Armer des infirmiers avec des armes à feu: est-ce la solution ou pas?

DE LA DIRECTION EMS SUR LINKEDIN PAR SKIP KIRKWOOD - Donc - nous avons eu une longue discussion en réponse à la question du sondage de Randy sur l'armement des médecins avec des armes à feu. il est assez clair que les dirigeants qui ont répondu estiment que (a) armer les médecins avec des armes à feu n'est pas la solution, et (b) à ma grande surprise, un sentiment général que le problème de la violence contre les médecins n'est pas suffisamment important pour y remédier.

La réponse à la première question est simple: c’est une question de type opinion ou non. J'ai donc essayé d'orienter cette discussion, sans succès, vers la question «Que devons-nous faire pour lutter contre la violence à l'encontre des médecins?». Je vais donc essayer à nouveau.

Je ne crois pas qu'une approche épidémiologique (c'est un petit problème, nous ne devrions pas nous en inquiéter) est correcte sur le plan professionnel ou moral. Si nous prétendons être des leaders (par opposition aux drones ou aux gestionnaires), prendre soin de nos employés et que LEURS préoccupations fassent partie intégrante de notre travail.

Les vérités sont:

1. Nos médecins sont suffisamment intelligents pour comprendre la différence entre un patient atteint de démence, d'hypoglycémie ou d'un autre patient et une personne violente qui l'agresse délibérément.

2. Nos infirmiers ont peur pour leur sécurité, même s'ils n'en parlent pas. Les questions qu'ils posent sont une folie, et si vous sondez un peu dans un environnement informel, vous pourrez en arriver au problème.

3. Nos infirmiers croient que nous ne comprenons pas, ne nous soucions pas de nous ou que nous sommes trop stupides ou trop apathiques pour répondre à leurs préoccupations, ils le font donc eux-mêmes - parfois d'une manière qui n'est peut-être pas la meilleure. Vous seriez probablement choqué par le nombre de médecins aux États-Unis qui portent des armes à feu de toute façon, convaincus qu'ils ont besoin d'une défense de dernier recours.

LIRE LA SUITE 

Nous réagissons chaque jour à de petits problèmes épidémiologiques, avec des politiques, des procédures, des pratiques, des formations et équipement tous les jours - regardez les deux dernières semaines et une fusillade à l'école épidémiologiquement insignifiante (mais toujours tragique). Eh bien, le tournage de EMT Mark Davis à Cape Vincent, NY le 31 janvier 2009 a été tout aussi tragique. Il y a eu des dizaines d'événements similaires, et bien d'autres qui n'impliquent pas de coups de feu - coups de couteau, coups, morsures, coups de pied, coups de poing, crachats.

Notre peuple est concerné. Ils comptent sur nous pour répondre à leurs préoccupations. Si nous ne répondons pas à leurs préoccupations, ils élaboreront leurs propres solutions (armes à feu possédées par des personnes non autorisées, cours d'arts martiaux dont les techniques sont inappropriées pour nos environnements). Ou ils peuvent simplement quitter la profession, et nous ne pouvons pas nous permettre de le faire. Nos collègues des forces de l'ordre ne tolèrent pas que des personnes les agressent. Nos collègues des hôpitaux travaillent sur ces questions depuis un certain temps.

Je demande donc - sans titre distrayant: que allons-nous, les présumés dirigeants de nos communautés de SGE, faire pour régler ce problème? (J'ai essayé de tout jeter pour que "Dites simplement non" n'est pas une réponse possible… ..)

Les commentaires sont fermés.