Syrie. L'attaque d'un convoi humanitaire est une attaque contre l'humanité

Le Croissant-Rouge arabe syrien (SARC), le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) sont indignés par l'attaque horrible de la nuit dernière contre un entrepôt du SARC et un convoi d'aide à Orem Al Kubra (Big Orem) dans la campagne d'Alep.

Une vingtaine de civils et un membre du personnel du SARC ont été tués alors qu'ils déchargeaient des camions transportant une aide humanitaire vitale. Une grande partie de l'aide a été détruite. L’attaque prive des milliers de civils de la nourriture et de l’assistance médicale dont ils ont grand besoin.

«Nous sommes totalement dévastés par la mort de tant de personnes, y compris l'un de nos collègues, le directeur de notre sous-branche, Omar Barakat. Il était un membre engagé et courageux de notre famille d'employés et de volontaires engagés, travaillant sans relâche pour soulager les souffrances du peuple syrien. Il est totalement inacceptable que notre personnel et nos bénévoles continuent de payer un prix si élevé à cause des combats en cours », a déclaré le président du CRAS, Abdulrahman Attar.

«D'après ce que nous savons de l'attaque d'hier, il y a eu une violation flagrante du droit international humanitaire (DIH), ce qui est totalement inacceptable. Ne pas respecter et protéger les travailleurs et les structures humanitaires pourrait avoir de sérieuses répercussions sur les opérations humanitaires en cours dans le pays, privant ainsi des millions de personnes de l'aide essentielle à leur survie », a déclaré Peter Maurer, président du CICR.

«Aujourd'hui, la Croix-Rouge et le Croissant-Rouge sont en deuil. En solidarité avec le Croissant-Rouge arabe syrien, nous appelons la communauté internationale à assurer la protection des travailleurs et des volontaires de l'aide humanitaire. Nous ne faisons pas partie de ce conflit », a déclaré Tadateru Konoé, président de la FICR.

La Syrie est l’un des conflits les plus dangereux au monde pour les travailleurs humanitaires. Au cours des six dernières années, des membres du personnel 54 et des volontaires du SARC ont perdu la vie dans l'exercice de leurs fonctions.

Le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge réitère sa demande que toutes les parties au conflit adhèrent aux règles du droit international humanitaire, qui inclut la protection des travailleurs humanitaires.

Les commentaires sont fermés.