COVID-19 et ADN, le lien entre télomères et réanimation: l'étude des Cliniques Universitaires Saint-Luc et de l'UCLouvain

COVID-19 et ADN, les télomères chromosomiques: une équipe de chercheurs des cliniques universitaires Saint-Luc et de l'UCLouvain a étudié le rôle potentiel de ces traits spécifiques aux chromosomes

COMMENT LES TÉLOMÈRES D'ADN INTERAGISSENT-ILS AVEC LE COVID-19?

Les télomères sont des séquences d'ADN qui protègent les extrémités des chromosomes et se raccourcissent à chaque division cellulaire.

Leur taille diminue en fonction de l'âge de la cellule et de l'individu.

Lorsqu'elles deviennent trop courtes, surtout chez les personnes âgées, les cellules entrent en sénescence (phénomène proche de la mort cellulaire).

Ces structures jouent donc le rôle d'une horloge biologique cellulaire.

Cependant, la longueur des télomères n'est pas la même pour tous les individus du même âge et dépend, entre autres, de certaines variantes génétiques.

Parallèlement à un impact avéré sur l'apparition de nombreuses maladies chroniques, le raccourcissement des télomères semble influencer les défenses contre les virus.

On suppose que les individus avec des télomères plus courts épuiseront plus rapidement leur stock de cellules immunitaires.

Mesure de la longueur des télomères

Presque tous les patients hospitalisés pour COVID-19 ont un manque de lymphocytes dans leur sang.

Aussi, grâce à la collaboration avec l'Institut de Duve, les cliniques universitaires de Saint-Luc disposent désormais d'une technique clinique de routine pour mesurer la longueur des télomères dans les cellules sanguines des patients.

C'est pourquoi les professeurs Antoine Froidure (Département de Pneumologie, Cliniques Saint-Luc et Institut de Recherche Expérimentale et Clinique, UCLouvain) et Anabelle Decottignies (Institut de Duve, UCLouvain) ont décidé d'étudier le lien potentiel entre la taille des télomères et le COVID-19.

Une meilleure compréhension des mécanismes immunitaires face au COVID-19: des télomères à ADN plus courts correspondent à un taux de mortalité plus élevé

Plus précisément, les chercheurs ont recruté 70 patients hospitalisés pour une infection au COVID-19 dans des cliniques au cours de la première vague de la pandémie (entre le 7 avril et le 27 mai 2020).

Entre 27 et 96 ans, cette population a été comparée aux résultats d'un groupe témoin, près de 500 personnes sans COVID-19.

Dans la cohorte de patients COVID-19, les télomères étaient plus courts que dans le groupe témoin.

L'étude a également révélé que le fait d'avoir des télomères très courts (inférieurs au 10 percentile pour l'âge) était associé à un risque significativement plus élevé d'hospitalisation ou de décès.

Ces résultats ouvrent des perspectives importantes dans la compréhension des mécanismes de l'immunité contre les coronavirus.

Pour en savoir plus:

Lire l'article italien

COVID-19, le test rapide donne des résultats en 5 minutes: le test de Berkeley du prix Nobel de chimie Jennifer Doudna

Fonte dell'articolo:

UCLouvain

Les commentaires sont fermés.