Sport, pour ou contre le ECG systématique de depistage?

Sport, pour ou contre le ECG systématique de depistage?

Paris, France – L’intérêt de l’électrocardiogramme (ECG) dans le cadre de la visite de non-contre-indication à la pratique d’un sport, est une question qui n’est toujours pas tranchée. Si l’Italie a rendu obligatoire l’ECG de repos et d’effort dans les sports de compétition, les Etats-Unis eux, n’en réalisent que très rarement (la visite est réalisée par des chiropracteurs ou des infirmiers dans la moitié des cas).

La France s’est davantage alignée sur la position italienne mais de manière plus récente et en se limitant à l’ECG de repos. Les Prs François Carré et Philippe Mabo (CHU de Rennes) ont argumenté le pour et le contre lors des Journées Européennes de la Société Française de Cardiologie (JESFC) [1].

Pour : « sans ECG, la visite médicale n’a pas d’intérêt » Pr F Carré

Le sport est une activité bonne pour la santé mais qui peut être associée à un risque de mort subite. « Un jeune âgé de 12 à 35 ans meurt chaque jour en faisant du sport » a rappelé le Pr Carré pour marquer son public, utilisant les données françaises de mort subite liées à une pratique sportive (plus de 1000 par an au total et environ 300 chez les 12-35 ans).

« Le risque de mort subite est multiplié par 4 ou 5 en cas de cardiopathie. Or ce n’est pas le sport qui créé la cardiopathie et le risque de mort subite mais bien la cardiopathie non détectée », a-t-il insisté.

Parmi les causes de mort subite chez les moins de 35 ans, se trouvent la cardiomyopathie hypertrophique, la cardiomyopathie ventriculaire droite arythmogène, des anomalies des artères coronaires, une maladie coronaire avec athérosclérose, des canalopathies, des myocardites…

Or, « chez un sujet asymptomatique, l’examen physique est peu parlant ». En dehors de la maladie de Marfan, des maladies valvulaires, des anomalies coronaires, de l’athérosclérose,… la plupart des cardiopathies (cardiomyopathie hypertrophique, dysplasie arythmogène du ventricule droit, myocardite, syndromes du QT court ou long, de Wolff-Parkinson-White ou de Brugada…) ne peuvent être détectées en l’absence d’ECG » a souligné le Pr Carré.

Au demeurant, aucune étude ne démontre l’efficacité de l’examen physique et de l’interrogatoire seuls sur le risque de mort subite. Au contraire, une étude [2] conclut à l’inefficacité presque totale de l’examen médical sans ECG pour dépister des maladies arythmogènes non connues.

L’efficacité de l’ECG, elle, est documentée. Le Pr Carré a présenté deux données :

• une baisse du risque de mort subite de 3,6/100.000 dans les années 80 à 0,4/100.000 au début des années 2000 après introduction de l’ECG systématique (de repos et à l’effort) chez les sportifs de compétition en Italie (*).

• une fréquence de cardiomyopathie hypertrophique à l’origine des morts subites chez les jeunes athlètes en Italie de moins de 5%, contre 25% aux Etats-Unis où l’ECG n’est pas effectué.

Lire plus 

About The Author

Emergency Live

Emergency Live est l’unique magazine plurilingue dédié aux opérateurs des premiers secours et de gestion des urgences. Comme tel, il représente un canal privilégié pour informer de façon rapide et économique un grand nombre d’utilisateurs ciblés, pour les entreprises qui œuvrent dans ce secteur: par exemple, toutes les entreprises qui s’occupent, de différentes manières, de l’équipement des véhicules de secours. Des producteurs des véhicules aux entreprises qui s’occupent de la transformation, en passant par toutes les sociétés qui fournissent le matériel de secours et de sauvetage.

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*