Lignes directrices pour la prise en charge de l'hypertension artérielle

Les lignes directrices 2013 sur l'hypertension artérielle de la Société européenne d'hypertension (ESH) et de la Société européenne de cardiologie (ESC) suivent les lignes directrices émises conjointement par les deux sociétés en 2003 et 2007.

Lignes directrices sur l'hypertension artérielle, la publication d'un nouveau document 6 ans après le précédent a été jugée opportune car, au cours de cette période, d'importantes études ont été menées et de nombreux nouveaux résultats ont été publiés sur le diagnostic et le traitement des personnes atteintes de tension artérielle élevée (BP), en apportant des raffinements, des modifications et une extension des recommandations précédentes nécessaires.

Les lignes directrices 2013 ESH / ESC continuent d'adhérer à certains principes fondamentaux qui ont inspiré les lignes directrices de 2003 et 2007, à savoir (i) fonder des recommandations sur des études correctement menées identifiées à partir d'une revue approfondie de la littérature, (ii) à considérer comme priorité, les données d'essais contrôlés randomisés (ECR) et leurs méta-analyses, mais ne pas ignorer - en particulier lorsqu'il s'agit d'aspects diagnostiques - les résultats des études d'observation et d'autres études de calibre scientifique approprié, et (iii) noter le niveau de les preuves scientifiques et la force des recommandations sur les principales questions de diagnostic et de traitement comme dans les lignes directrices européennes sur d'autres maladies, conformément aux recommandations du CES (tableaux 1 et 2).

Bien que cela n'ait pas été fait dans les lignes directrices de 2003 et 2007, fournir la classe de recommandation et le niveau de preuve est maintenant considéré comme important pour fournir aux lecteurs intéressés une approche standard, par laquelle comparer l'état des connaissances dans différents domaines de la médecine.

On a également pensé que cela pourrait alerter plus efficacement les médecins sur des recommandations fondées sur les opinions des experts plutôt que sur des preuves.

Cela n'est pas rare en médecine car, pour une grande partie de la pratique médicale quotidienne, aucune bonne science n'est disponible et les recommandations doivent donc découler du bon sens et de l'expérience clinique personnelle, qui peuvent toutes deux être faillibles.

Lorsqu'elle est correctement reconnue, cela peut éviter que les lignes directrices soient perçues comme normatives et favoriser la réalisation d'études où l'opinion prévaut et où les preuves font défaut.

Un quatrième principe, conforme à son objectif pédagogique, est de fournir un grand nombre de tableaux et un ensemble de recommandations concises qui pourraient être facilement et rapidement consultés par les médecins dans leur pratique courante.

Les membres européens de la Task Force en charge des lignes directrices 2013 sur l'hypertension ont été désignés par l'ESH et le CES, sur la base de leur expertise reconnue et de l'absence de conflits d'intérêts majeurs - leurs formulaires de déclaration d'intérêts sont disponibles sur le site Internet de l'ESC ( www.escardio.org/guidelines) et site Web ESH (www.eshonline.org).

 

Les commentaires sont fermés.