Conflit en Syrie: des travailleurs humanitaires italiens libérés en otages

Deux travailleurs humanitaires italiens pris en otage en Syrie il y a plus de cinq mois ont été libérés.
Greta Ramelli, 20, et Vanessa Marzullo, 21, ont été accueillies par le ministre italien des Affaires étrangères alors qu'elles arrivaient à l'aéroport de Rome tôt vendredi.
Aucun détail n'a été fourni sur les circonstances de leur libération.
Les deux hommes travaillaient sur des projets humanitaires lorsqu'ils ont été enlevés en juillet 2014 dans la province septentrionale d'Alep.
Les deux jeunes femmes sont venues de Turquie par avion et ont été accueillies par le ministre des Affaires étrangères, Paolo Gentiloni.
Ils ont été emmenés à l'hôpital pour un bilan de santé avant de rencontrer des procureurs antiterroristes, qui ont ouvert une enquête sur l'enlèvement.

"Travail intense"
Un peu plus tôt, le père de Mme Marzullo, Salvatore, a déclaré: "Je ressens une joie si énorme: c'est la nouvelle que j'attendais depuis longtemps."
Les deux femmes travaillaient pour le groupe humanitaire Horryaty lors de leur enlèvement l'an dernier.
Dans une vidéo montrant les otages et libérée il y a deux semaines, leurs ravisseurs ont déclaré que les femmes étaient détenues par le Front al-Nusra, la branche al-Qaïda en Syrie.

«Nous sommes en grand danger et nous pourrions être tués», a déclaré l'une des femmes, s'exprimant en anglais. "Le gouvernement et ses forces armées sont responsables [de] nos vies."
Le ministère italien des Affaires étrangères a déclaré que cette libération était le résultat d'un "travail intense de la part de l'équipe italienne", sans fournir de détails.
Gillian Hazel, de la BBC à Rome, dit qu'il existe des rumeurs non confirmées selon lesquelles une rançon d'une valeur maximale de 15m (£ 9.9m) aurait été payée pour la libération de la paire à la suite de négociations facilitées par Qatar.
L'Italie a déjà payé des rançons pour des captifs italiens. Le Front al-Nusra et son rival, l'État islamique, ont pris des otages lors du conflit en Syrie.

Source: BBC

Les commentaires sont fermés.