Maux de tête : migraine ou céphalée ?

L'International Headache Society a classé près de 100 types de maux de tête différents. Ils peuvent être divisés en maux de tête primaires et secondaires. Parlons de certaines formes de céphalées primaires : la migraine en premier lieu, puis la céphalée de tension et l'algie vasculaire de la face

En plus de ces formes, dont nous parlerons plus en détail ci-dessous, il est utile de préciser qu'il existe également des céphalées secondaires, c'est-à-dire des céphalées dérivées de la présence d'autres maladies ou d'états cliniques particuliers.

Céphalée primaire : migraine

La migraine est une affection répandue de céphalée primaire récurrente : 12 % de la population mondiale en souffre, en particulier les femmes, de la puberté à la ménopause.

Elle se caractérise par des crises récurrentes, pouvant durer de 4 à 72 heures, pulsantes, d'intensité importante, associées à des nausées, des vomissements, des troubles de la lumière et du bruit, et s'aggravant avec l'effort physique.

Les causes

La migraine est un trouble multifactoriel qui est plus fréquent chez les personnes ayant des antécédents familiaux : ce qui est hérité est une prédisposition à l'hyperexcitabilité du cerveau vers

  • modifications de l'homéostasie interne (changements hormonaux, modifications des rythmes veille-sommeil, stress);
  • variations de l'homéostasie externe (variations environnementales et climatiques).

Ces phénomènes génèrent en réponse l'apparition de crises migraineuses.

La migraine comme céphalée primaire : quand elle peut être considérée comme une pathologie

Lorsque la personne souffre de 2 à 3 crises par mois, la migraine doit être considérée comme une pathologie car elle crée un handicap, réduisant la qualité de vie en termes de rôles sociaux, professionnels et familiaux.

Elle peut devenir chronique lorsque la personne souffre d'au moins 15 jours de maux de tête depuis plus de 3 mois, dont au moins 8 sont caractérisés par des douleurs migraineuses.

Il est important de consulter le médecin généraliste et le spécialiste en neurologie pour traiter ensemble la maladie, en identifiant une solution personnalisée pour améliorer la qualité de vie et réduire le handicap résultant de la migraine chronique.

Comment traiter

Le diagnostic est toujours clinique et la thérapie doit être adaptée au patient. Nous avons plusieurs thérapies disponibles pour aider à combattre la migraine que nous prescrivons en fonction de :

  • douleur;
  • durée;
  • fréquence des attaques;
  • toute contre-indication à certains médicaments.

Les traitements sont divisés en

  • symptomatique, avec des médicaments à prendre au besoin en cas d'attaque ;
  • préventif, à utiliser lorsque le patient a au moins quatre jours de céphalées par mois avec un impact significatif sur la qualité de vie.

Parmi les médicaments de l'attaque, les plus spécifiques sont les triptans, mais aussi les anti-inflammatoires non stéroïdiens.

En prophylaxie, c'est-à-dire des traitements qui sont le plus souvent mis en œuvre par cycles d'au moins 3 mois, peuvent être utilisés :

  • bêta-bloquants;
  • bloqueurs des canaux calciques;
  • neuromodulants;
  • inhibiteurs de la recapture de la sérotonine.

Anticorps monoclonaux et toxine botulique

Aujourd'hui, nous disposons également de nouveaux médicaments prophylactiques :

  • des anticorps monoclonaux dirigés contre une molécule particulière appelée CGRP, l'un des déclencheurs spécifiques de la migraine ;
  • la toxine botulique, qui est injectée sous la peau aux points les plus douloureux de la tête et cou.

Ces deux solutions sont cependant des thérapies de deuxième intention, c'est-à-dire qu'elles ne peuvent être utilisées qu'après avoir essayé d'autres médicaments.

Autre type de céphalée primaire : la céphalée de tension

Les céphalées de tension affectent plus les femmes que les hommes, presque deux fois plus souvent.

Il s'agit d'un autre type de mal de tête primaire qui peut survenir chez les jeunes, qui a tendance à persister à l'âge adulte et qui est souvent lié à une tension musculaire.

La céphalée de tension se manifeste par une douleur oppressante d'intensité légère à moyenne.

Contrairement à la migraine, la douleur des céphalées de tension ne s'accompagne pas de nausées et n'est pas sensible à la lumière, à l'exception d'un inconfort minime.

Causes

Les causes incluent:

  • familiarité;
  • les facteurs environnementaux, y compris le changement climatique et les variations météorologiques ;
  • le stress et les tensions émotionnelles et psychologiques, qui jouent un rôle majeur dans l'apparition des céphalées de tension.

En présence de tensions émotionnelles, les individus adoptent des postures qui maintiennent les muscles de la colonne cervicale ou des épaules tendus pendant de nombreuses heures, provoquant des maux de tête.

Il en va de même lorsque les gens passent une mauvaise nuit de sommeil, car il y a un dysfonctionnement des structures cérébrales qui contrôlent l'émotivité, le sommeil et le seuil de douleur, avec une diminution de certains neurotransmetteurs comme la sérotonine et la mélatonine.

Comment traiter

Le traitement des céphalées de tension peut aller des simples analgésiques au besoin aux relaxants musculaires et aux médicaments préventifs.

Pour ceux qui souffrent de ce type de maux de tête, nous recommandons également une activité physique visant à la relaxation, comme la marche en plein air, le yoga ou le Pilates.

Un troisième type : l'algie vasculaire de la face

L'algie vasculaire de la face touche plus d'hommes, mais est moins fréquente que les deux formes précédentes, la céphalée de tension et la migraine.

Elle peut débuter au début de la vingtaine et se manifeste par une douleur lancinante très forte qui se concentre dans une partie de la tête, autour de l'œil, et dure de 15 minutes à 3 heures, voire plusieurs fois par jour.

Il doit son nom de « cluster » au schéma d'attaques, qui se produisent de manière répétée et continue pendant plusieurs semaines.

Causes et traitement

Bien sûr, la composante héréditaire joue ici un rôle majeur, mais les causes environnementales et de mode de vie ont également une influence considérable.

Sur le plan thérapeutique, ce type de céphalée réagit très bien aux triptans administrés par voie sous-cutanée, mais pour les malades chroniques nous recommandons un traitement prophylactique par cortisone et inhibiteurs calciques.

Lire aussi:

Sinusite : comment reconnaître ce mal de tête venant du nez

Traumatisme crânien chez l'enfant : comment le citoyen ordinaire doit intervenir en attendant les sauveteurs

La source:

GSD

Vous pourriez aussi aimer