Thyroïdite de Hashimoto : qu'est-ce que c'est et comment la traiter

Quels sont les mécanismes qui causent la thyroïdite de Hashimoto ? C'est une maladie auto-immune qui peut être traitée, même pendant la grossesse

"Docteur, j'ai la thyroïde, la japonaise". Il est arrivé à de nombreux endocrinologues d'entendre cette phrase en clinique.

On pourrait sourire si les propos du patient n'exprimaient pas son inquiétude face à une maladie au nom si exotique et qui affecte un organe considéré comme si important.

On parle de la thyroïdite d'Hashimoto, une maladie auto-immune très fréquente dans la population, à tel point qu'environ 1 personne sur 20 en souffre, avec une prévalence marquée chez le sexe féminin (environ 9 cas sur 10).

Qu'est-ce que la thyroïdite de Hashimoto?

La thyroïdite de Hashimoto est une inflammation chronique de la glande thyroïde, une petite glande en forme de papillon située à l'avant de la cou, causée par le propre système immunitaire de la personne.

Il s'agit donc d'une maladie auto-immune, dans laquelle le système immunitaire réagit anormalement en attaquant et en détruisant les tissus sains de l'organisme, en l'occurrence la glande thyroïde, les reconnaissant à tort comme étrangers.

Il se produit fréquemment avec d'autres maladies auto-immunes, par exemple :

  • vitiligo;
  • la polyarthrite rhumatoïde;
  • maladie cœliaque;
  • lupus.

Qu'arrive-t-il à la thyroïde

Le tissu thyroïdien est constitué de follicules, de petits sacs, qui contiennent du colloïde, une substance ressemblant à de la colle à partir de laquelle les cellules thyroïdiennes extraient les hormones thyroïdiennes, à savoir la T4 et, dans une moindre mesure, la T3.

Au microscope, ce tissu ressemble aux pavés des rues de nos cités médiévales : varié et harmonieux.

Dans le cas de la thyroïdite, en revanche, on voit de nombreux lymphocytes, les globules blancs, petites cellules toutes identiques et disposées en blocs compacts, infiltrer les follicules thyroïdiens, les détruire et ruiner la structure et la fonction de la glande.

Facteurs favorisant la thyroïdite de Hashimoto

Comme c'est souvent le cas avec ce type de maladie, il existe également des antécédents familiaux importants.

Il n'est pas rare que les parents, les grands-parents et les frères et sœurs soient touchés.

Un autre facteur contribuant à la maladie est le manque d'iode, élément essentiel au bon fonctionnement de la glande thyroïde.

Dans les zones géographiques à faible apport en iode, ce type de thyroïdite est plus fréquent.

Mais paradoxalement, poursuit le spécialiste, même l'excès favorise la maladie, comme dans le cas de :

  • forte consommation d'algues
  • prendre des médicaments tels que l'amiodarone (un médicament antiarythmique).

Enfin, la thyroïdite d'Hashimoto est particulièrement fréquente chez les personnes trisomiques et chez les femmes jeunes, notamment avec l'apparition de :

  • fatigue
  • baisse d'humeur;
  • constipation.

Qui fait le diagnostic

Il arrive souvent que le premier signe de maladie survienne

  • dans les cabinets de médecins généralistes ;
  • des spécialistes qui traitent principalement des patientes, comme les gynécologues ;
  • par des spécialistes qui traitent les maladies auto-immunes, comme les rhumatologues et les allergologues.

Il est également de plus en plus fréquent que la thyroïdite soit diagnostiquée à la suite d'un bilan clinique général.

L'endocrinologue, spécialiste du traitement des maladies thyroïdiennes, est généralement consulté pour une évaluation clinique et un diagnostic définitif.

Tests pour détecter la thyroïdite de Hashimoto

La thyroïdite de Hashimoto peut être diagnostiquée en ambulatoire par le spécialiste, qui procède d'abord à un examen du cou.

Dans la plupart des cas, dans le cas de la maladie, la glande thyroïde apparaît

  • augmenté en taille
  • avec une consistance inégale;
  • irrégulier au toucher.

Plus tard, s'il n'est pas déjà effectué, le spécialiste peut demander des tests pour vérifier la TSH, l'hormone qui indique la fonction thyroïdienne.

Mesurer les anticorps « anti-thyroïdiens »

De plus, les valeurs des anticorps anti-thyroglobuline (AbTG) et anti-thyroïdoperoxydase (AbTPO), les anticorps dits « anti-thyroïdiens » produits de manière anormale par le système immunitaire et responsables de la survenue de la maladie, sont mesurées.

Ils sont souvent des dizaines de fois supérieurs à la limite normale maximale.

Échographie thyroïdienne

Une échographie de la glande thyroïde peut également être nécessaire pour le diagnostic. Cela montre généralement une glande enflammée et très vascularisée.

La présence de nodules thyroïdiens réels, en revanche, ne doit pas être liée à une thyroïdite.

L'hypothyroïdie de Hashimoto

L'apparition de la maladie, à ses débuts, n'entraîne pas de dysfonctionnement de la thyroïde.

Les valeurs de TSH sont généralement normales.

Ce n'est que lorsque la glande est clairement endommagée par l'inflammation que les hormones thyroïdiennes libres, T4 et T3, commencent à décliner.

C'est à ce stade que l'histoire de la thyroïdite se confond avec celle de l'hypothyroïdie, une maladie dans laquelle la glande thyroïde produit des hormones insuffisantes.

Traitement

A ce jour, il n'existe pas de véritable traitement spécifique de la thyroïdite d'Hashimoto.

Cependant, comme dans la plupart des cas la maladie se traduit par une hypothyroïdie, le traitement consiste à prendre de l'hormone thyroïdienne (lévothyroxine), qui est souvent prise de façon permanente.

S'il est pris dans les doses appropriées, en fonction des besoins de l'individu, il n'a pas d'effets secondaires, car il est similaire à l'hormone thyroïdienne naturelle.

Le suivi thérapeutique, qui doit généralement être réalisé une fois par an, est également utile pour maîtriser l'évolution de la maladie.

Thyroïdite de Hashimoto et grossesse

Enfin, une attention particulière doit être portée aux femmes souffrant de thyroïdite et souhaitant devenir mères, car elles sont souvent effrayées par le fait qu'elles ne pourront pas faire face à la grossesse et que la maladie puisse compromettre la santé de l'enfant.

Il faut dire à ce stade que cette maladie n'est pas en soi une contre-indication.

De nombreux patients diagnostiqués avec une thyroïdite ont une fonction thyroïdienne normale ou légèrement altérée et, s'ils sont asymptomatiques, ne nécessitent généralement pas de traitement.

Cependant, il est essentiel que les femmes qui essaient d'avoir des enfants subissent un suivi régulier, car la maladie peut évoluer vers une hypothyroïdie au fil du temps.

De plus, pour que la grossesse se déroule en toute sécurité, les tests de la fonction thyroïdienne doivent être normaux, pendant et sans l'hormonothérapie.

Au cours de la grossesse, il est également essentiel que les contrôles deviennent plus fréquents, surtout au premier trimestre, lorsque l'embryon n'a pas encore développé sa propre thyroïde.

Enfin, il est essentiel de rassurer les femmes atteintes de thyroïdite de Hashimoto qui tentent d'avoir un bébé sur la possibilité que leur maladie endommage également la thyroïde de leur enfant à naître.

Avec des bilans de santé réguliers avant et pendant la grossesse et un traitement adapté, il est possible de limiter le risque de ces complications.

Lire aussi:

Grossesse : qu'advient-il de vos cheveux pendant et après l'accouchement ? Réponses d'experts

Prise en charge chirurgicale des voies aériennes défaillantes : un guide de la cricothyrotomie précutanée

La source:

GDS

Vous pourriez aussi aimer