Niveaux de problèmes de santé mentale chez les ambulanciers d’urgence britanniques

P. Bennett, programme de formation doctorale en psychologie clinique de Bristol, universités de Plymouth et d'Exeter, Royaume-Uni
Y Williams, gallois Ambulance Trust, Royaume-Uni
N Page, Département de psychologie, Université de Cardiff, Royaume-Uni
K Hood, Département de médecine générale, Collège de médecine de l'Université de Wales, Royaume-Uni
M Woollard, Unité de recherche sur les urgences préhospitalières, University of Wales College of Medicine

(JOURNAL MÉDICAL D’URGENCE) - Une étude 2003 a examiné la prévalence de la trouble de stress post-traumatique (SSPT), dépression et anxiété chez un échantillon de personnel d'ambulance d'urgence. Les membres du personnel 1029 d'un service d'ambulance ont envoyé un questionnaire par la poste, qui ont été renvoyés. Parmi les répondants, le taux global de SSPT était de 617%. Les niveaux de stress post-traumatique ne différaient pas selon le grade, mais le taux de prévalence était plus élevé chez les hommes que chez les femmes (% 23 par rapport à 15%). Près d'un sur dix a signalé des niveaux cliniques probables de dépression, 22% a signalé niveaux cliniques probables d'anxiété basés sur les scores de l'échelle d'anxiété et de dépression de l'hôpital.

Bien qu’ils aient été identifiés comme un groupe professionnel «à haut risque», les données relatives à la prévalence de problèmes émotionnels chez le personnel des ambulances d’urgence sont insuffisantes. Des études antérieures ont mis en évidence une prévalence du trouble de stress post-traumatique (SSPT) comprise entre 20% et 21%, 1,2 et un tiers du personnel des ambulances afin de démontrer un certain degré de morbidité psychiatrique..3 Clohessy et Ehlers, 1 par exemple, ont constaté que 22% de leur échantillon d’ambulanciers 56 répondaient aux critères de dépistage des symptômes psychiatriques du questionnaire général de santé. Trente-deux pour cent de l'échantillon 3 des travailleurs d'ambulance écossais 110 d'Alexander et Klein remplissaient le même critère. Toutefois, ces données doivent être considérées comme préliminaires, car elles sont basées sur des échantillons 1 volunteer3 plutôt petits, avec des bases de sondage peu claires, 1,2 ou ont fait état d'une psychopathologie non spécifique.2 Il est donc nécessaire de déterminer la prévalence de SSPT et autres troubles émotionnels chez le personnel d’urgence. Cet article présente les données de prévalence issues de la première étude à grande échelle sur la prévalence du SSPT, de la dépression et de l’anxiété dans cette population.

PARTICIPANTS, METHODE, RESULTATS
L'échantillon comprenait tous les techniciens médicaux d'urgence (EMT) et ambulanciers paramédicaux travaillant pour un service d'ambulance desservant une population d'environ trois millions de personnes dans une combinaison de contextes ruraux et urbains. Afin de préserver l'anonymat, aucun registre central ne faisant correspondre les noms aux numéros de questionnaire. En conséquence, deux questionnaires ont été envoyés à tous les participants potentiels à 1029: un questionnaire initial et un rappel envoyé trois semaines plus tard. Un total de questionnaires 617 ont été retournés: un taux de réponse de 60%. L'échantillon final comprenait les ambulanciers paramédicaux 194 EMT et 380. Quarante-trois répondants n'ont pas indiqué leur note. Il y avait des hommes 513 et des femmes 91. Treize n'ont pas signalé leur sexe. Le ratio hommes / femmes est similaire à celui observé dans l’ensemble du service, ce qui suggère qu’il n’ya pas de parti pris sexiste dans la réponse au questionnaire. L'âge moyen des répondants était le 39.58 (SD = = 10.60).

Le questionnaire comprenait deux éléments simples oui / non mesurant la présence de souvenirs de travail intrusifs, présents ou passés. Les participants avec de tels souvenirs pendant au moins un mois ont rempli l’échelle 4, l’échelle de diagnostic post-traumatique (PDS), qui est validée par rapport aux évaluations psychiatriques et permet une concordance 82% avec une interview psychiatrique. Les scores indiquent la gravité, tandis que la structure des symptômes rapportés contribue au diagnostic du SSPT. Trente-deux femmes et hommes 261 ont complété le PDS. Tous les participants ont rempli l’échelle d’anxiété et de dépression hospitalière (HADS), 5, qui contient des éléments 14 avec une échelle de gravité de quatre points et fournit des scores coupés de 11 ou plus indiquant des diagnostics «probables» d’anxiété et de dépression cliniques.

Les principales constatations sont qu'environ les deux tiers de l'échantillon ont déclaré avoir éprouvé des pensées intrusives et troublantes liées au travail, maintenant ou dans le passé. Il n'y avait aucune différence dans la déclaration des souvenirs troublants actuels selon le grade (voir tableau 1), bien qu'un pourcentage plus élevé d'ambulanciers paramédicaux que d'EMT aient déclaré en avoir eu dans le passé (χ2 = 3.175, p <0.05) . Vingt-deux pour cent (IC à 95% 19 à 26) de l'échantillon avaient des scores PDS indicatifs d'un diagnostic de SSPT. Aucune différence dans la prévalence du SSPT entre les ambulanciers et les ambulanciers n'a été trouvée. Cependant, les hommes avaient un taux de prévalence plus élevé que les femmes (χ2χ = Š4.67, p <0.05). Près de 10% des participants ont rapporté des niveaux cliniques probables de dépression, 22% ont rapporté des niveaux cliniques probables d'anxiété basés sur les scores HADS. Il n'y avait aucune différence entre les sexes dans les niveaux d'anxiété ou de dépression signalés.

COMMENTAIRE
Ces données se comparent à celles d’autres études dans le cadre d’études moins importantes ou non représentatives, 1 – 3 suggérant un taux de prévalence stable du TSPT dans les services légèrement supérieur à 20%, un niveau de dépression 10% et un niveau d’anxiété 22%. Certaines mises en garde doivent être données à ces résultats. Premièrement, ils sont auto-déclarés et basés sur des questionnaires. Deuxièmement, bien que le taux de réponse de 60% soit bon pour ce type d’enquête, il permet tout de même de laisser un biais de réponse. Quels biais ont pu affecter les niveaux de prévalence rapportés signalés n'est pas clair. Il est possible que les personnes présentant un niveau élevé de stress post-traumatique aient évité de remplir le questionnaire: une caractéristique essentielle de la maladie. Il est également possible que toutes les personnes non renvoyées aient été envoyées à des personnes ne rencontrant aucun problème, et qui, par conséquent, ne voyaient pas l'intérêt de remplir le questionnaire. Pour étudier toute tendance dans les données pouvant fournir un indicateur de la prédominance de ces biais, nous avons examiné le nombre de cas de stress post-traumatique identifiés dans chaque groupe consécutif de questionnaires 20. Cela a montré un taux de prévalence uniforme tout au long de la période de réponse, ce qui n’indique aucun biais évident en ce qui concerne les niveaux de PTSD surestimés ou sous-déclarés.

Parmi les femmes ayant participé à l'enquête, les taux de prévalence du SSPT étaient inférieurs à ceux des hommes, tandis que les taux de dépression et d'anxiété ne différaient pas de manière significative. Bien que le nombre relativement faible de femmes dans l'échantillon signifie que ces résultats doivent être considérés avec une certaine prudence, ces données sont intéressantes, en particulier parce qu'elles vont à l'encontre des tendances observées dans la population en général.6 Les raisons de nos résultats ne sont pas claires. Il est possible que les femmes particulièrement habiles choisissent d'entrer dans le service d'ambulance ou que le personnel féminin ait un meilleur accès aux services de soutien social ou à d'autres mécanismes d'adaptation que les hommes. Ces hypothèses nécessitent une exploration plus poussée.

Un impératif essentiel de tout service d’urgence est d’élaborer des stratégies de prévention et de traitement des graves problèmes de santé mentale associés au travail d’urgence. Ces interventions doivent tenir compte à la fois de la gravité et de l’ampleur du problème. Cela peut nécessiter des innovations considérables, d'autant que l'efficacité de certaines méthodes préventives a été sérieusement remise en question. Dans le cas du SSPT, par exemple, il existe des conclusions récurrentes selon lesquelles le débriefing des incidents critiques, traitement préventif largement utilisé, semble aggraver l’état plutôt qu’améliorer celui-ci.7 des troubles identifiés. En outre, étant donné que des facteurs organisationnels plus larges peuvent également être impliqués dans l'étiologie du SSPT et des troubles de l'humeur chez cette population, il convient d'examiner avec 1 la manière dont les facteurs organisationnels contribuent aux niveaux de détresse émotionnelle et de les inclure dans toute stratégie préventive. Quelles que soient les approches utilisées, elles doivent être suffisamment simples et pratiques pour pouvoir être appliquées à un grand nombre de travailleurs.

RÉFÉRENCES
1® Clohessy S, Ehlers A. Symptômes du SSPT, réactions à la mémoire intrusive et adaptation du personnel des services d’ambulance. Br J Clin Psychol1999; 38: 251 – 65.
2↵ Grevin F. Trouble de stress post-traumatique, mécanismes de défense de l'ego et empathie chez les ambulanciers paramédicaux en milieu urbain. Psychol Rep1996; 79: 483 – 95. [Medline] [Web of Science]
3® Alexander DA, personnel de Klein S. Ambulance et incidents critiques. Impact des accidents et des travaux d’urgence sur la santé mentale et le bien-être émotionnel. Br J Psychiatry2001; 178: 78 – 81.
4® Foa EB, Cashman L, Jaycox L, et al. Validation d'une mesure autodéclarée du trouble de stress post-traumatique: l'échelle de diagnostic post-traumatique. Psychol Assess1997; 9: 445 – 51. [CrossRef] [Web of Science]
5® Zigmond AS, Snaith RP. Échelle d'anxiété et de dépression à l'hôpital. Acta Psychiatr Scand1983; 67: 361 – 70. [CrossRef] [Medline] [Web of Science]
6® Keller MB, Klerman GL, Lavori PW et al. Résultats à long terme des épisodes de dépression majeure: importance clinique et pour la santé publique. JAMA1984; 252: 788 – 92. [CrossRef] [Medline] [Web of Science]
7↵ Wessely S, Rose S, Bisson J. Brèves interventions psychologiques («compte rendu») sur les symptômes liés à un traumatisme et la prévention du trouble de stress post-traumatique. Bibliothèque Cochrane. Émettez 3. Oxford: logiciel de mise à jour, 2000.

LIRE L'ARTICLE COMPLET http://emj.bmj.com/content/21/2/235.full

 

Les commentaires sont fermés.