Covid, Chefs d'Oncologie en Télémédecine pour les patients : seul 1 service sur 10 avait accès aux plateformes numériques

Oncologie et télémédecine : « Jusqu'à 90 % des services d'oncologie médicale italiens n'avaient pas accès aux plateformes de télémédecine pour les soins à distance aux patients pendant la deuxième phase de la pandémie de Covid-19. Cet écart technologique était encore plus marqué dans le sud de l'Italie, où le pourcentage de ceux qui l'utilisaient n'était que de 5 % »

C'est le résultat d'une enquête menée par le Collège italien des médecins-oncologues hospitaliers en chef (CIPOMO) auprès de 138 directeurs de département d'oncologie médicale, qui, comme indiqué dans la note, a permis « de décrire les manières dont les oncologues italiens ont traité le deuxième vague de Covid-19 ».

Services de télémédecine et d'oncologie : deux mondes encore éloignés

La télémédecine », a déclaré Livio Blasi, ancien président du CIPOMO et directeur de l'unité d'oncologie de l'ARNAS Civico à Palerme, « a promis d'être le grand allié des spécialistes de la gestion des patients atteints de cancer pendant les phases les plus difficiles de la pandémie, mais la réalité a montré que la technologie n'est pas encore adéquate pour une application concrète dans la pratique clinique.

Il n'était donc pas possible de remplacer les visites en présentiel par des visites à distance, mais malgré cela, grâce à une meilleure organisation des activités cliniques, nous avons pu garantir la continuité des soins et la protection des patients.

Pour renforcer l'organisation des services d'oncologie médicale, environ 500 millions d'euros ont été alloués dans le décret « Sostegni bis » pour accélérer les interventions, examens et dépistages qui n'ont pas été effectués pendant les mois les plus difficiles de la pandémie, comme le décrit la Santé. Ministre Roberto Speranza dans sa lettre au 25e Congrès CIPOMO.

Par ailleurs, précise le communiqué, « le besoin de réforme et d'innovation technologique en cancérologie mis en évidence par la situation sanitaire actuelle peut désormais être transformé en opportunité, grâce à l'approbation récente du Plan National de Relance et de Résilience (PNRR) par le Gouvernement » .

Claudio Zamagni, directeur de l'oncologie médicale, Addarii IRCCS Sant'Orsola à Bologne et président du XXVe congrès CIPOMO, déclare : « La technologie intelligente qui peut faciliter notre travail en tant que médecins est déjà potentiellement disponible, mais nous devons maintenant en faire une réalité dans tous les hôpitaux, grâce aussi aux moyens financiers mis à disposition par le PNRR.

Nous croyons fermement qu'avec la coordination centrale du gouvernement et la volonté de coopération des autorités locales, nous serons en mesure de surmonter les obstacles organisationnels et culturels actuels pour parvenir à une transformation technologique efficace et adéquate des oncologies de notre pays ».

Interopérabilité des systèmes d'information et simplification sont « les deux maîtres mots du CIPOMO pour définir les actions à mener pour répondre aux enjeux du PNRR : pour faire de l'interopérabilité des systèmes d'information une réalité, la transformation numérique devra des données immédiatement utilisables, dépassant les limites de la vie privée souvent instrumentales.

Comme l'a clairement indiqué la vice-présidente de l'Autorité italienne de protection des données, Ginevra Cerrina Ferroni lors du dernier congrès CIPOMO, la question de la vie privée ne sera pas un obstacle, mais facilitera l'interaction entre les différents systèmes, permettant de coopérer et d'échanger des données. de manière fiable et synergique, offrant de nouveaux services et fonctionnalités au bénéfice des patients, et rendant enfin utilisable l'outil Dossier de Santé Electronique.

Pour parvenir à une réelle simplification des processus, il est nécessaire de rendre les technologies accessibles, en surmontant les difficultés souvent liées à des problèmes d'organisation ou à des écarts de génération. Il est donc essentiel à la fois de mettre à disposition des professionnels des logiciels et des outils informatiques conviviaux et de proposer des actions de formation spécifiques pour le personnel de santé.

Avec la Simplification, la technologie peut être Intelligente ».

Notre principale attente », conclut le Dr Zamagni, « est de pouvoir profiter des ressources du PNRR pour réduire le temps consacré à la gestion des dossiers médicaux et de la bureaucratie.

Cela nous permettrait de consacrer plus d'espace lors des visites à l'écoute et au traitement de nos patients dans des pathologies aussi importantes et délicates que l'oncologie ».

Oncology Chiefs Congress, pas seulement la télémédecine : un nouveau conseil élu

En marge du XXVème Congrès CIPOMO, le nouveau Conseil d'Administration a été élu avec la nomination de Luigi Cavanna, Directeur du Département d'Oncologie-Hématologie et Directeur de l'Unité d'Oncologie Médicale, Unité de Santé Locale de Piacenza, en tant que Président, et Luisa Fioretto, directeur du département d'oncologie, AUSL Toscana Centro SOC Medical Oncology – Florence, en tant que vice-président.

Outre la présidente et la vice-présidente, Monica Giordano, directrice du département d'oncologie médicale et d'oncologie fonctionnelle, hôpital Sant'Anna, Côme, Italie, et Bruno Daniele, directeur de l'unité d'oncologie médicale, Ospedale del Mare, ASL NA1, Naples, Italie , viennent d'être nommés secrétaire.

Les nouveaux membres du conseil d'administration sont : Carlo Aschele, directeur SC Medical Oncology Hospital Sant'Andrea, La Spezia Giuseppe Aprile, directeur Département d'oncologie clinique, directeur SOC Oncology Hospital San Bortolo, Azienda ULSS8 Berica Distretto Est, Sandro Barni, chef émérite d'oncologie ASST BGOVEST Hôpital Treviglio (BG) Cinzia Ortega, Directrice SOC Oncologie Médicale – ASL CN 2 – Hôpitaux d'Alba et Bra Rosa Rita Silva, Directrice du Département des Spécialités Médicales AV2 ASUR Marche, Directrice SC Oncologie Médicale AV2 Fabriano. Elus comme auditeurs : Vincenzo Montesarchio, directeur UOC Oncology, Medical AORN dei Colli Hospitals Monaldi, Cotugno – CTO, Naples Graziella Pinotti, ancien directeur SC Medical Oncology and Corporate Oncology Department ASST Settelaghi Ospedale di Circolo e Fondazione Macchi, Varese. L'ancien président de CIPOMO est Livio Blasi, directeur de l'oncologie médicale de l'UOC, ARNAS Ospedale Civico, Palerme et le président émérite est Alberto Scanni, chef émérite de l'oncologie médicale Az. Ospedaliera Fatebenefratelli-Oftalmico, Milan.

Lire aussi:

AVC, la pertinence de la télémédecine dans les unités américaines d'AVC : recherche de la Harvard Medical School sur la télé-AVC

Israël, la télémédecine à la rescousse : nouveau service paramédical à domicile

L'imagerie diagnostique peut augmenter le risque de cancer du testicule : une étude TGCT de Pennsylvanie

La source:

Agence Dire

Vous pourriez aussi aimer