Dernières nouvelles de MSF au Yémen - Besoin urgent d'aide humanitaire et de fournitures d'aide

Un mois après le début du conflit, une violence intense se poursuit avec des conséquences humanitaires désastreuses. Non seulement les gens sont directement confrontés aux conséquences de la violence et de l'insécurité, mais certains ont du mal à atteindre les hôpitaux et meurent de maladies pouvant être traitées. Les hôpitaux ont désespérément besoin de fournitures médicales et les pénuries de carburant pourraient obliger certains à fermer leurs portes.

«La semaine dernière, un enfant de quatre ans est entré à l'hôpital avec une amygdalite. Il n'avait pas vu de médecin ni reçu de soins médicaux depuis deux semaines. L'infection était devenue si grave qu'il mourut. Grâce à l'accès aux médicaments, cette mort aurait pu être évitée. »Le Dr Thomas Lavin travaille à Khamer, dans le gouvernorat d'Amran, depuis 6 derniers mois.

L'ONU rapporte qu'au moins 1,080 ont été tués, plus de 4,350 blessés et estime que 150,000 a été déplacé entre le mois d'avril et 25. La ministre yéménite des Droits de l'Homme, Ezzedine al-Asbahi, a déclaré le X avril dernier que près de neuf millions de Yéménites avaient un besoin urgent d'aide humanitaire. Les équipes de MSF ont soigné plus de blessés de guerre 27, notamment lors de frappes aériennes, depuis le mois de mars 1,250 (19 Aden, 775 Haradh, 101 Amran, 40 Ad-Dhale).

Les équipes MSF sur le terrain signalent:

· Dans les combats d'Aden, les attaques contre ambulances, les tireurs d'élite et les barrages routiers rendent difficile l'accès des patients à l'hôpital MSF. Le nombre de blessés arrivant à notre hôpital de la ville a baissé, malgré l'intensité des combats.

· La menace de graves pénuries de carburant peut avoir un impact sur les hôpitaux, qui pourraient ne pas être en mesure de faire fonctionner leurs groupes électrogènes à l'électricité ou à l'eau, ou de carburant pour les ambulances. Dr Thomas Lavin, a déclaré: «Ce qui m'inquiète vraiment, ce n'est pas seulement l'impact des pénuries de carburant sur les personnes se rendant aux hôpitaux ou aux ambulances, mais les pompes à eau utilisent également ce carburant pour fournir de l'eau potable. J'ai vu des gens boire de l'eau sale, ce qui pourrait entraîner des épidémies de maladies complètement évitables. "

· L'accès au Yémen est limité et la circulation sécuritaire de l'aide humanitaire dans le pays est très difficile, malgré les besoins énormes. Jusqu'à présent, MSF a envoyé environ 100 de tonnes de fournitures médicales et a été en mesure d'envoyer du personnel par mer et par air, mais il reste encore beaucoup à faire.

· Les structures civiles, y compris les hôpitaux, ont été directement touchées lors de frappes aériennes, blessant le personnel de santé. Le Dr Thomas Lavin a déclaré: «Nous avons eu un bébé de quinze jours qui était le seul survivant de toute sa famille après les frappes aériennes à Saada. Elle a été amenée par une tante et est soignée à l'unité néonatale. “

Où travaille MSF: Total du personnel 565 travaillant dans le pays: personnel international 31 et personnel yéménite 534.

Plus de détails sur nos opérations actuelles: Aden - Les affrontements se poursuivent dans la ville d'Aden, dans le sud du pays, où MSF gère une unité chirurgicale d'urgence. Les batailles de rue se poursuivent, de même que les bombardements au sol, dans les airs et en mer dans certaines régions. Il y a eu des pénuries d'électricité, d'eau et de carburant dans la ville et les réseaux de communication sont souvent en panne.

Depuis le mois de mars, 19th a reçu plus de 775 blessés à l’hôpital. Cependant, depuis début avril, le nombre de patients par jour a été réduit à environ 10, malgré les affrontements qui se poursuivent et augmentent dans certaines régions, ce qui indique des difficultés d’accès à l’hôpital. Les ambulances du ministère de la Santé 7 ont disparu. Des volontaires du Croissant-Rouge yéménite 2 ont été tués vendredi 3rdavril dans une ambulance. Notre personnel a toujours du mal à se rendre à l’hôpital et à en revenir, et certains membres du personnel vivent maintenant à l’hôpital.

L’hôpital MSF d’Aden a été touché par plusieurs balles perdues, dont certaines fenêtres ont été brisées. En avril 16, une frappe aérienne à moins de 500 mètres de l’hôpital a provoqué un certain nombre de bris de vitres et des éclats d’éclats ont été trouvés dans la cour de l’hôpital. Le X avril, une ambulance qui tentait de renvoyer deux patients d'une clinique de Lahj vers notre hôpital d'Aden a été arrêtée à un point de contrôle et renvoyée; un patient est décédé plus tard.

Sanaa - En avril 20, une énorme explosion dans le sud-ouest de Sanaa a causé des blessures et des décès dans 574, selon le ministère de la Santé. Les blessés ont été reçus par au moins les hôpitaux 39 de Sanaa, trois d'entre eux ayant bénéficié du soutien de MSF avec des dons de trousses de pansement, de médicaments et de matériel médical. Nous avons également apporté un soutien psychologique aux victimes et donné à 10 des litres de carburant pour atténuer les graves pénuries qui empêchent certains hôpitaux de fonctionner.

Ad-Dhale - Depuis le mois de mars, les hôpitaux MSN de Qataba et Al Nasser de MSF ont reçu des patients blessés de la guerre par 19. Les renvois entre les hôpitaux pour des traitements spécialisés, y compris celui de MSF à Aden, restent extrêmement difficiles.

Amran - L’hôpital MSF a reçu environ 40 blessés dans la ville de Khamer, en raison de frappes aériennes dans le gouvernorat d’Amran. Cela incluait 30 blessé qui avait été soigné le 13 avril après une frappe aérienne sur la ville de Huth. Parmi les blessés figuraient des femmes et des enfants.

L'équipe s'inquiète également de l'impossibilité pour les habitants des régions reculées du gouvernorat d'Amran d'accéder à l'hôpital de Khamer en raison des difficultés de transport et du manque de carburant. Nous voyons moins de patientes des districts d’Al-Asha et d’Al-Qafla et nous sommes particulièrement inquiets pour les femmes de ces régions où les grossesses sont compliquées.

L'eau potable fait également défaut en raison de la pénurie d'essence pour les pompes à eau. Il n'y a pas d'électricité à Khamer depuis deux semaines. Dans la ville de Huth, où MSF soutient le centre de santé, le personnel et les patients ont peur d'aller au centre de santé, de peur d'être bombardés.

Ville de Haradh dans le gouvernorat de Hajjah, au nord du Yémen - Le X mars, des blessés ont été emmenés à l'hôpital de Haradh soutenu par MSF après l'attaque du camp de personnes déplacées d'Al-Mazraq. Entre avril 30st et avril 34th, des raids aériens et des bombardements dans le district de Haradh ont causé la mort de 21 et de nouveaux blessés, qui ont été soignés par le personnel médical de MSF à l'hôpital public de Haradh.

La dernière attaque a eu lieu dans la nuit du 13 avril, lorsque plusieurs obus ont touché la ville de Haradh. De gros éclats d'obus ont atterri à moins de quelques mètres 24 de l'hôpital public de Haradh, le personnel médical ayant reçu les premiers blessés. Neuf blessés sont arrivés à l'hôpital; deux d'entre eux sont morts. Les attaques ont provoqué un mouvement de masse de personnes, la plupart des habitants restants de la ville de Haradh ayant abandonné leurs maisons.

La majorité du personnel et des patients de l'hôpital ont également fui.

Les commentaires sont fermés.