Croix-Rouge en Asie: une enquête révèle qu'un étranger sur deux blâme le COVID-1

Croix-Rouge en Asie - L'enquête montre que les gens blâment des groupes particuliers pour la propagation du coronavirus, y compris les étrangers, les personnes assistant à des cérémonies religieuses et les personnes qui ne respectent pas les règles telles que le port de masques ou le maintien d'une distance physique.

In Asie, une enquête initiée par le Groupe de travail sur la communication des risques et l'engagement communautaire en Asie-Pacifique puis effectué par le Croix-Rouge et Croissant-Rouge en Asie fourni les résultats sur perception of COVID-19 parmi les populations.

Croix-Rouge et Croissant-Rouge en Asie: COVID-19 parmi les populations

Un instantané des attitudes des gens Indonésie, Malaisie, Myanmar et Pakistan révèle également que près de quatre personnes sur cinq se méfient des médias sociaux, bien que ce soit l'une des principales sources d'informations sur le virus.

L'enquête auprès de 4,993 personnes a été initiée par le Groupe de travail sur la communication des risques et l'engagement communautaire en Asie-Pacifique pour découvrir ce que les gens savent sur le virus et comment il se propage, afin de permettre une réponse communautaire plus forte.

Dr Viviane Fluck, Coordonnatrice de l'engagement communautaire et de la responsabilité, Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge Asie-Pacifique, a déclaré: "Il est alarmant que nos résultats montrent que près de la moitié des personnes interrogées pensent que des groupes spécifiques sont responsables de la propagation du COVID-19."

«Nous sommes très préoccupés par le fait que les groupes vulnérables tels que les migrants et ceux qui n'ont pas les moyens de équipement tels que les masques peuvent être discriminés en raison de la stigmatisation et de la peur découlant de ces points de vue.

«De nombreux pays Asie connaissent une triple crise de Covid-19, catastrophes liées aux aléas naturels et bouleversements socio-économiques. Il est essentiel que nous intensifiions notre engagement avec les communautés pour lutter contre la désinformation nuisible qui entrave les efforts pour contenir cette pandémie », a déclaré le Dr Fluck.

  • Données clés du rapport COVID-19 Community Insights from the Asia Pacific Region Report:
  • Près d'un sur deux (49%) pense qu'un groupe spécifique est responsable de la propagation du COVID-19
  • Plus de deux Malais sur trois (69%) blâment les autres, comme les personnes ne portant pas de masques et celles qui assistent à des rassemblements religieux.
  • Plus de la moitié des Indonésiens (55%) et près d'un tiers des habitants du Myanmar (32%) et du Pakistan (30%) attribuent la responsabilité à des groupes tels que les étrangers et les non-conformistes.
  • Près de quatre personnes sur cinq (79%) en Malaisie pensent que la maladie n'est pas dangereuse, tandis que quatre personnes sur cinq (80%) en Indonésie pensent qu'elle est très dangereuse.
  • Près de neuf personnes sur 10 (87%) dans les quatre pays pensent que le port d'un masque et le lavage des mains (91%) sont des moyens de vous protéger et de protéger votre famille.
  • Les guérisseurs traditionnels restent une source d'informations dans certains pays, avec près d'une personne sur six (16%) qui se tourne au moins parfois vers eux pour obtenir des informations.
  • Interrogés sur les canaux d'information, la plupart des répondants font beaucoup confiance à la télévision (62%), suivie de la radio (44%) et des journaux (40%). Seule 1 personne sur 5 (22%) fait beaucoup confiance aux médias sociaux.

Le rapport complet, intitulé Informations sur la communauté COVID-19 à partir du peut être téléchargé ici.

Le groupe de travail sur la communication des risques et l'engagement communautaire en Asie-Pacifique est une plate-forme de coordination interinstitutions qui fournit des conseils techniques sur la préparation et la réponse au COVID-19 dans la région. L'enquête a été menée par les Sociétés nationales locales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge au Pakistan, en Malaisie et en Indonésie, ainsi que par Kantar au Myanmar, en partenariat avec le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) et avec le soutien de la Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Sociétés (FICR), UNICEF, Organisation mondiale de la santé (OMS) et Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA).

Croix-Rouge et Croissant-Rouge en Asie - Les données du rapport COVID-19 Community Insights from the Asia Pacific Region:

Au total, 4,993 29 répondants ont participé en Indonésie, au Pakistan, au Myanmar et en Malaisie. Une approche à méthodes mixtes a été utilisée pour la collecte de données, la collecte de données par le biais d'appels téléphoniques, des médias sociaux et de certaines interactions limitées en face à face, où des mesures de protection appropriées ont été prises. Les entretiens ont été menés du 20 mai au 2020 juillet XNUMX avec un délai de collecte de deux semaines dans chaque pays

Échantillonnage: Une approche d'échantillonnage aléatoire a été utilisée avec les hypothèses d'un nombre plus élevé de participants avec moins de marge d'erreur. L'échantillonnage de commodité était la seule option possible en raison des restrictions de mouvement. Ces résultats ne peuvent pas être considérés comme statistiquement représentatifs des perceptions de la population, mais fournissent une indication qui devrait être triangulée avec de nouvelles recherches.

SOURCE

IFRC

Les commentaires sont fermés.