Courage sous le feu des critiques : les pompiers écossais font face à des attaques hostiles lors de la nuit du feu de joie

La réponse d'urgence remise en question : le SFRS condamne les attaques et maintient la protection de la communauté au milieu d'une frénésie de feux d'artifice

Alors que le ciel écossais était illuminé par les spectacles vibrants de Bonfire Night, un récit plus sombre s’est déroulé sur le terrain. Sapeurs pompiers, symboles mêmes de sécurité et d'aide, se sont retrouvés assiégés, non pas à cause des flammes pour lesquelles ils sont entraînés à combattre, mais à cause d'un barrage de feux d'artifice et de briques lancés par des individus au milieu des festivités. Cette nuit de feu de joie, Service écossais d'incendie et de sauvetage (SFRS) le personnel a été accueilli avec agression plutôt qu'applaudissements, subissant neuf attaques distinctes à travers l'Écosse tout en répondant aux appels d'urgence.

Ces incidents alarmants se sont produits en l’espace de huit heures seulement, marquant les territoires de Dundee, Édimbourg, Glasgow, Blantyre dans le sud du Lanarkshire et Blackburn dans le West Lothian comme des points chauds de l’hostilité. Les attaques, même si elles n'ont causé aucune blessure physique aux membres de l'équipage, ont causé des dégâts considérables aux services d'urgence. équipements; notamment, un camion de pompiers à West Lothian s'est retrouvé avec un pare-brise brisé à cause d'une brique projetée, le rendant inutilisable.

Les attaques de la nuit ne sont pas des événements isolés. Ils ont suivi une tendance inquiétante qui a vu quatre attaques contre des équipes de pompiers dans l'Ayrshire et à Édimbourg la semaine précédente, avec deux incidents supplémentaires à Troon et à Glasgow au cours du week-end, totalisant 15 attaques en une semaine. Ces chiffres jettent une ombre sur la célèbre tradition, soulignant un dangereux mépris de la sécurité et de l’ordre.

Le chef adjoint Andy Watt du SFRS a condamné sans équivoque ces attaques, déclarant : « Les attaques contre nos pompiers sont totalement inacceptables ». Il a souligné la gravité de la situation, soulignant les obstacles que de tels actes posent aux interventions d'urgence et le risque potentiel qu'ils créent pour les autres équipes des services d'urgence, y compris la police, qui assistent souvent sur les lieux.

Malgré ces difficultés, le SFRS a géré une charge de travail considérable, répondant à environ 355 incidents de feux de joie sur plus de 892 appels entre 3h30 et minuit. Avant Bonfire Night, le SFRS s'était lancé dans une campagne de sensibilisation du public, exhortant les citoyens à reconnaître les dangers associés aux feux d'artifice et aux feux de joie non réglementés et à considérer leur impact sur la communauté.

La Bonfire Night, traditionnellement l'une des soirées les plus fréquentées du SFRS, nécessite une préparation importante et une collaboration avec les partenaires locaux et les services d'urgence. ACO Watt a profité de l'occasion pour saluer l'engagement sans faille et le professionnalisme du personnel du SFRS, qui malgré l'hostilité rencontrée, a fait preuve d'un dévouement extraordinaire à son devoir de protection des communautés.

Alors que le SFRS et Police Scotland travaillent de concert pour identifier et répondre aux responsables de ces actes, l'appel à la solidarité communautaire devient plus prononcé. Alors que les actions de quelques-uns menacent de compromettre la sécurité et le bien-être d'un grand nombre, le message du SFRS reste clair : le service continuera d'être un gardien contre le danger, engagé dans la sécurité et la protection des communautés écossaises, inébranlable même lorsqu'il est confronté à agression la nuit même où ils travaillent le plus dur pour assurer la sécurité de ces communautés.

Identifier

Service écossais d'incendie et de sauvetage (SFRS)

Vous pourriez aussi aimer