Caractéristiques des aéronefs SAR dans le monde: quels dénominateurs communs les avions de recherche et sauvetage devraient-ils avoir?

Il existe de nombreux types d'aéronefs de recherche et de sauvetage (SAR) dans le monde et chacun d'eux répond aux exigences spécifiques de ce pays. Compte tenu de leurs différences en termes de conception et de performances de vol, il serait bon d'analyser et également d'identifier leurs caractéristiques. Un document publié par des professionnels des organisations EMS et de l'aviation en Malaisie.

La connaissance des principales caractéristiques des aéronefs de recherche et de sauvetage (SAR) servira certainement de référence pour la conception des futurs moyens. Ou, au moins, il servira à sélectionner les avions disponibles sur le marché pour les missions de recherche et de sauvetage. Sur la base de cette notion, l'administrateur de l'hôpital du ministère malaisien de la Santé et d'autres professionnels de l'aviation et des secours ont publié une analyse réalisée à l'aide des données historiques des aéronefs qui ont été utilisées dans les missions SAR dans le monde pour caractériser les paramètres critiques communs à considérer.

Pour effectuer des missions SAR spécialisées, les aéronefs de recherche et de sauvetage, qu'ils soient du secteur commercial ou militaire, doivent être conformes aux réglementations établies par les autorités compétentes de ce pays.

Avions SAR en Espagne et en Australie

Par exemple, l'Agence espagnole de la sécurité aérienne décide que tout aéronef relevant de sa juridiction qui est impliqué dans la mission de recherche et de sauvetage doit être réglementé conformément à ses règles de sécurité. De plus, en Australie, où des audits périodiques sont menés auprès des exploitants de l'aéronef pour assurer leur conformité et également une amélioration continue, l'autorité a également réglementé tous les aéronefs impliqués dans des missions SAR [1].

Exemple d'avion de recherche et de sauvetage en France

L'Aérospatiale de France et Westland Aircraft du Royaume-Uni ont fabriqué l'Aerospatiale SA342 Gazelle. Il s'agit d'un aéronef à voilure tournante à usage militaire comme principal usage. En effet, même s'il est léger, il était équipé de missiles de sorte qu'il pouvait être utilisé comme hélicoptère de combat antichar. Cependant, il peut être utilisé pour les opérations de reconnaissance et de secours, ce qui est vital dans les missions de recherche et de sauvetage [3].

Exemple d'avion SAR au Royaume-Uni

Entre-temps, l'Air Ambulance de Londres utilise principalement le MD 900/902 Explorer pour les services médicaux d'urgence et les opérations de recherche et de sauvetage [4]. Le MD 900/902 se distingue par sa maniabilité dans diverses conditions de vent, ce qui est un gros avantage pour une utilisation dans la mission de recherche et sauvetage, en particulier dans des conditions difficiles.

En outre, Airbus a développé des avions EADS C-295 capables d'effectuer des patrouilles et des reconnaissances maritimes, qui font également partie de la mission de recherche et de sauvetage. Cet avion SAR est équipé de deux turbopropulseurs et il est conçu pour pouvoir effectuer une mission dans toutes les conditions météorologiques, ce qui en fait l'appareil polyvalent, robuste et également fiable [5].

Et la SAR en Autriche?

De plus, en Autriche, Diamond Aircraft Industries a construit l'avion DA42. Il s'est avéré être une conception réussie pour les opérations de cross-country. En effet, pour les missions SAR, cela convient parfaitement à l'opération car l'Autriche a une structure spécifique de montagnes et est une nation enclavée. Le DA42 peut être facilement manipulé et possède une stabilité et un contrôle optimaux, ce qui est important pour toute observation aérienne de longue durée [6].

Chine, lancement de missions spécifiques de recherche et sauvetage

En revanche, la Chine présente l'Avicopter AC313. Il s'agit d'un avion à voilure tournante avec un énorme fuselage qui peut offrir un plus grand avantage d'espace à bord pour contenir plus d'équipements médicaux ou autres de recherche et de sauvetage [7]. Cet avion SAR peut accueillir jusqu'à 27 passagers à la fois ou permettre le transfert simultané de 15 blessés pour une évacuation médicale, ce qui offre la capacité appropriée pour une extraction complète ou à grande échelle du personnel blessé.

Avions SAR aux États-Unis: opérations civiles et militaires

Dans les missions de recherche et sauvetage au combat, les États-Unis utilisent le V-22 Osprey pour son agilité à décoller et à atterrir dans des espaces confinés éloignés [8]. Il est célèbre pour ses rotors inclinables qui peuvent donner un décollage vertical haute performance. Ses rotors peuvent être positionnés verticalement pendant le vol, ou horizontalement et lui permettent donc de voler comme un avion à voilure fixe. En outre, l'avion Osprey a la capacité de contenir jusqu'à 24 soldats à bord, ce qui le rend très approprié pour une extraction à grande échelle de personnel blessé pendant le combat.

Pendant ce temps, l'avion HC-144 est déployé par la Garde côtière américaine pour effectuer des opérations de surveillance et de reconnaissance de l'océan. L'avion HC-144 qu'ils utilisent est bien équipé avec peu d'équipement spécialisé, y compris des capteurs pour les missions de recherche et de sauvetage. Puisqu'il peut voler jusqu'à un maximum de 10 heures, l'avion HC-144 est très adapté aux missions de recherche et de sauvetage qui nécessitent généralement une longue durée de vol [9].

Identification des dénominateurs communs aux aéronefs SAR - Méthodes

Cadre méthodologique de l'étude menée
Fig.1 - Cadre méthodologique de l'étude menée

La figure 1 montre le cadre méthodologique suivi par cette étude. D'après les résultats de la documentation, un aéronef SAR doit être capable de transporter des charges utiles qui peuvent être de nature excessive. Il peut s'agir d'équipements médicaux et de reconnaissance, de blessés et autres.

L'avion devrait également être capable de voler à des distances et des altitudes optimales, en particulier pour éviter tout tir indésirable du sol dans les zones de guerre pendant les missions. De plus, l'avion doit également être capable d'être rapide et agile pour accueillir plusieurs types de terrains différents pendant l'opération comme montagneux et autres. Sur cette base, cinq paramètres principaux de l'aéronef ont été dérivés dans cette étude pour refléter correctement ces exigences:

  • décollage maximal
  • poids brut
  • gamme
  • plafond
  • vitesse maximum
  • taux de montée

Pour effectuer une analyse simpliste sur la base des cinq paramètres établis, ils ont collecté les données de 40 avions différents qui ont été utilisés dans des missions de recherche et de sauvetage [10]. L'analyse de 40 données d'avion est appropriée pour tirer une conclusion assez précise. Ils ont appliqué une méthode de tabulation dans le processus de comparaison des 40 avions identifiés par rapport aux cinq paramètres [11]. Une fois l'analyse terminée, les dénominateurs communs et rares sont présentés sous forme graphique, comme illustré ci-dessous.

Identification des dénominateurs communs aux aéronefs SAR - Résultats et discussion

La figure 2 présente le tracé de la masse brute maximale au décollage des avions de missions de recherche et de sauvetage typiques. Ça peut

Les avions SAR décollent brut
Fig. 2. Masse brute maximale au décollage de l'avion de recherche et de sauvetage

il convient de noter que la majorité de l'avion a une masse maximale au décollage dans la région inférieure de la parcelle. Ils ont enregistré la valeur la plus élevée avec 86,000 930 kg, tandis que la valeur la plus basse est de 16,144.65 kg, avec une valeur moyenne de XNUMX XNUMX kg, comme indiqué par la ligne moyenne dans le graphique.

72.5% des 40 appareils ont une masse brute maximale au décollage inférieure à la valeur moyenne et seulement 27.5% au-dessus. De cette constatation, une déduction simpliste est faite que la plupart des opérateurs sont plus enclins à utiliser un avion plus léger.

Cela peut également impliquer que dans la plupart des missions de recherche et de sauvetage menées, le nombre de personnes destinées à être secourues est souvent faible et / ou l'avion ne devrait contenir qu'une petite ou peu d'équipement à bord.

Portée des avions SAR
Fig. 3. Portée de l'avion de recherche et de sauvetage

La figure 3 montre la répartition des données pour la portée de l'aéronef considéré qui ont été utilisées dans les missions de recherche et de sauvetage. Ils peuvent observer que la portée la plus longue réalisable par l'un des appareils est de 6,435 350 km alors que la distance la plus courte n'est que de 1,712 km. En moyenne, la portée de l'avion indiquée par la ligne moyenne du tracé est de 40 70 km. Sur les XNUMX appareils pris en compte dans l'analyse, XNUMX% d'entre eux ont en fait une capacité d'autonomie inférieure à la moyenne.

Cela implique que seulement 30% d'entre eux peuvent atteindre une distance de vol plus élevée que la moyenne. Sur la base de cette observation, nous pouvons en déduire de manière simplifiée que les opérateurs avec un avion SAR qui ne peut traverser que sur une courte distance ou couvrir un petit périmètre de mission effectuent principalement les missions de recherche et de sauvetage.

Plafond de vol des aéronefs SAR
Fig. 4. Plafond de vol de l'avion de recherche et de sauvetage

Cette situation peut également contribuer à la capacité disponible du réservoir de carburant de l'avion, ce qui limite finalement ses opérations de recherche et de sauvetage. Les données réparties pour le plafond de l'avion souvent utilisé pour les missions de recherche et sauvetage sont illustrées à la Fig.4.

D'après l'intrigue, le plafond de vol de service le plus élevé possible par l'avion est d'environ 12.8 km (ou 41,995 0.5 pi) et le plus bas est d'environ 1.532 km (ou 40 pi). La valeur moyenne du plafond de vol pour les 6.5 appareils analysés est de 21,251.9 km (ou XNUMX XNUMX pi), ce qui est indiqué par la ligne moyenne dans le graphique.

Il semble y avoir presque le même nombre d'avions dont les performances de plafond de vol sont supérieures et inférieures à la valeur moyenne. Plus précisément, 55% des avions ont un plafond de vol inférieur à la ligne moyenne tandis que celui des 45% restants est supérieur à la ligne moyenne. Cette constatation conduit à une déduction simpliste qu'un mélange d'avions a été utilisé pour les missions de recherche et de sauvetage, car les opérations peuvent impliquer des recherches à haute et à basse altitude.. Le mélange des opérations à haute et basse altitude pourrait faciliter l'optimisation des missions de recherche et sauvetage [12].

Vitesse maximale des aéronefs SAR
Fig. 5. Vitesse maximale de l'avion de recherche et de sauvetage

La figure 5 illustre la vitesse maximale que peut atteindre l'avion couramment utilisé pour les missions de recherche et de sauvetage. Comme indiqué par les données tracées, l'avion le plus rapide parmi les 40 appareils considérés dans cette étude a une vitesse maximale de 860 km par heure. Au contraire, le plus lent de l'avion a une vitesse maximale de 175 km / h.

Comme l'indique la ligne moyenne du graphique, la vitesse maximale moyenne parmi les 40 appareils est d'environ 372 km / h et la majorité d'entre eux (soit 70% d'entre eux) ont la vitesse maximale inférieure à cette valeur. Seuls 30% des 40 avions ont une vitesse maximale supérieure à la moyenne. Basé sur ceci, nous pouvons déduire de manière simplifiée que la plupart des avions SAR n'ont pas besoin d'avoir une vitesse élevée.

Effectivement, nous pouvons considérer et préférer un avion au rythme plus lent que les autres. En allant trop vite, certains détails essentiels des missions de recherche et de sauvetage peuvent être ignorés et également manqués. Comme indiqué dans [13], une opération au rythme lent aidera à garantir que les observations pendant la recherche sont effectuées de manière approfondie.

Enfin et surtout. La figure 6 présente le taux de montée des 40 avions qui ont été couramment utilisés dans

Taux de montée des aéronefs SAR
Fig. 6. Taux de montée de l'avion de recherche et de sauvetage

les missions de recherche et sauvetage. Parmi eux tous, le taux de montée le plus élevé atteignable est d'environ 2,073 m / min (ou 6800 pieds / min) et le taux de montée le plus bas s'est avéré être d'environ 229 m / min (ou 750 pieds / min). La majorité de ces appareils, soit environ 72.5% d'entre eux, ont un taux de performance de montée inférieur à la moyenne, comme l'illustre le fait d'être inférieur à la ligne moyenne du graphique. Le taux de montée moyen des 40 appareils est d'environ 635 m / min (ou 2,083.98 XNUMX ft / min).

Avec seulement 27.5% des avions capables de grimper avec un taux de montée supérieur à la moyenne, une déduction simpliste peut être faite qu'il est impératif que les avions utilisés dans les missions de recherche et de sauvetage puissent monter aussi vite que possible. Cela est parfaitement conforme au fait que de telles missions sont souvent menées à un rythme lent afin d'optimiser la recherche de survivants ou d'épaves.

Tableau des paramètres des aéronefs SAR

En regardant de plus près les appareils qui ont un taux de montée élevé, ce sont principalement des avions de type militaire tels que LTV XC-142, Beriev Be-42 Albatros et Kazan Ansat, qui sont utilisés sur le champ de bataille. Pour de telles missions de recherche et sauvetage dans les zones de combat, il est souhaitable que l'avion soit capable de grimper rapidement après une sortie de sauvetage afin d'éviter les tirs ennemis au sol. Au total, les résultats de l'analyse comparative entre les 40 appareils considérés sont présentés dans le tableau I.

Caractéristiques des aéronefs SAR: conclusions

À partir des résultats de l'analyse de 40 avions qui effectuent des missions de recherche et de sauvetage, plusieurs caractéristiques des avions de recherche et de sauvetage communs ont été établies sur la base des cinq paramètres critiques: masse brute maximale au décollage, portée, plafond de vol, vitesse maximale et taux de montée.

Nous pouvons conclure que la majorité des avions SAR ont une petite capacité en termes de charges utiles pour transporter le poids de l'équipement ou du personnel blessé. En outre, nous nous attendons à ce que les aéronefs dans de telles missions couvrent un petit périmètre pendant l'opération de recherche et de sauvetage, ce qui se reflète dans la capacité à faible portée. Étant donné que l'efficacité des opérations de recherche et de sauvetage peut être améliorée en effectuant la recherche à haute et à basse altitude, il existe une capacité de plafond de vol équilibrée parmi les aéronefs utilisés.

Enfin, sur la base de l'efficacité de l'opération, ils ont constaté que la vitesse maximale et le taux de montée typiques de l'avion pouvaient se situer principalement à l'extrémité inférieure. Dans l'ensemble, avec ces résultats, ils fournissent un aperçu de la conception et des exigences de la mission d'un avion qui peut être utilisé dans des missions de recherche et de sauvetage. Ils devraient effectuer une nouvelle analyse détaillée pour mieux comprendre ces appareils.

RÉFÉRENCES

  1. Examen de la surveillance des opérations aériennes de recherche et de sauvetage (SAR) en Irlande. Dublin: ministère irlandais des transports, du tourisme et du sport, 2018
  2. Gazelle Viviane SA 342 M1 [En ligne]. Disponible: https: //www.defense. gouv.fr/english/node_64/equipements/materiels-specifiques/alat/comba t / gazelle-viviane-sa-342-m1
  3. The British Army, Equipment Aircraft - Gazelle [En ligne]. Disponible: www.army.mod.uk/equipment/aircraft/
  4. MD Helicopters, MD 902 Explorer [En ligne]. Disponible: https: // www. mdhelicopters.com/md-902-explorer.html
  5. Airbus, C295 - L'avion de transport tactique le plus polyvalent et le plus efficace [En ligne]. Disponible: www.airbus.com/defence /c295.html
  6. Diamond Aircraft Industries, DA42: The Definition of Perfection [En ligne]. Disponible: www.diamondaircraft.com/en/flight-school-solutio n / aircraft / da42 / overview /
  7. AC313 [en ligne]. Disponible: www.globalsecurity.org/military/world/chi na / ac313.htm
  8. Boeing, V-22 Osprey [En ligne]. Disponible: www.boeing.com/defense/ v-22-osprey /
  9. HC-144A Ocean Sentry Medium-range Surveillance Aircraft [En ligne]. Disponible: www.homelandsecurity-technology.com/projects/hc144a-oc ean-sentry-surveillance-aircraft-uscg /
  10. K. Cherry, «Heuristiques et biais cognitifs», Psychologie cognitive, juillet 2019
  11. SE DeFranzo, «Les avantages des tableaux croisés dans l'analyse des enquêtes», SnapSurveys, juin 2012
  12. IK Ha, «Un algorithme de recherche de cibles probabilistes basé sur une collaboration hiérarchique pour améliorer la rapidité des drones», Sensors, vol. 18, 2018
  13. RCW 47.68.380: Recherche et sauvetage aériens. Washington: Département des transports de l'État de Washington, 2008

AUTEURS

MOHD HARRIDON BIN MOHAMED SUFFIAN

MOHAMMAD KHIR HARUN

MUHD SIV AZHAR MERICAN ABDULLAH

MUHD FAIZ MAULA KAMARUDDI

LIRE AUSSI

Recherche et sauvetage au Royaume-Uni, la deuxième phase du contrat de privatisation SAR

Des drones pliants pour les opérations SAR? L'idée vient de Zurich

SMU et SAR: la médecine en ambulance aérienne améliorera-t-elle les missions de sauvetage avec des hélicoptères?

SOURCE

ResearchGate

RÉFÉRENCES

Agence espagnole de la sécurité aérienne

Ambulance aérienne de Londres

Ministère de la santé de la Malaisie

Garde côtière des États-Unis

Les commentaires sont fermés.