Une réanimation cardio-respiratoire réussie sur un patient atteint de fibrillation ventriculaire réfractaire

Une histoire réussie en RCR: ceci a été contribué par le Dr Johanna Moore, une de mes collègues Hennepin qui fait des recherches sur la RCR, avec Keith Lurie et Demetris Yannopoulos. Elle a traduit ses connaissances de recherche en une réanimation spectaculaire.

Un homme de 54 ans présenté via ambulance au service des urgences (SU) en cas d'arrêt cardiaque. Il a été retrouvé à l'extérieur d'une clinique, où la RCR de spectateur a été initiée par le personnel de la clinique. La durée des temps d'arrêt n'était pas claire, mais jugée minime car il s'agissait d'une zone piétonne à fort trafic.

Il a reçu environ 5 minutes de RCP manuelle, puis, après l'arrivée du médecin, 20 minutes de LUCAS CPR, y compris l'utilisation du dispositif à seuil inspiratoire (ITD, ResQPod) pré-hospitalier. Il a été noté qu'il était en fibrillation ventriculaire réfractaire par les ambulanciers paramédicaux.

Dans le cadre de ses soins préhospitaliers, une voie aérienne King a été placée, il a été défibrillé 7 fois et a reçu 300 mg d'amiodarone IV, suivis de 150 mg d'amiodarone IV. Il a également reçu 2 mg d'épinéphrine. Il a été noté pour «mâcher» sur les voies aériennes de King et a également reçu 2 mg IV versé pour cela.

À son arrivée à l'urgence (après 25 minutes de RCP préhospitalière), le patient avait des respirations agonales et de brefs mouvements des membres supérieurs et inférieurs pendant le traitement par LUCAS. [La présence de respirations haletantes, ou agonales, pendant un arrêt cardiaque est associée à une meilleure survie.] Ses lectures de CO2 de fin d'expiration continue tout au long du cas en moyenne de 30 s mmHg (un signe de RCR efficace et de bons résultats).

LUCAS CPR, avec utilisation de l’ITD, a été poursuivi. Les voies respiratoires de King ont été remplacées par une sonde endotrachéale sans interruption de la RCP, et on a constaté une accumulation de sang dans l'oropharynx postérieur à ce moment-là. Il a également été observé que du sang en petites quantités sortait de la sonde endotrachéale par intermittence. La source du sang n'était pas claire.

Il a été noté hypoxique à ce moment-là, avec une saturation en oxygène initialement enregistrée de 70% et un nadir de 49%. Après l'intubation, la saturation en oxygène est restée faible, de l'ordre de 70 à 80%.

Plusieurs séries de médicaments ACLS, y compris l'épinéphrine, le bicarbonate de sodium et le gluconate de calcium ont été administrées avec d'autres tentatives de défibrillation. Le rythme se convertirait par intermittence en tachycardie ventriculaire après défibrillation, mais dégénérerait rapidement en fibrillation.

C'est fascinant: Le septum est fibrillant, mais la paroi latérale (en bas à droite) ne l’est pas. Comme vous le verrez plus tard, ceci est dû au fait que le STEMI se trouve sur le mur latéral. Il est trop ischémique pour même fibriller!

À peu près au bout de quelques minutes 15-20, la tête du lit était élevée autant que le permettait le LUCAS (degrés 10-20) dans le but d'améliorer l'oxygénation et de préserver la fonction neurologique (RCR «tête haute»). Le patient est resté dans la FV réfractaire.

Lidocaïne 100 mg IV a été administré, ainsi que 2 g de magnésium de manière empirique. 20 mEq KCL a été administré après le retour du potassium initial à 2.6 mEq / L. Le patient est resté dans la FV réfractaire et esmolol bolus, puis goutte à goutte, a été lancé pour le traitement de la tempête ventriculaire.

D'autres chocs de défibrillation ont été administrés sans ROSC. Le mouvement du patient pendant la RCP s'était arrêté, mais le CO2 de fin d'expiration est resté supérieur à 20 mmHg. Sa saturation d'oxygénation s'était améliorée après l'intubation et le placement en position tête haute.

Double défibrillation a ensuite été réalisée en plaçant deux ensembles séparés de coussinets sur le patient à la fois, puis en effectuant un choc simultané. Après 38 minutes de RCP à l'urgence et 25 minutes de RCP hors de l'hôpital (total, 63 minutes), le ROSC a été obtenu, avec une augmentation correspondante du CO2 de fin d'expiration de la plage de 30 mmHg à la plage de 50 mmHg. Le patient a été maintenu en position tête haute. Sa radiographie thoracique a montré des opacités diffuses de l'espace aérien du poumon droit.

SOURCE

Les commentaires sont fermés.