

Une vision partagée par Nicolas Dupont-Aignan (DLF), qui insiste également sur la nécessité de lutter contre les abus, comme les fraudes au RSA ou à la carte Vitale.

De son côté, sur le mode de financement de la Protection sociale, Emmanuel Macron veut remplacer les cotisations d’assurance chômage et maladie des salariés par une augmentation de la CSG afin de favoriser le pouvoir d’achat des citoyens.

Accès aux soins facilité pour tous les Français

Voulant réduire les inégalités, Jean-Luc Mélenchon (La France Insoumise) propose de rembourser intégralement l’ensemble des soins prescrits. De même, il entend supprimer les dépassements d’honoraires des médecins, y compris des spécialistes, afin d’économiser 8 milliards d’euros chaque année.

A l’opposé, Nicolas Dupont-Aignan se dit favorable à une hausse des tarifs de base. Il souhaite également fixer la consultation chez les généralistes à 35 euros, contre 23 euros actuellement.

Pour sa part François Fillon veut mettre l’accent sur la prévention. Ainsi, le candidat de droite entend prendre en charge à 100 % les lunettes pour les enfants «dès 2017». De même, il mettrait en place une consultation «longue et gratuite» tous les deux ans pour l’ensemble des Français.

Lutte accrue contre les déserts médicaux

La lutte contre la désertification médicale est l’axe du programme de santé de Yannick Jadot (EELV). En effet, l’écologiste entend réglementer l’implantation des médecins sur les territoires en fonction de la démographie de la population. De même, il inciterait les professionnels à se regrouper dans des maisons de santé.

Une proposition partagée par Emmanuel Macron qui, lui, parie aussi sur le décloisonnement des relations entre les hôpitaux et la médecine de ville.

Toutefois la candidate la plus offensive sur ce sujet reste Marine Le Pen; la présidente du Front National souhaite relever le numerus clausus, le quota maximal, des médecins et instaurer un stage en internat dans les zones de désert médical. Autre piste évoquée : les praticiens à la retraite pourraient continuer à exercer dans ces espaces contre une déduction des charges.

Source

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ETES-VOUS UN LECTEUR?

ETES-VOUS UNE SOCIETE’?

diventa-partner

X