Les nouvelles “ambulances” du Mozambique : des ânes

0

Une trentaine d’ânes ont été sélectionnés pour une tâche spéciale :être employés comme moyens de transport d’urgence à Chibabawa, au Mozambique, dévasté par les guerres internes.

Le troupeau d’ânes représente une tentative de résorber le manque d’ambulances et de moyens de transport d’urgence, aidant dans le transport des blessés dans les zones les plus distantes et dépourvues de routes les reliant aux principaux centres sanitaires situés à Panja, Chibabawa et Muxúnguè.

La zone de Chibabawa, dans laquelle résident environ 100 000 personnes, n’est pourvue que de 13 dispensaires et un hôpital rural.Pour recevoir une assistance médicale, de nombreuses personnes doivent marcher plus de 20 kilomètres ou bien s’adresser à des guérisseurs.Pour tenter de résoudre cette situation, la communauté a acheté 30 ânes à 540$ l’un, qui sont devenus plus de 40 suite à la reproduction de certains.

Le problème qui afflige la région n’est pas seulement celui des routes en piteux état, mais aussi celui des luttes intestine qui perdurent entre l’armée du Mozambique et les ex-guérilleros de la Résistance Nationale Mozambicaine qui contrôlent une grande partie du territoire.

La peur qu’engendrent ces conflits, unie aux contrôles militaires exercés sur la majeure partie des routes, a découragé le transit des véhicules pour le transport de passagers et des ambulances dans de nombreuses zones de la région.L’introduction des ânes tente de faire face au manque de véhicules de transport médical actuel.

Mais le facteur économique n’en est pas moins important.Les ambulances motorisées ont besoin d’un chauffeur, de carburant et d’entretien, des facteurs qui impliquent des coûts trop élevés pour la disponibilité économique de la région.Le service constitué par les ânes est quant à lui beaucoup plus économique et est destiné à toutes les personnes en situation de besoin, avec une attention particulière aux femmes enceintes.

Travaillant par deux, les ânes ont été dressés pour tirer un chariot habilité au transport des personnes, où le patient peut s’allonger pendant qu’il est transporté vers le centre de secours le plus proche.

Tous les ânes reçoivent des soins vétérinaires financés par les services municipaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.