Épidémie d'Ebola: la peur des infections se reproduit

MONROVIA, juillet 28, 2014 (AFP) - La présidente libérienne Ellen Johnson Sirleaf a annoncé la fermeture de la plupart des Les frontières terrestres du pays touché par Ebola, avec rigoureux examens médicaux être intensifié dans les aéroports et les principales routes commerciales.

La mesure intervient alors que le Libéria peine à contenir une épidémie de virus tropical qui a infecté des membres de 1,100 dans quatre pays d’Afrique de l’Ouest et laissé 660 mort dans la région depuis le début de l’année.

L’alarme s’est élevée en Afrique de l’Ouest lundi à propos de la plus meurtrière épidémie de virus Ebola, avec un Médecin américain ainsi que d'un missionnaire contracter le maladie in Liberia et la mort de la première victime de Freetown, capitale de la Sierra Leone.

"Toutes les frontières du Libéria seront fermées à l'exception des principaux points d'entrée", a déclaré le président dans une déclaration tard dimanche, qui exempte l'aéroport international de Monrovia, un aéroport provincial et trois principaux points de passage frontaliers.

"Des centres de dépistage et de prévention seront créés à ces points d'entrée", a déclaré le président dans un communiqué publié dimanche.

Au Libéria, le virus Ebola a provoqué la mort de 127, provoquant une fièvre intense, des douleurs musculaires, des vomissements, une diarrhée et, dans les cas les plus graves, une défaillance des organes et des saignements imparables.

«Une nouvelle politique de voyage de l'Autorité aéroportuaire du Libéria concernant l'inspection et les tests de tous les passagers entrants et sortants sera strictement observée», a déclaré Sirleaf dans un communiqué.

Le gouvernement a également interdit les rassemblements publics de toutes sortes, y compris les manifestations et manifestations, a-t-il noté.

Les commentaires sont fermés.