Les services de santé britanniques pourraient faire partie de l'accord commercial américain entre Theresa May et Donald Trump

La première ministre britannique, Theresa May, s’est rendue à la Maison-Blanche pour discuter avec Trump d’un accord commercial économique entre les États-Unis et le Royaume-Uni. Parmi les arguments discutés, il y avait l'implication de sociétés américaines dans les soins de santé britanniques.

«Nous sommes tous les deux très clairs sur le fait que nous voulons un accord commercial. Ce sera dans l'intérêt du Royaume-Uni de mon point de vue, c'est ce que je vais intégrer, dans les discussions commerciales qui auront lieu en temps voulu. Évidemment, il aura les intérêts des États-Unis. Je pense que nous pouvons parvenir à un accord qui est dans l'intérêt des deux. En ce qui concerne le NHS, nous sommes très clairs en tant que gouvernement que nous sommes attachés à un NHS gratuit au point d'utilisation. »

Cependant, les entreprises américaines pourraient être fortement associées aux soins de santé britanniques jusqu'à ce que les gens n'aient pas à payer pour les services qu'ils fournissent au moment où ils sont reçus.

"Le NHS ne fera jamais partie d'un accord commercial et restera toujours libre au moment de la livraison.", A déclaré le porte-parole du numéro 10 à la fin de la discussion.

De son côté, Tim Farron, chef du parti démocrate libéral, a déclaré:

«On a dit au public que le Brexit représenterait un supplément de 350m par semaine pour le NHS, mais pas que notre service de santé serait ouvert aux entreprises américaines. Theresa May doit immédiatement préciser que le NHS ne sera pas à vendre lors de futures négociations avec Trump. Nommer nos services de santé au nom d'un accord commercial avec les États-Unis serait une trahison totale pour la plupart de ceux qui ont voté en faveur de la sortie de l'UE. "

L’un des facteurs clés qui a conduit à l’opposition à l’accord commercial entre le TTIP et les États-Unis était la crainte de voir le NHS ouvert à de vastes sociétés multinationales susceptibles de faire passer les bénéfices avant les soins aux patients.

Mercredi, Mme May a été confrontée à de nombreuses questions à la Chambre des communes. Le chef du Parti travailliste, Jeremy Corbyn, l'a exhortée à écarter tout accord susceptible de donner un avantage aux géants américains dans le secteur de la santé britannique.

Le SNP a également fait part de son inquiétude quant à la possibilité que des supermarchés britanniques soient approvisionnés avec des aliments ne répondant pas aux normes de sécurité en vigueur dans le cadre d'un accord.

L'indépendant

Les commentaires sont fermés.