L'immobilisation vertébrale, une des techniques que le secouriste doit maîtriser

L'immobilisation vertébrale est l'une des grandes compétences que le technicien médical d'urgence doit maîtriser. Depuis de nombreuses années, toutes les victimes ayant subi un traumatisme ont été immobilisées et, en raison du type d'accident, selon les critères du technicien, il a fallu immobiliser la moelle épinière

C'étaient les années où il était logique et intuitif de penser que toute victime d'un accident d'une ampleur suffisante, comme une chute de hauteur, un accident de voiture ou un événement similaire, devait être immobilisée car il y avait un risque de lésion de la moelle épinière, qu'il faut éviter à tout prix.

Il s'agissait notamment d'immobiliser des victimes qui ne présentaient aucun signe de traumatisme d'aucune sorte, pas même cou la douleur.

En règle générale, on immobiliserait toute personne impliquée dans un accident, toute personne impliquée dans une situation pouvant entraîner une fracture vertébrale ou une lésion de la moelle épinière.

LES MEILLEURES PLANCHES SPINALES ? VISITEZ LE STAND SPENCER À L'EXPOSITION D'URGENCE

Les effets d'une immobilisation vertébrale excessive :

Cela a fait que les hôpitaux se remplissaient de victimes franchissant la porte dans une minerve, immobilisées sur une planche ou un matelas à vide, ce qui a fait s'effondrer tout le système.

Bientôt, le personnel médical des urgences a commencé à se rendre compte qu'une contention excessive endommageait le service des urgences de l'hôpital.

Cela a conduit à l'élaboration d'une série de protocoles pour déterminer si les patients franchissant la porte de la salle d'urgence répondaient aux critères pour subir des techniques radiologiques afin de déterminer s'ils avaient des fractures vertébrales.

Immobilisation de la colonne vertébrale : deux protocoles principaux ont été développés, les critères de faible risque Nexus (NLC) et la règle canadienne de la colonne vertébrale C (CCR)

Le protocole Nexus et le protocole canadien cherchaient tous deux à exclure les patients qui ne satisfaisaient pas aux critères des tests de radiologie diagnostique parce que leur diagnostic clinique n'avait pas de suspicion fondée de lésion de la moelle épinière ou de lésion de la moelle épinière.

Ces critères sont rapidement passés de critères hospitaliers, presque exclusivement pour la radiologie, à une utilisation en médecine extra-hospitalière pour déterminer quels patients devaient être immobilisés dans la rue et lesquels ne le devaient pas.

Il existe également d'autres critères spécifiques aux urgences extra-hospitalières, comme les critères PHTLS, tous basés sur de nombreux critères scientifiques issus de la recherche statistique ou de l'expérimentation humaine.

Un exemple classique est l'expérience dans laquelle un groupe de sujets volontaires ont été immobilisés pendant de longues périodes, entre une demi-heure et deux heures, puis interrogés sur les complications possibles découlant de cette prolongation immobilisation.

On a alors découvert que l'immobilisation d'un patient générait de l'anxiété et des douleurs au cou et au dos qui pouvaient durer des heures, et dans certains cas pouvaient provoquer des lésions cutanées aux points d'appui avec la planche.

Par conséquent, de nombreuses lignes directrices fondées sur des données probantes sont apparues, telles que les lignes directrices NICE 2 ou similaires.

En août 2018, l'American College of Surgeons Committee on Trauma (ACS-COT), l'American College of Emergency Physicians (ECEP) et l'Association of Emergency Medical Services Physicians (NAEMSP) ont adopté une position commune sur ce que l'on appelle depuis Spinal Motion Limite (SMR) 3 .

L'année suivante, un article intéressant est paru dans le Scandinavian Journal of Trauma, Resuscitation and Emergency Medicine intitulé "New Clinical Guidelines on Spinal Motion Restriction. Le patient traumatisé adulte : consensus et base de preuves 4 », publié le 19 août 2019.

Nous pouvons le résumer en ses cinq recommandations les plus importantes, quatre recommandations fondées sur des preuves scientifiques et un algorithme :

  • Il existe de solides preuves scientifiques contre l'application de la stabilisation vertébrale aux patients présentant un traumatisme pénétrant isolé, ce qui signifie qu'elle ne doit pas être effectuée.
  • Le support scientifique pour immobiliser un patient avec un ABCDE stable avec une planche vertébrale et un collier rachidien rigide est faible, ce qui n'est pas recommandé pour être effectué en routine.
  • Le support scientifique pour immobiliser un patient dans un matelas à vide pour le transport est faible, c'est-à-dire que cela peut être fait mais il y a peu de preuves en sa faveur.
  • L'utilisation de l'algorithme clinique est recommandée.

BIBLIOGRAPHIE

  1. García García, JJ Immobilisation cervicale selettiva basata sull'evidenza. Zone TES 2014(3):1;6-9.
  2. Linea guida NIZZA. Febbraio 2016. Trauma maggiore: erogazione del servizio. https://www.nice.org.uk/guidance/ng40/chapter/Recommendations
  3. Peter E. Fischer, Debra G. Perina, Theodore R. Delbridge, Mary E. Fallat, Jeffrey P. Salomone, Jimm Dodd, Eileen M. Bulger et Mark L. Gestring (2018) Restriction des mouvements rachidiens chez le patient traumatisé - ​​​​Una dichiarazione di posizione comune, Assistenza preospedaliera di urgence, 22:6, 659-661, DOI : 10.1080/10903127.2018.1481476. https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/10903127.2018.1481476
  4. Maschmann, Elisabeth Jeppesen, Monika Afzali Rubin et Charlotte Barfod. Nuove linee guida cliniche sulla stabilizzazione spinale dei pazienti adulti con trauma: consenso e prouver basate. Journal scandinave de traumatologie, de réanimation et de médecine d'urgence 2019:(27):77. https://sjtrem.biomedcentral.com/articles/10.1186/s13049-019-0655-x

Lire aussi:

Urgence Live Encore plus… Live : Téléchargez la nouvelle application gratuite de votre journal pour IOS et Android

Immobilisation de la colonne vertébrale : traitement ou blessure ?

10 étapes pour effectuer une immobilisation vertébrale correcte d'un patient traumatisé

Blessures à la colonne vertébrale, la valeur du Rock Pin / Rock Pin Max Spine Board

La source:

Zone TES

Vous pourriez aussi aimer