Troubles du contrôle des impulsions : kleptomanie

Parlons de la kleptomanie : les troubles du contrôle des impulsions sont une catégorie diagnostique récemment reconnue

Les troubles tels que le jeu pathologique, la pyromanie (dont j'ai déjà parlé dans un article précédent), la kleptomanie et le trouble explosif intermittent n'ont reçu un cadre diagnostique que dans le DSM III (American Psychiatric Association, 1980).

Seulement sept ans plus tard, dans le DSM III-R (American Psychiatric Association, 1987), la trichotillomanie a également reçu une valeur diagnostique.

Qu'est-ce que la cleptomanie ?

Comme le terme lui-même l'indique, les troubles du contrôle des impulsions se caractérisent généralement par l'incapacité d'une personne à résister à une impulsion ou à une tentation impérieuse.

Cette pulsion conduit la personne à accomplir une action dangereuse pour elle-même et/ou pour les autres et est précédée d'un sentiment de tension et d'excitation croissante suivi de plaisir, de gratification et de soulagement (DSM-IV-TR, 2004).

L'action est généralement suivie d'un sentiment de remords, de blâme personnel ou de culpabilité.

Le groupe diagnostique des troubles du contrôle des impulsions comprend :

  • jeu (caractérisé par un comportement de jeu inadapté, récurrent et persistant); pyromanie (caractérisée par l'habitude d'allumer des feux pour le plaisir, la gratification ou le soulagement de la tension);
    la cleptomanie (caractérisée par une incapacité récurrente à résister à l'envie de voler des objets qui n'ont ni usage personnel ni valeur commerciale) ;
  • trouble explosif intermittent (constitué d'épisodes occasionnels d'incapacité à résister à des pulsions agressives et provoquant des agressions graves ou la destruction de biens) ;
  • la trichotillomanie (caractérisée par l'arrachement récurrent des cheveux ou des cheveux pour le plaisir, la gratification ou le soulagement de la tension et provoquant une perte importante de cheveux) et un trouble du contrôle des impulsions non spécifié (NAS) inclus pour codifier les troubles du contrôle des impulsions qui ne répondent aux critères d'aucun des troubles spécifiques décrits ci-dessus.
  • Actuellement, il existe une tendance à inclure le trouble du shopping compulsif, la dépendance à Internet et la dépendance sexuelle parmi les troubles du contrôle des impulsions (DSM 5). Cela est dû à certaines caractéristiques communes à cette classe de troubles, telles que la tension qui précède l'accomplissement du comportement, la recherche d'une gratification immédiate et l'incapacité de résister à la frustration d'éviter le comportement.

KLEPTOMANIE ET ​​SON ÉVOLUTION SYMPTOMATIQUE

La cleptomanie est un problème psychologique.

La cleptomanie est répertoriée dans le Manuel des troubles mentaux (DSM-IV TR) comme un trouble du contrôle des impulsions et se caractérise par « une incapacité récurrente à résister à l'impulsion de voler des objets qui n'ont aucune utilisation personnelle ou valeur commerciale pour le cleptomane, qui donne souvent les jeter ou les jeter. Plus rarement, il peut même les garder et les rendre secrètement ».

Le vol n'est pas réalisé par vengeance, colère, délire ou hallucination, mais par incapacité à résister à un désir impérieux.

La psychiatrie définit la kleptomanie comme une forme de pensée obsessionnelle, car l'idée de vol et de son achèvement imprègne l'esprit, empêchant tout autre type d'activité.

Souvent, les personnes atteintes de ce trouble ont des parents au premier degré toxicomanes.

Il peut y avoir des sous-types avec des caractéristiques similaires au TOC et des sous-types avec des caractéristiques similaires à la toxicomanie et aux troubles de l'humeur (Grant, 2006).

Dans une étude clinique, 28 sujets diagnostiqués avec la cleptomanie ont subi des tests spécifiques pour évaluer la présence possible de troubles de la personnalité.

Douze sujets atteints de cleptomanie (42.9%) présentaient également au moins un trouble de la personnalité. Les plus fréquents étaient le trouble paranoïaque (n=5 ; 17.9 %), le trouble schizoïde (n=3 ; 10.7 %) et le trouble de la personnalité limite (n=3 ; 10.7 %).

Les individus diagnostiqués avec une kleptomanie associée à des troubles de la personnalité avaient un début de vol plus précoce (13.4 ± 5.6 ans) que ceux diagnostiqués avec une kleptomanie seule (27.4 ± 14.2 ans) (Grant, 2004).

La personne cleptomane ne planifie généralement pas le vol, mais le réalise seule, sans la complicité ni l'assistance de qui que ce soit, en prenant soin de ne pas se faire arrêter.

L'acte de vol est précédé d'un sentiment de tension croissante accompagné de plaisir, de gratification et de soulagement suite au vol.

La personne atteinte de kleptomanie se rend compte de l'absurdité de l'acte et peut alors ressentir une dépression et un fort sentiment de culpabilité.

La kleptomanie peut entraîner des difficultés juridiques, familiales, professionnelles et personnelles

Elle peut débuter à tout âge et semble plus fréquente chez les femmes que chez les hommes, comme c'est le cas des achats compulsifs (avec lesquels elle présente de nombreuses similitudes).

Des études de prévalence suggèrent qu'aux États-Unis, 6 pour 1,000 1.2 de la population générale, soit environ 2004 million de personnes semblent être affectées par ce trouble (Aboujaoude et al., XNUMX).

La kleptomanie peut évoluer et changer : les personnes peuvent voler de façon sporadique, alternant avec de longues périodes de rémission, ou la maladie peut être chronique.

Le trouble peut persister pendant des années malgré plusieurs condamnations pour vol s'il n'est pas traité de manière adéquate.

La kleptomanie peut également être associée à d'autres troubles mentaux tels que les troubles de l'alimentation, la dépression majeure, le trouble panique, la phobie sociale, la toxicomanie et le trouble obsessionnel-compulsif lui-même.

LE CURE POUR LA KLEPTOMANIE

Le traitement de la kleptomanie est possible, à condition que la personne soit vraiment motivée pour obtenir de l'aide, et nécessite nécessairement une intervention psychothérapeutique cognitivo-comportementale (TCC), car elle intervient sur le manque de contrôle des impulsions par des techniques comportementales telles que l'exposition avec prévention de la réponse, et techniques telles que la restructuration cognitive.

Dans certains cas, un traitement médicamenteux de soutien peut également aider pendant une certaine période, surtout si le trouble est associé à des symptômes dépressifs.

Article écrit par le Dr Letizia Ciabattoni

Lire aussi:

Le syndrome de Florence, mieux connu sous le nom de syndrome de Stendhal

Syndrome de Stockholm : quand la victime se range du côté de l'agresseur

Effets placebo et nocebo : quand l'esprit influence les effets des drogues

Syndrome de Jérusalem : qui il affecte et en quoi il consiste

Le syndrome de Notre-Dame de Paris se propage surtout chez les touristes japonais

Syndrome de Lima : quand les ravisseurs restent émotionnellement attachés à leurs ravisseurs

Et si Ebenezer Scrooge souffrait du blues de Noël ?

La source:

https://www.istitutobeck.com/disturbo-controllo-impulsi

https://www.psichiatriaedipendenze.it/sintomi-disturbi/cleptomania/

https://www.raffaellocortina.it/scheda-libro/american-psychiatric-association/dsm-5-manuale-diagnostico-e-statistico-dei-disturbi-mentali-edizione-in-brossura-9788860306616-1535.html

Aboujaoude et al (2004) Présentation de la cleptomanie et description phénoménologique de 40 patients. Prim Care Companion J ClinPsychiatry. 6(6) : 244-7.

Grant JE (2006). Comprendre et traiter la kleptomanie : nouveaux modèles et nouveaux traitements.Isr J Psychiatry Relat Sci. 43(2) : 81-7.

Grant JE (2004). Co-occurrence de troubles de la personnalité chez les personnes atteintes de cleptomanie : une enquête préliminaire. J Am Acad Psychiatrie Law. 32(4) : 395-8.

Vous pourriez aussi aimer