Un projet chilien sur le handicap et la résilience remporte le «2014 Risk Award»

DAVOS, SUISSE - C'est une ONG de Chili le gagnant du Risk Award 2014 au 5th International Conférence sur les catastrophes et les risques à Davos, Suisse. L'ONG Inclusive est confrontée à l'organisation internationale 77 des pays 44. Et cette petite association de Peñaflor se placer parmi les idées et les projets les plus intéressants sur la réduction des risques et la résilience. Inclusive a remporté le prix € 100,000 pour ses efforts visant à supprimer les obstacles architecturaux et technologiques pour les personnes vivant avec un handicap au Chili.

LE PROJET

Le projet de l'inclus né après la Tremblement de terre 2010 et le tsunami qui a frappé le pays en 2010. Carlos Kaiser, ancien professeur à l'Université austral, a créé cette ONG dans le but de révolutionner les attitudes et les habitudes des gens lors des plus grandes urgences. Carlos utilise sa propre maladie causée par la méromélie comme métaphore de la manière dont le monde apparaît aux personnes handicapées. «Nous sommes tous allés à des endroits où les prises pour fiches de nos ordinateurs ou chargeurs de téléphone ne fonctionnent pas. Mes bras et mes jambes sont en quelque sorte des bouchons pour un pays qui n'existe pas. Nous devons créer un monde meilleur pour tous ».

Pefaflor a une population de plus de 100,000 et est l’un des plus de 2,000 membres de la campagne de l’UNISDR «Rendre les villes résilientes». Bien que affecté par le Tremblement de terre 8.8 qui a réclamé Vie 525, la ville était relativement indemne.

Travaillant avec un réseau de personnes des régions dévastées et de l'Université Austral, Carlos a développé sa première soumission primée, une proposition de reconstruction inclusive. Il a été déçu du manque d’échelle lors de la mise en œuvre. Seules les maisons construites intégralement en 100 ont été fournies aux personnes handicapées.

«Si vous appliquez une approximation, 10 sur l'ensemble des personnes touchées par le séisme étant des personnes vivant avec un handicap, plus de 100,000 ont besoin d'aide, mais seul 400 reçoit une assistance. C'est une réalité mondiale: 15% de la population mondiale vit avec un handicap et 3% sont gravement handicapés. L'UNISDR a mené la toute première enquête sur les personnes handicapées et les catastrophes. Plus de 6,000, les gens ont répondu et les défis auxquels ils sont confrontés sont clairs. Il serait intéressant de voir combien de décideurs utilisent ces résultats pour agir. ”

La proposition relative à la prime de risque vise à éliminer les obstacles et les obstacles empêchant les personnes de fonctionner après un sinistre: si le niveau de fonctionnement diminue, le risque de mort et de blessure augmente.

«Si vous parlez de personnes qui n'ont pas de gros revenus, elles n'ont pas assez de portes pour fauteuils roulants ou autres appareils. Nous trouvons d’autres choses moins évidentes qui sont mal faites: installation électrique, construction de mauvaise qualité. Comme le dit le livre, il n’est pas toujours possible de faire des choses, alors vous commencez à vous adapter. Nous faisons de notre mieux en ce qui concerne les conditions locales. Nous renforçons la personne car elle est l'acteur principal de sa propre vie. "

RÉSILIENCE POUR TOUS

Le projet récompensé, intitulé «Communauté sans danger pour la population de la ville: la résilience pour tous», fait partie d’un programme plus vaste intitulé «Communauté inclusive» lancé dans 2011 afin d’améliorer la situation des personnes 9,000 vivant dans la ville et vivant avec un handicap. En plus de réduire les risques globaux, le projet vise à supprimer les obstacles dans dix «points chauds» fréquemment visités par les personnes handicapées et à renforcer le rôle de ces dernières en tant qu'acteurs clés de la gestion inclusive des situations d'urgence.

En tant que directeur exécutif d’Inclusiva, Carlos Kaiser souligne également l’importance de la éliminer les barrières culturelles. «Il est assez difficile de changer de culture mais ce n'est pas impossible. Quand vous voyez qu'il y a des bâtiments qui ne sont pas bien conçus ou construits, ils sont un produit de la culture, car c'est ainsi que nous voyons le monde. Les gens suivent la culture. Nous les invitons à ne pas être des suiveurs mais à être des acteurs pour changer la réalité en changeant leurs propres idées. "

La culture et les attitudes affectent également notre réflexion ou notre incapacité à penser à des choses moins évidentes mais importantes, telles que la différence entre évacuer une personne aveugle d'un bâtiment et faire sortir une personne en fauteuil roulant.

Les travaux débuteront le mois prochain lorsque les premiers cours de formation à la réduction des risques de catastrophe inclusifs seront proposés aux dirigeants de 1,200 issus de secteurs clés de la société civile et des autorités locales, notamment la police, les services d'incendie et les organisations communautaires.

De plus amples informations sont disponibles sur le site www.risk-award.org. Les candidatures sont en cours pour le Risk Award 2015, qui sera présenté l'année prochaine, en mars, lors de la troisième Conférence mondiale des Nations Unies sur la réduction des risques de catastrophe, à Sendai, au Japon. La date limite de soumission des propositions est fixée à novembre 14 et l’accent est mis sur des projets de réduction des risques de catastrophe durables, innovants et centrés sur les personnes.